Moto cross de Belvèze du Razès 1969

Moto cross de Belvèze du Razès 1969

 

Photos et texte de C Camberoque    

Reproduction interdite sans l’accord de l’auteur.                  

Pour accéder au sommaire complet du blog, cliquer :  ICI

 

Je me souviens du moto-cross de Bèlvèze du Razès dans la chaleur de la mi-août.

C’était la fête au village.

Des coureurs venaient de partout. 

On pouvait arriver au circuit en se guidant uniquement par les nuages de poussière que soulevaient les motos.

Moto-cross-Belvèze-1969-

 Les deux temps fumaient en miaulant et les quatre temps grondaient dans des odeurs d’huile de ricin. 

A cette période les machines espagnoles envahissaient petit à petit le parc coureur.

Mais de nombreux pilotes étaient restés des fidèles aux moteurs quatre temps anglais dont des BSA au son grave et ronflant.

Pour beaucoup ils étaient encore montés dans les splendides cadres Rickman.

Lucien Campet, fidèle animateur du moto-cross de Bèlvèze, était notre favori. 

Lucien-Campet-1942-2019

Lucien Campet vient de nous quitter à l’âge de 77 ans.

Le Languedoc et plus particulièrement l’Aude viennent de perdre un grand champion qu’il ne faudra pas oublier car Lucien était très admiré et apprécié. 

 Belvèze-départ-1969-

A l’époque nous avions bien rigolé devant ce départ où un spectateur imprudent traversait la ligne alors que les motos étaient lâchées. 

Il avait eu droit à un certain succès et j’avais eu le bon réflexe de le prendre en photo !

 

Le circuit oublié dans le patrimoine de Carcassonne

couv-livre-camberoque

 Suite à la parution de mon livre, Le circuit oublié :

Une manifestation sera organisée pendant les prochaines Journées du Patrimoine le 22 septembre 2019 en souvenir du circuit de Carcassonne, de ses courses et pilotes qui y ont couru entre 1931 et 1935.

Cette rencontre de collectionneurs, d’amateurs de moto et motards se déroulera dans le village d’Herminis, près de Carcassonne où passait autrefois le circuit de Salvaza, voie Romaine.

Cette journée du Patrimoine sera organisée par l’association  » Les Amis du Patrimoine de Grèzes-Herminis » Agglomération de Carcassonne.

Patrick Barrabès sera présent avec quelques motos de course. 

 

Programme de la journée du 22 septembre 2019.

Matin

9 heures : arrivée des participants et de leurs machines de collection  qui seront exposées dans un parc fermé et gardé.

9 h 45 : Présentation rapide du circuit par C Camberoque.

10 h : Départ en groupe des motos et des motards pour trois tours du circuit. (Une trentaine de kilomètres, route ouverte  pour les motos immatriculées et en règle avec le code de la route)

12h : Repas offert par la commune d’Herminis pour les participants qui sont priés de s’inscrire dès que possible.

 Après-midi 

14 h Conférence sur l’histoire du circuit par Charles Camberoque, auteur du livre Le circuit oublié.

15h 30 : Visite de l’ exposition des motos anciennes et modernes.

 

Pour tous renseignements : N° de Tél,  06 78 30 32 86   Inscriptions au repas avant le 10/09/2019 (offert pour les participants qui exposeront une moto de course)

 10€  pour les accompagnateurs et visiteurs. 

 

 Moto-cross-Belvèze-888

Le motocross de Belvèze connaissait encore un grand engouement et le public venait nombreux surtout dans cette région ou les courses de moto n’étaient pas chose si fréquente.

Mis à part sur les quelques circuits du coin, Laure Minervois, le grand circuit de Montréal … Pomas, etc …  et Ribouisse qui attirait plus de 13 000 spectateur enthousiastes.

Moto-cross-Belvèze-887

Nous étions allé à Belvèze avec mon vieil ami Jean-Paul (dont vous pouvez lire des articles sur ce blog).

Peut être est-ce ce jour là ou j’ai commencé à apprécier les Bultaco …

Je n’avais pas le permis de conduire des voitures et mon père, artiste peintre,  nous avait accompagné.

Il était curieux de voir une course de moto-cross

Jp-et-CC-portrait-avec-casque-dessin-JC

 C’est donc à cette époque que Jean Camberoque, avait envisagé de peindre un très grand tableau inspiré par le moto-cross de Belvèze.

Dessin-de-JC-motard-CC-et-la-500-Kawa

Dans un premier temps, il avait fait plusieurs dessins préparatoires pour bien saisir la géométrie des visages casqués.

Jean-Paul et moi nous lui avions servi de modèle.

Sur quelques un des dessins on peut nous reconnaître et bien identifier ma 500 Kawa.

