L’achat de la Tenace, premiers travaux.

La Tenace qui se prenait pour une Ténor
(Petit hommage à Jean de La Fontaine)

En 2002, après avoir fait l’inventaire de tout ce qui me manquait pour remonter ma Ténor, j’ai commencé par chercher dans les bourses de ma région. Étant totalement novice en la question j’en profitait pour découvrir avec ravissement le monde de la moto de collection.

tourdefrancemoto2006.gif

J’y retrouvais, là, l’esprit motard des années soixante qui a tellement disparu de nos jours chez les consommateurs branchés de moto propres et politiquement correctes. Alors qu’autrefois la philosophie des motards était surtout l’affirmation d’un refus à rentrer dans les rangs des conformistes et de devenir des consommateurs… de bagnoles entre autres.

pubjapbram.gif

Modestement, j’imaginais alors que redémarrer simplement ma vieille moto serait déjà un grand plaisir tant la liste des pièces disparues était longue. Je n’avais pas fait de photo de la Ténor car elle était dans un trop triste état et je n’avais pas envisagé de raconter son histoire sur ce blog.

Sommières 2007


Il manquait, bien entendu, les pièces que j’avais données à mon ami Jean-Paul pour qu’il retape sa Rallye après son accident de 1970. Soit, un carter moteur côté gauche, la pédale de frein arrière, le capotage de phare. Mais en plus j’avais d’autres manques comme le pot d’échappement au complet, un amortisseur, les gardes boues, le guidon, la boite à outils la béquille centrale et enfin, la fourche car dans un accident j’avais plié la mienne et on me l’avait changé pour un modèle qui n’était pas celui d’une Ténor.
Bref beaucoup de pièces à rechercher et tout cela sans regarder dans le détail.

brammetpapi.gif

La première trouvaille fut une paire de roues dénichées à Sommières sur le stand de La Roue Provençale ou Monsieur Linsolas m’expliquait avec une certaine nostalgie qu’il allait prendre sa retraite.
Puis fort contant de cet achat inespéré je me risquais à commander par Internet quelques éléments supplémentaires à Emmanuel Pailleux de Chevrières. Hélas lorsque je recevais le paquet presque rien ne correspondait à ma pauvre Ténor. Heureusement qu’après renvoi des pièces Emmanuel Pailleux me remboursait.

touralairac2006.gif

Suite à une annonce vue dans La Vie de la Moto je téléphone à La Motocyclette Ancienne, du côté de Vichy, on m’y conseille bien gentiment de rechercher plutôt une autre Ténor pour récupérer les pièces, car achetées à l’unité elles vont me coûter trop cher. Je repars dans les bourses et un beau jour à Frontignan je tombe face à une Terrot Tenace. Mon sang ne fait qu’un tour. Je vois des garde-boue un capotage de phare plein de choses qui me manquent et qui ont l’air communes aux deux modèles.

tenacefrontignan.gif

Sur cette même bourse, je rencontre un gas rigolo et généreux qui me montre la Ténor de son père : Splendide ! Et en plus il me dit qu’il m’aidera à remonter la mienne, que je l’appelle quand j’aurais besoin d’un coup de main.
Je suis heureux et je m’en vais avec la tenace et le numéro de téléphone de Michel, ce motard sympa dont nous reparlerons plus tard car je ne manquerais pas de vous raconter par quels méandres et comment nous nous sommes re trouvés et re rencontrés…
La vie est cocasse et réserve toujours des bonnes surprises….

tenora.gif

Arrivé à la maison, je m’empresse de démonter de la Tenace les pièces nécessaires à ma Ténor pour les remonter aussi sec sur cette dernière qui retrouve un peu de sa dignité. Trop content je prends en photo le résultat. Je reste de longs moments admirant et surtout rêvant devant mon espèce de mosaïque de moto qui en fera rigoler plus d’un !!! Mais ça y est presque, je roule déjà… sur les routes dans ma tête…

tenorb.gif

 

Bon je vous laisse, j’ai les restes de ma Ténor à retrouver…
Si j’y arrive pas, la prochaine fois
je vous donnerai la recette du Cassoulet.

 

La plus part des photos publiées sur ce blog sont de Charles Camberoque,

les droits sont réservés et leur reproduction est interdite sans son accord.


Archive pour avril, 2008

La Vie de La Moto

Dernière minute : Michel Leurette

dans « La vie de La Moto » N° 519 de cette semaine,

conseille les lecteurs de sa rubrique « Sur le Web », à venir sur ce blog.

Leurette écrit: « C’est sympa, intéressant et bien écrit. A Ranger dans vos favorits »

Ca c’est vraiment sympa oui ! Merci Monsieur Leurette !

Cela m’encourage à continuer mon histoire…

Et en plus il a publié une photo de 1970 ou je suis sur ma 500 Kawa. Bon… mon beau père qui a 85 ans, trouve que mon genou ne touche pas par terre « comme les vrais pilotes de maintenant », mais moi je suis vachement content.