C’est là que j’avais expliqué  à mon père la différence fondamentale entre une moto de route et une moto de cross.

Peinture-de-J-Camberoque-moto-cross-belveze

Un an après ce grand et beau tableau fut fini.

Il mesure environ 1m80 x 2m30.

Il a été exposé dans divers salons de peinture.

Puis il fut longtemps accroché dans le magasin Honda de Carcassonne qui était tenu à l’époque par Pierre et Marie Françoise Chapus.

 

Probablement que Lucien Campet y est représenté …

Car mon père, comme moi, nous l’admirions dans ses danses et chorégraphies motocyclistes toujours généreuses et pleines d’enthousiasme. 

 

Moto-cross-Belvèze-885

Sur le terrain de Belvèze, après la ligne droite du départ on se trouvait face à un véritable mur.

Il était aussi impressionnant pour les spectateurs que pour les pilotes car plusieurs s’y sont littéralement écrasés dessus.

 Moto-cross-Belvèze-886

Actuellement grâce à Google Earth on peut retrouver les traces du terrain de Belvèze au nord, nord/est du village.

La trace est restée, pourtant il n’y a plus eu de courses depuis 1973 mais il faut croire qu’il sert encore pour l’entrainement.

GoogleEarth_Image

 La piste passait de zones boisées à des parties sèches de terre fine comme de la farine que parfois les organisateurs arrosaient pour atténuer la poussière.

Moto-cross-Belvèze-890

Beaucoup de virages étaient serrés et parfois en épingle. 

Entre eux de multiples bouts droits avec des bosses, des montées, des descentes et des lignes droites.

Moto-cross-Belvèze-889

Il me semble que tout cela se passait pour le 15 août. 

Tout autour de Belvèze les villages étaient en fête et il régnait une sympathique et chaleureuse ambiance. 

Les gens étaient heureux. Ils buvaient des bières et des limonades. Il n’y avait pas beaucoup de choses à acheter…

Excités par les bruits des moteurs enfants et adultes couraient partout de virage en virage pour voir les pilotes et leurs machines sous des point de vue variés.

Passer dans plusieurs endroits, dans divers passages de difficultés différentes.

Affiche-Belvèze-

Dans son riche site, Jean Marie Rieu raconte 4 ans plus tard l’édition de 1973 du Moto-Cross de Belvèze.

La liste des engagés est impressionnante avec des pilotes internationaux : Anglais, Espagnols, Suisses, Suédois, Finlandais, Belges, Allemands, et Français.

Lehtinen-vainqueur-Balvèze-73

Lehtinen vainqueur 1973

Les marques Maïco, Bultaco, Montessa, BPS, Honda, Yamaha, Husqvarna, sont présentes.

Voir: http://www.motolr.com/index_18_CrossInter_04_Belveze73.php

Portal

Portal sur Maico

En ce temps là, la moto nous semblait alors comme une source de grandes et futures joies dans une belle atmosphère de fraternelle camaraderie.

C’était un moment magique..

Et ½ siècle après la magie n’est pas retombée !

mobsept

 

 

Derniers commentaires

Articles récents

Le circuit oublié, patrimoine de Carcassonne

Le circuit oublié dans le patrimoine de Carcassonne

 

Photos et texte de C Camberoque    

Reproduction interdite sans l’accord de l’auteur.                   Pour accéder au sommaire complet du blog, cliquer :  ICI

 

Suite à la parution de mon livre, Le circuit oublié, une manifestation sera organisée pendant les prochaines Journées du Patrimoine du 22 septembre 2019 en souvenir du circuit de Carcassonne, de ses courses et pilotes qui y ont courus entre 1931 et 1935.

Cette rencontre de collectionneurs, d’amateurs de moto et motards se déroulera dans le village d’Herminis, près de Carcassonne où passait autrefois le circuit de Salvaza, voie Romaine.

  couv-livre-camberoque

 

Cette journée du Patrimoine sera organisée par l’association 

 » Les Amis du Patrimoine de Grèzes-Herminis » Agglomération de Carcassonne.

 

                                       Programme de la journée du 22 septembre 2019.

Matin   

9 heures : arrivée des participants et de leurs machines de collection  qui seront exposées dans un parc fermé et gardé.

9 h 45 : Présentation rapide du circuit par C Camberoque.

10 h : Départ en groupe des motos et des motards pour trois tours du circuit. (Une trentaine de kilomètres)

12h : Repas offert par la commune d’Herminis pour les participants qui sont priés de s’inscrire dès que possible.

 

Après-midi 

14 h Conférence sur l’histoire du circuit par Charles Camberoque, auteur du livre Le circuit oublié.

15h 30 : Visite de l’ exposition des motos anciennes et modernes.

 

Pour tous renseignements : N° de Tél,  06 78 30 32 86

Inscriptions au repas avant le 10/09/2019 (offert pour les participants)  

10€  pour les accompagnateurs et visiteurs. 

 

 c-camberoque-2013

 

Partons pour un tour du circuit en photographie

 

Sur le plan du circuit, ci dessous, vous pouvez situer les différents lieux où ont été prises les photos qui suivent.

Plan-du-circuit-carcas-1934 

Ce circuit n’était pas permanent mais les routes étaient neutralisées pendant le temps des entrainements et de la course.

On y tournait dans le sens de aiguilles d’une montre.

Le record du tour appartient à Léon Cora à la moyenne de 127,649  km/h sur 500 Saroléa, en 1934.

ligne-droite-salvaza-1934-

Photo 1

La ligne droite des tribunes longeait l’aérodrome de Salvaza, situé à droite.

Circuit-de-Salvaza-1931-Bernard-sur-New-Map-500cc-equipe-de-Suberville-Toulouse-Photo-M-Auriol- 

Photo 2

Sur cette belle photo de Marcel Auriol prise en 1931, le pilote Bernard sur New Map 500cc , de l’équipe de Subreville de Toulouse, s’apprête à prendre sa position sur la ligne de départ.

Il terminera 19ème.

ligne-droite-départ 

Photo 3

Photo d’époque des pilotes sur la ligne de départ et à l’arrière la même route actuellement

a-carcassonne-depart-grand-prix-1932 

Photo 4

Toujours sur cette même route les pilotes prennent le départ en 1932

 

petit-pont-dos-d'âne- 

  Photo 5

Vers la fin de la ligne droite des tribunes, les motards arrivaient de cette direction pour passer sur ce petit pont.

Actuellement tout a changé sauf l’arbre à droite de la piste qui a grossi.

a-tournant-pont-limoux

 Photo 6

Un peu plus loin le fameux virage presque en épingle, dit du pont de Limoux.

Aujourd’hui en sens unique et à l’envers, mais qui permettait autrefois de tourner depuis la route de Bram en direction Montréal.

descente-rte-de-Grèzes 

 Photo 7

Après avoir quitté la route de Montréal, la descente sur le village de Grèzes

circuit-oublié-grèzes-

 Photo 8

Là aussi le tracé a très légèrement changé mais on reconnaît sur la photo ancienne la silhouette des ciprès et le mur du cimetière de Grèzes. 

 

grezes-herminis-montee

Photo 9

La piste continuait par une petite montée qui permettait d’arriver à Herminis.

tournant-d-Herminis

 Photos 10/11

En haut de la montée précédente on rejoignait la route de Bram par le virage à angle droit d’Herminis.

Des tribunes y étaient installées

Le dessin de Jose Salles Albella reprend cette image pour y faire passer un coureur.

lignes-droites-apres-herminis 

Photo 12

Après le tournant d’Herminis sur la route de Bram, direction Carcassonne, on est sur la partie la plus rapide du circuit.

 

Circuit-Salvaza-ligne-droite-des-tribunes 

 Photo 13

Sur cette autre photo de Marcel Auriol, probablement prise en 1931, on voit une moto arriver de la série de lignes droites qui viennent d’Herminis et aboutissent à la ligne de départ.  

Pilote et moto passent en pleine vitesse au niveau de l’aérodrome.

La photo n’est pas très nette, forcément en ce temps là, les appareils ne possédaient pas des obturateurs très performants.

Mais on a l’impression de la rapidité de la machine et on voit que son pilote est couché en position de recherche de vitesse.

L’attention des spectateurs est aussi perceptible, ils se détachent sur le ciel des 2 côtes, en silhouettes.

Les 500cc arrivaient à atteindre dès 1934 à cet endroit les 160 et 180 km/h pour les motos d’usine.

Ceci est incroyable car la piste était étroite et au début mal goudronnée.

La boucle est bouclée et 9,264 Km ont été parcourus.

La vitesse moyenne de Suberville, vainqueur de la course de 1931 est de 95,486 km/h.

Dans le fond à gauche on voit les tribunes

 

Henri-Nougier-175-Carcassonne-1935

Dans le parc fermé on voit Henri Nougier sur sa 175.

Les frères Nougier étaient venus à Carcassonne pour courir le Grand Prix en 1935. 

Voir plus de détails dans mon livre : Le circuit oublié

 

Sur la photo ci dessus Henri Nougier prend la pose avec la 175 Carcassonne. 

Le décor indique qu’Henri est sur les bords de la piste de Salvaza au niveau de la ligne droite des tribunes et de départ.