Et décidément aujourd’hui c’est jour de fête : Merci aux 500 premiers internautes qui sont déjà venus lire ma prose et regarder mes photos !

La Vie de la Moto

30 ans plus tard : Ma Ténor.

tenor2.gif

Plus de 30 années sont passées, depuis mes dernières balades sur ma Terrot Ténor.
Plusieurs autres motos lui ont succédé dont on a suffisamment parlé aux pages précédentes… Je vous épargnerais la sempiternelle liste.
Jusqu’au jour où, mes parents abandonnant la vieille maison familiale, je suis allé sur les conseils, toujours avisés, de mon ami Jean-Paul (voir pages précédentes) chercher si la Ténor était encore dans la remise où je l’avais lâchement abandonnée.
« Mais enfin tu ne vas pas récupérer ta Ténor ! ? » m’avait-il dit.
Je me suis senti coupable et ingrat.
Je suis revenu sur les lieux du crime de laize majesté Terrot.
Malheureusement au travers d’un effroyable bric-à-brac, parmi des prudentes réserves de bois qui décidément ne brûleront jamais, des vieux transats à la bâche déchirée et parasols pour toujours inutiles je ne trouvais plus trace de ma Terrot.
Mais les Dieux de Dijon veillent toujours sur leurs créations !
Et au moment où j’allais repartir sinistrement… un vague et triste clin d’oeil de vieux chrome presque éteint m’a fait un signe et : Oh ! surprise !
Sous le gros tas de bois presque pourris : Elle était toujours là, comme je l’avais laissée.

shell.gif

Triste état, mais j’étais aussi content que si je la recevais à nouveau en cadeau.Les roues étaient bouffées par la rouille et le reste sous une épaisse couche de poussière de graisse, de sciure et de crasse. Dans une odeur de vieille huile et de relent d’essence si caractéristique des vieilles machines abandonnées depuis longtemps.

jantes.gif

Pour l’emporter j’ai commencé à démonter quelques éléments afin de la faire contenir dans le coffre de ma voiture. Et, à ma grande surprise, rien n’était soudé par la rouille tout se dévissait sans problème et facilement. Il restait encore de l’huile dans le moteur. Bon présage pour la suite…

reservoirtenor.gif

Bon je vous laisse, j’ai les restes de ma Ténor à retrouver…
Si j’y arrive pas, la prochaine fois
je vous donnerai la recette du Cassoulet.

La modernité des dernières Terrot,

Ténor, Tenace, Fleuron, Super fleuron, Super Ténor et Rallye.

Par Jean Paul Augé

Camberoque vous parle de sa Ténor et je l’accompagne en vous parlant de ma Rallye. Vous avez d’ailleurs noté qu’il avoue lui-même rêver d’avoir une SuperTénor (je témoigne avoir vu ses yeux briller devant celle qu’il a aperçu un jour à la bourse moto de Sommières). Si vous allez sur l’excellent site de la Mémoire-Terrot (http://terrot-dijon.ifrance.com) fait par des anciens de l’usine de Dijon (donc par des gens qui connaissent bien la question), vous trouverez, presque en tête du plan du site, une rubrique dite « Espace Rallye ». Tous les Terrotistes la connaissent sûrement, et je dis surtout ça pour les autres, qui nous rejoignent mais ne sont pas spécialement motards.

2tenace.jpg

Terrot Tenace 175 : Sommières 2007

L’Espace Rallye est de bonne facture et il montre bien à quel point ces machines se démarquaient de celles qui les avaient précédé.
A l’époque, les japonaises ne sont pas encore arrivées, mais il est temps de redynamiser l’image de la moto face à la montée en puissance de l’automobile. L’ingénieur Padovani part de la base des 125ETD qu’il a conçu (comparez les forme des carters, ce sont les mêmes) et modernise. Un vrai cadre double-berceau (Il n’y a pas si longtemps que Norton a sorti le Featherbed), un habillage moderne (comparez le botier de phare avec celui des Triumph de l’époque), de jolis couleurs proprettes, rouge vif, bleu ciel, blanc crème… Bref, une silhouette franchement moderne pour l’époque. La presse du moment parle d’inspiration italienne, et de « machine de classe internationale ».

lereve0043.gif

125 Terrot Tenor Sommières 2007

Comparez avec ce qui s’était fait jusque là : c’est carrément le fossé des générations. En comparaison, le beige des Motobécane me semble moins pimpant. Les performances sont là aussi, comme en témoignent les coupures de presse de l’Espace Rallye.
Dommage, les clients préfèrent acheter des 2CV Citroën, des Renault Dauphines, des Dyna Panhard, des Simca Aronde etc…. La moto n’est plus l’affaire que de quelques passionnés en voie de raréfaction. Seule l’arrivée des japonaises inversera la tendance.

osadd.gif

La modernité des dernières Terrot, dans Circuits. le-circuit-oublie-carcasson

souscription dans Circuits.