Bien que la photo soit parue dans un Moto Revue pour illustrer un article qui traitait du GP du Comminge !!!

A l’horizon on devine le massif de l’Alaric qui peut s’apercevoir sous cet angle.

Padovani-vainqueur-en-250 cc-amateur-1933

Autre célébrité présente à Carcassonne, Edmond Padovani, tout jeune et talentueux pilote avant de devenir l’ingénieur de chez Terrot que l’on connaît.

Photo prise à Carcassonne et pas ailleurs … par un photographe de La Dépêche en 1933 et publiée alors.

 

Des courses et des péripéties que vous retrouverez dans mon livre : Le circuit oublié.

 

Autre projet pour ne pas oublier ce circuit

 

A l’image de la stèle érigée sur la route de l’ancien circuit de Saint Juéy, à Albi, qui rend hommage à Dario Ambrosini, pilote moto, champion du monde ayant trouvé la mort en course sur ce circuit, j’aimerais qu’il en soit fait de même à Carcassonne.

Stelle-Dario-Ambrosini

Une plaque pourrait rappeler la vie de ses 2 champions, Jean Roland et Paul Debaisieux, disparus en course.

Pour Jean Roland en 1933 et pour Paul Debaisieux en 1932, des séquelles d’une chute sur le circuit de Salvaza quelques mois plus tôt.

P-Debaisieux-et-J-Roland

 

 

Venez découvrir le tracé du circuit oublié dans l’Agglomération de Carcassonne.

 

A bientôt à Herminis … le 22 septembre 2019

 

Qu’on se le dise…

 

KTM-690-2016

 

En 2016, sur le circuit oublié, entre Grèzes et Hermis avec une 690 KTM…

 


Les Chamois 2770 à Val d’Isère

Les Chamois 2770 à Val d’Isère

 

Photos et texte de Charles Camberoque

Avec la participation photographique et les archives de Patrick Barrabès,

les souvenirs de Jean Paul Augé, de Christian Cambiès et ceux de Thierry Philippon.

 

Reproduction interdite sans autorisation

Pour accéder au sommaire général, cliquer:                     Sommaire au 1er Avril 2019

 

                                       A la mémoire d’André Cambiès

 

A la fin des années 60 on voyait arriver avec impatience le mois de Juillet, car outre la fête nationale … il nous réservait la perspective de jours heureux et passionnants :

C’était le moment du grand rassemblement des Chamois de Val d’Isère.

J’avais assisté dès 1966 aux débuts de cette concentration tout ébahi devant cette multitude de motards et leurs machines dont j’ignorais l’existence car la pratique comme la vente de la moto était au plus bas, surtout en province.

Seuls quelques grands-pères campagnards utilisaient des vieilles pétoires d’avant guerre pour aller à leur jardin …

Les motos étaient rarissimes sur nos routes.

À

En ce temps là, j’étais tellement passionné de ski que  j’allais en Juillet skier sur le glacier qui se trouve au delà du col de l’Iseran.

En redescendant des pistes quelle ne fut pas ma surprise de voir tout à coup toutes ces belles motos.

Toujours en 1967, de retour à Val d’Isère avec mes skis, je retrouvais cette concentration avec encore plus de motos et de participants.

Ils montaient et descendaient du col de l’Iseran avec un plaisir évident qui me fit penser que ce bonheur devait être comparable aux joies du ski mais sans neige, sur route et toute l’année.

Tout cela évoquait pour moi un sentiment de liberté !

arrivee-a-val-d'isere-et-medaille-chamois2270 

De retour à Carcassonne, je m’inscrivait au moto club et me mettais à la recherche d’une machine …

Et ce fut une 125 Terrot Ténor d’occasion, dont je vous ai tant parlé et qui n’avait alors que 9 ans !

J’avais la « grosse cylindrée » du club qui ne comptait alors que des 50cc, des mobylettes.

Dès juillet 1968, j’abandonnais mes skis.

Avec mes amis du moto club de l’Aude « Section Jeunes Lièvres », nous décidions de partir pour ce rassemblement.

 

Attention ! Attention !  CONVOCATION.

Sur une idée de Christian Cambiès :

Nous envisageons de faire une assemblée générale du Moto Club de Carcassonne et en particulier de la Section Jeunes Lièvres.

Ce sera la première réunion DEPUIS 50 ANS !

La date n’est pas encore précisée mais nous nous retrouverons probablement à Laure Minervois.

Que tous ceux qui veulent y participer me contactent par la rubrique commentaires de ce blog où par Messenger

(Les commentaires  sont en bas de chaque article)

Qu’on se le dise !!!

 

Les Chamois étaient rapidement devenus une mythique sortie d’été, comme les Eléphants pour l’hiver.

chamois-inscription-68 

A un moment où la moto connaissait une crise profonde de mévente.

Jean Murit, un concessionnaire parisien important, eut l’idée avec le Bmw club d’organiser un événement qui pourrait contribuer à relancer la moto en France.

Pub-Jean-Murit- 

En 1965 et jusqu’en 1971, la ville de Val d’Isère accueillera le rassemblement des « Chamois 2770 ».

campement-chamois-val-départ-montee-col

Suite à de nombreux accidents sur la route du col de l’Iseran que beaucoup de motards empruntent a fond dans les deux sens.

Chutes dans les virages et nombreuses terribles collisions de motos de face, l’une en montée, l’autre en descente et ce dans les grandes lignes droites rapides du bas du col.

Vous imaginez l’horreur !

Le nombre de morts augmentant tous les ans, la commune de Val ne voudra pas continuer de recevoir cette concentration refusant que des jeunes gens viennent s’accidenter et s’y tuer davantage.

Pub-j-Murit-Chamois- 

« Jean Murit avait rêvé d’un Chamois prospère en forme de gros bébé joufflu et bien nourri.

Il a enfanté une espèce de monstre ingérable qui a fini par lui exploser en plein tronche ! »

9-chamois-1968-munch-mamuth 

En 1972 les Chamois se retrouveront à Pra Loup pour la dernière année.

Là aussi les choses ne se passèrent pas bien et la population ne voulut plus recevoir ces « hordes de motards ».

Les Chamois 2770 disparaissent pendant près d’un demi siècle jusqu’en 2016 où le « RALLYE DES CHAMOIS  REBORN » retourne à Val d’Isère.

D-75-et-pause-casse-croute-a-viviers-en-vercors

Pour nous, en 1968, partir au Chamois était une formidable aventure de plus de 1200 km aller et retour.

Avec André Cambiès, dont on peut voir le D75 ci dessus, nous l’avions préparée plusieurs mois avant.

Nos deux autres compagnons de voyage étant équipés de petits 50 cc nous avions prévu de faire le parcours en 2 jours.

Quel sentiment de liberté que de partir sur les routes…

… Casser la croute à des haltes, comme à Viviers, photo ci dessus, dans des  villages où des champs.

Puis s’arrêter pour dormir sous la tente.

andre-cambies-neve-col-iseran-chamois1968 

André Cambies était le responsable de notre section du Moto-club.

Il est photographié ci dessous alors qu’il était commissaire d’un moto-cross par un jour très pluvieux.

andre-cambies-72 

C’était un homme formidable plein d’enthousiasme et d’empathie que nous avons toujours appelé « Monsieur Cambiès ».

Nous avions beaucoup de respect pour lui et en même temps c’était notre grand-frère, notre ami.

Monsieur Cambiès était parti pour Val d’Isère avec nous et son fils.

Christian et Michel Sanchez roulaient sur des 50 Motobécane, tandis qu’André filait sur un D75 , jolie petite machine de 75cc.

Equipée de 5 vitesses elle roulait bien, capable de tenir sur la route un bon 75 chrono avec des pointes à plus de 85.

Les  petits 50cc étaient bien préparés.

Christian était même en pot de détente, ce qui habituellement lui permettait d’atteindre dans de bonnes conditions les 90 km/h.

Mais pas avec tout ses bagages pour partir aux Chamois !

Je suivais avec ma Terrot Ténor qui pouvait atteindre les 100 km/h. Ils l’appelaient le gros cube !

4-nuit à Vinay route de val d Isere Chamois-1968 

La première étape, je crois que c’était avant Nîmes, où nous avons fait une halte pour manger un morceau.

C’est à se moment là que je me suis aperçu que je n’avais pas assez d’huile dans la Terrot !  Quasiment pas…

Ayant fait la vidange la veille je suppose que je n’avais pas suffisamment rempli le réservoir.

Mes amis se foutent de moi !

Et ils en rient encore … mais ma Terrot a vaillamment continué à fonctionner une fois au bon niveau d’huile. Preuve de la solidité des Terrot !

André avait tablé sur un peu plus de 400 km le premier jour.

Ce qui représentait  9/10 heures de mob à 40 de moyenne et avec un chargement pas négligeable.

La première nuit nous avions installé notre campement à Vinay.

Sur la photo ci dessus on voit ma Ténor équipée d’un guidon bracelet.

Elle est également allégée du garde bous arrière et avec un gros phare que j’avais trouvé je ne sais plus où.

2-Chamois-val d Isere 1968

Impressionnante arrivée à Val d’Isère après de mémorables grimpettes ou les petits 50 perdaient leur souffle.

Je partageais ma tente avec Michel tandis que Christian et André sont dans l’autre.

En 1968 on voyait encore des 203, et les caravanes semblaient sommaires (voir en arrière plan).

campement-et-toilette-chamois-2770-val-1969 

Le camping se réveille … au son des motos qui chauffent.

Christian se souvient qu’au petit matin un campeur à 4 roulettes, râlait contre les bruits des motos.

Il gueulât :  »Ca va durer longtemps ce boucan ? »

Et depuis la tente d’un motard très poli, nous entendîmes : « Oui, Monsieur, encore 3 jours ! »

Après le lever une fontaine est prise pour salle de bain en plein air frais des Alpes et après toute cette route c’est bon de se débarbouiller.

Michel c’est largement déchiré son pantalon.

Grand séducteur, il trouve une gentille motarde qui avait prudemment apporté du fil et une aiguille …  et elle le lui recoud.

On a pas plus de précisions sur le moment où il a enlevé le pantalon avant de le remettre … un peu plus tard …

t-500-et-avenger

Je suis très impressionné par les machines de nos voisins de camping.

Une T 500 et une 350 Kawa Avenger toutes neuves.

Je ne croyais pas qu’il put y avoir des motos aussi belles et aussi neuves.

Quelques temps plus tard les Avenger seront utilisées aux premières coupes Kawasaki.

20-val d Isere chamois-1968

Un peu plus loin un Ecossais (très exotique pour nous !) arrivait de sa contrée perdue du grand nord.

Il nous semblait très vieux sur sa 450 Honda. En fait il ne devait pas être aussi vieux que je le suis en ce moment…

Il était très smart avec sa cravate sous son Barbour.

Le matin il se rasait soigneusement avec un coupe-choux en se regardant dans un petit miroir accroché à la moto.

 val d Isere chamois-1968

Nous allons de surprises en surprises en nous baladant dans Val d’Isère.

Beaucoup de BM et d’anglaises.

Nous n’aurons pas le courage de monter jusqu’au col de l’Iseran pour éviter une grimpette supplémentaire à nos bécanes.

Il faut pouvoir revenir à la maison !

article-Jeunes-Lièvres-Midi-libre-1970-

Justement, après les Chamois de 1970, un article nous attendait à notre retour dans la presse locale.

Le Midi Libre commentait nos participations a diverses concentrations dont les Chamois de Val d’Isère.

Mon grand père l’avait soigneusement découpé, écrit la date de parution et  souligné le passage où l’on parlait de son petit fils !

16val d Isere chamois-1968 

Dans les rues de Val d’Isère, un excité fait des démarrages foudroyant sur une Mammouth.

La foule qui se presse pour le voir lui laisse un passage bien étroit.

Il a pas intérêt à se louper sous peine d’un carnage dans le public.

Mais comme c’est un jeune assureur parisien …  il doit être bien assuré ! (Voir l’article de l’Express plus bas)

23-val d Isere chamois-1968 

Un groupe de motard Américains est arrivé depuis Los Angeles.

Avec leur Harley et leur look nous les trouvions terrifiants.

Du coup peut-être, je n’ai jamais mis mon cul sur une Harley… 

Sur l’avenue qui amène aux téléphériques de Val d’Isère, Pogoloti célèbre coureur méridional enfourche ses Ducati de course en mégaphone.

Il fait des démarrages dignes d’un grand prix !  Merveilleux son des monos au rétrogradage !

13-val d Isere chamois-peugeot-bitza-1968

Mais ma machine préférée est le superbe bitza d’un Lyonnais réalisé sur une base de 250 Peugeot inspirée des Velocette.

J’ai des goûts modestes car la base de cette machine doit être aussi vieille que ma Terrot Ténor.

50 ans après j’aime toujours, cette bitza de Pigeot.

Chamois-inscription-69- 

En 1969, nous sommes revenus avec du renfort.

Pendant toute l’année nous avons tellement parlé des Chamois dans nos réunions du club que nous nous y retrouvons à une vingtaine.

6-val d Isere chamois-1969 

Je suis venu sur ma 250 Yamaha YDS 3 avec un passager bien courageux qui est sur la photo ci dessus.

Il n’a pas encore osé enlever le casque !!!

24-chamois-val-isere 1969 

Chaque année Val d’Isère est de plus en plus construit…

Sur la photo suivante, communiquée par Patrick Barrabès, on voit la vallée et le village photographies en 1933 par Eric Jaulmes.

Au premier plan une Motobécane 100 cc  GR 39 prise depuis la route du col de l’Iseran.

Eric Jaulmes, grand montagnard, connaissait déjà les bons coins !

Patrick Barrabès nous dit : « Ces photos décrivent merveilleusement cette époque ou nous étions libre sans nous en rendre compte.

 Eric Jaulmes affectionnait particulièrement ce petit coin des Alpes, aujourd’hui si englué sous de multiples couches de béton.«  

100cc-GR39-Val-Isère

Le nombre d’inscrits au Chamois est passé de 205 en 1965, à  1200 en 1968.

Puis  en 1969 nous sommes  2 800 inscrits et en 1970 il y en aura plus de 6 000.

Des machines sont garées sur toute la longueur des deux grandes rues de Val.

26-val d Isere chamois-1969 

En 1969 nous monterons jusqu’au col de l’Iseran.

Christian est venu avec une splendide 125 Maico très préparée et qui ressemble à une moto de course.

Michel lui a opté pour une 250 Honda.

belles-moto-val-chamois 

Les motos sont de plus en plus modernes et je vois une des premières 500 Kawasaki  3 cylindres, deux temps.

Le modèle tout blanc avec allumage électronique.

Pour moi, c’est le Choc !

En  1971, j’en achèterai une de toute noire, gris anthracite précisément et hélas sans allumage électronique mais c’est une autre histoire …

Jean-Murit-

Jean Murit est toujours l’un des organisateurs.

En tant que sidecariste il faut savoir qu’il avait participé au dernier Grand Prix de Carcassonne, après la guerre.

chamois-inscription-70-

En 1970, comme chaque année une grande tombola est organisée qui attire bien les pauvres motards que nous sommes.

En effet une 500 BMW est le premier lot.

Tandis qu’une CB 350 Honda et une Kawasaki sont aussi tirées à la tombola avec toute sorte d’autres accessoires.

 

Dernière nouvelle  !

En lisant cet article Thierry Philippon se rappelle qu’en 1970 avec son frère Didier, ils étaient montés à Val d’Isère :

« Avec nos motos nous étions allé en 1970 au Chamois depuis Paris et avions dormis à l’hôtel à Val d’Isère.
Ci dessous la photo de mon fidèle (?) destrier de cette époque, vendu et actuellement en possession d’un membre de l’ARBRACAM.
175-Rallye-de-T-Philippon-1970-
La monté du col de l’Iseran ne posait aucun problème à ces motos et dans les descentes elles allaient vite !!!!!
Par chance nous avions gagné le 2 ème prix de la tombola organisée lors de cet évènement, qui consistait en un petit pécule pour un voyage à Londres.
C’est par la route, en décembre me semble t il que mon frère, sur la Rallye, était allé à Londres avec traversée par l’Overcraft.
Il  avait rapporté 2 vestes de Barbour, 2 comptes tours Smith de Velocette Truxton et 2 cornets longs pour nos carbus Amal GP de 1 pouce.
Il y a presque 49 ans de cela.
Ci joint une des rares photos de la 175 Rallye de Didier avec le carénage 125 course compé client acheté chez Couturier.
175-Rallye-de-Didier-Philippon
Cette machine allait assez vite et tirait  long (17 dents).
Cette moto est maintenant la « noire » mais j’ai encore ce carénage ».
Donc, Thierry et moi nous nous sommes déjà croisés sans nous connaître ! 

 De plus, autre coïncidence :  Thierry était étudiant à Nanterre en 1970 ou ma femme était, elle aussi, depuis 1968 !

 La vie regorge de surprises !

metralla-C-C1969- 

En 1970 je suis descendu de Paris rejoindre les copains sur ma 250 Bultaco Metralla, pas encore équipée du kit América.

Avec mon nouveau boulot parisien j’espérais que j’allais bientôt pouvoir changer ma Bul pour la 500 H1 de mes rêves.

30-val d Isere chamois-1967

La route du col est parfois bordée d’impressionnantes congères même au mois de juillet

33-val d Isere chamois-1967 

En haut du col on trouve une chapelle recouverte en hiver par la neige.

Seul émerge alors le clocher.

Elle est dédiée à Notre Dame de Toute Prudence !

Et il en faut de la prudence pour emprunter cette route…

 

Notre Dame de Toute Prudence n’aura pas été efficace car elle n’a pas bien protégé les motards que se sont tués en montant le col !!!

Cette chapelle fut construite en 1939 par M Novarina, un architecte savoyard et elle est inscrite comme patrimoine du XXème siècle.

 

Eric-JAULMES-1933-350-B4-Val-d'Isère

Ci dessus, Patrick Barrabès nous envoie cette photo d’Eric Jaulmes sur une Motobécane 350 B4, montant lui aussi dans la neige de Val d’Isère avec ses amis…

… Mais en 1933 !  

Des motos dans la neige, rien de nouveau si ce n’est des choses qui disparaissent !

 

Jean Paul se souvient également de sa tentative pour aller aux Chamois avec sa 175 Rallye depuis Aix en Provence ou il faisait ses études d’ingénieur aux Arts et Métiers.

Malheureusement sa Terrot avait connu quelques défaillances d’embrayage du côté de Grenoble.

Il avait renoncé alors à continuer jusqu’a Val, préférant épargner sa moto des grosses montées qui suivaient.

Après une séance de bricolage il prit sagement le chemin du retour.

28-val d Isere chamois-1968-val-trial-neige 

En 1967 les trialistes de la bande à Claude Coutard et  Claude Peugeot s’en donnent à cœur joie sur les névés, en contre-bas de la route.

Un petit garçon qui doit avoir ses 14 ans roule sur un 50cc Peugeot transformé en petite machine de trial.

Il fait des centaines de mètres sur la roue arrière.

C’est Charles, le fils de Claude …

Je le rencontrerais et le photographierais quelques années plus tard.

29-val d Isere chamois-1969-trialiste-l-iseran 

Des images impossibles à revoir de nos jours car les règles écologiques bannissent ce genre d’activité.

27-val d Isere chamois-1968-sherpa-iseran 

Nous apprenons enfin comment garer une Bultaco Sherpa de trial dans la neige !

chamois-l-express-21-juillet-1969 

A l’époque nous étions perplexes à la publication de cet article dans l’Express du 21 juillet 1969.

Pierre Accoce, l’auteur, fait un portrait caricatural et un poil condescendant des motards.

Mais il ne manque pas de parler de Pierre de Seynes secrétaire du BMW club, patron de Hermès et père d’Eric de Seynes actuellement personnage haut placé  chez Yamaha…

50 ans plus tard il est intéressant de  lire ce papier car c’est un témoignage sur cette époque ou les motards n’étaient pas encore tout à fait les consommateurs qu’ils sont devenus.

31-val d Isere chamois-1968 

Le refuge du col de l’Iseran est à 2700 m d’altitude.

En été on y entre par les portes du rez de chaussée et en hiver par des portes situées au premier étage, neige oblige !

Un peu plus haut se trouve le glacier ou nous allions skier jusqu’à la fin juillet.

Ce col routier de l’Iseran est le plus haut des Alpes.

Tout au tour les sommets enneigés culminent à plus de 2800 mètres et suivant les années sont plus ou moins enneigés.

Sur la photo ci dessus prise en 1967 on peut constater qu’il y avait un enneigement plus important que sur la première photo de cet article prise en 1970.

 

Pour finir je laisse la conclusion à Jean Paul qui écrit:

« Que de souvenirs !

Même si je n’ai jamais eu l’occasion d’aller jusqu’à Val d’Isère pour participer aux Chamois, je me souviens très bien de toute la période de fièvre du printemps qui précédait.

Tous les copains de Carcassonne s’activaient à préparer leurs bécanes et à prévoir tout ce dont ils allaient avoir besoin.

A nos âges, ça nous faisait presque autant rêver que les reportages sur les GP dans les magazines, dont les reporters nous apparaissaient eux aussi comme des personnages aussi essentiels que les différents pilotes,

qu’ils soient d’usine ou privés »

 

 

IMPORTANTE   INFORMATION

 

LE CIRCUIT OUBLIÉ DE CARCASSONNE SERA PRÉSENTÉ PENDANT LES JOURNÉES DU PATRIMOINE 2019 

 

RASSEMBLEMENT DE MOTOS ANCIENNES À HERMINIS, COMMUNE DE CARCASSONNE  LE 22 SEPTEMBRE 2019 AU MATIN

9 H 45 : PRÉSENTATION DU CIRCUIT DE CARCASSONNE PAR CHARLES  CAMBEROQUE 

10 H : DÉPART POUR 3 TOURS DU CIRCUIT

12 H : REPAS

14 H : CONFÉRENCE SUR L’HISTOIRE DE CE CIRCUIT PRESTIGIEUX DANS LES ANNÉES 1932/1935, PAR CHARLES CAMBEROQUE

EXPOSITION DES MACHINES DE CETTE ÉPOQUE.

S’INSCRIRE SUR CE BLOG POUR VENIR PARTICIPER A CET ÉVÉNEMENT.

 

 

Pub-verte-livre-

 

Articles plus anciens

Le circuit des Ardennes

Vétérama de Mannheim

Sommaire au 1er Avril 2019

Salons et bourses de Pérols à Avignon

GP de France Charade 1972

Prototype de 500 Terrot bicylindre

Gp de Carcassonne : dernières nouvelles

cool mec |
LE BLOG DU PROFESSIONNEL |
mathieu62730 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | marwanblog
| jcsflnc
| "LES MACAGNONS"