175rallye.gif

Mais regardez pourtant de plus près le modèle de pointe de la gamme, la Rallye. On a parlé de la carrosserie, parlons du reste. Bon d’accord, c’est un culbuté, (à ceci près qu’on a vu plus tard, avec la Honda 500CX, que ce genre de moteur est capable de prendre 10 000 trs/mn). Mais c’est bien le seul reproche qu’on peut lui faire. Pour le reste, elle respire la modernité. Graissage carter sec, ressorts de soupape en épingle à cheveux (comme sur les Norton Manx) , embrayage multi disque en sortie de vilebrequin, bras oscillant arrière (au lieu des suspensions coulissantes encore en vigueur chez pas mal de concurrents), cadre double berceau (on l’a déjà dit, mais on insiste), selle biplace (fini le tansad), jantes sport italiennes, des Borani en aluminium, rien que ça, et des freins de 150mm (ceux de la lourde Terrot 500 RGST, donc du sérieux).

freinrallye.gif

Fort justement, au sujet des freins: Mickie, grand spécialiste et historien de la marque Terrot que l’on ne présente plus, nous apporte une petite rectification à propos des freins de la RGST qui a eu jusqu’au bout des tambours en tôle. Ce sont ceux de la très rare RGSO ( 8 recensées, une seule roulante…). O pour oscillante, la dernière mouture de la 500, avec un bras oscillant… piqué, comme ces freins et tout l’arrière du cadre, à la 250 OSSD, dite l’OS à DéDé tant sa réputation (méritée hélas) est mauvaise.

500terrotalairac2006.gif

Tour de France Moto: Alairac, Aude 2006

Et cerise sur le gateau, un moyeu arrière « à broche » : vous enlevez l’axe, puis juste une entretoise, et vous déposez la roue seule, tandis que la couronne et la chaîne restent en place sur le bras oscillant côté gauche, avec un amortisseur de transmission entre les deux. Moderne, on vous dit…

rallyebroche.gif

Parions que si la marque avait survécu, l’ingénieur Padovani aurait su faire évoluer la machine pour maintenir le niveau face à la concurrence. Il parait qu’il avait déjà un projet d’ACT, et aussi l’idée de faire des bicylindres 250 et 350.

terrothl1931alairac.gif 2tenace.gif

Tour de France Moto Alairac Aude 2006

 

Aujourd’hui, on peut dire que l’industrie moto en France, voilà belle lurette que ça ne va pas fort… En tous cas rien à voir avec nos voisins anglais ou allemands et surtout italiens. Alors, bichonnons nos Terrot qui témoignent des dernières splendeurs d’une grande industrie..

mickieetbsolerthbes.gif

Sommières 2007 :

La Terrot de Jean Louis que vous pourrez retrouver sur le superbe site du Terrot Club de Balancourt à la page:

http://www.terrot.org/les_photos/jean_louis/chez_jean_louis.htm

 

AVIS DE RECHERCHE

Je cherche le N° 42 de la REVUE  MOTO TECHNIQUE

Pour les informations sur la KAWA 400 KZ de 1977

 

Puchistes et Terrotistes

Histoire et photos de famille: Au lycée dont je fus un petit client pendant juste quelques mois, début 68, je découvrais un sérieux rival au guidon d’une 175 Puch. La première fois qu’il me vit arriver sur ma Terrot rouge ; visiblement ça lui en foutait un coup pour son prestige. Il me toisait alors de haut en me disant :

« C’est quoi, ça ? » désignant ma bécane.
Et moi de lui répondre aussi sec :
« C’est une Terrot…Ténor : ça ! ». Suivi d’un démarrage que je jugeais, en trombe.

Quelques jours plus tard je rencontre, sur le ring-boulevard Barbés, mon adversaire à la Puch en panne. Je jubile : le Puchiste en rade ! Je m’arrête et le dépanne à sa grande surprise…
Et c’est comme ça qu’une vieille amitié est née et que quelques années plus tard j’ai épousé sa sœur ! Sacré Lluis va !

lluisetsapuch.gif
Mon rival le puchiste Lluis dont la 175 me faisait secrètement rêver. Pensez donc 50cc de plus, deux pots d’échappement, quasiment deux cylindres, quelle classe tout de même ! Et puis Lluis était un sacré tombeur…

 

motodelstiets1952.gif

Mais qui peut me dire quelle est la marque de moto sur laquelle est assise la sœur du « Puchiste Lluis » : Marie, (que j’ai épousé mais bien plus tard), et qui avait, déjà petite, des prédispositions pour les motocyclette…


2coteletteolette.gif

… Les motocyclettes et les côtelettes d’agneaux sur le gril ; la même Marie mais plus grande en 1974, dans les Pyrénées Catalanes. ( Adam, le boucher d’Olette, fournit il toujours des petites côtelettes ? … paradisiaques !!!) Remarquez au passage une autre de nos motos, la 650 Yamaha.

Remarquez également comme la photo n’est que pur mensonge car je ne suis pas bigame. Enfin pas encore…

tyninamarie.gif

Après quelques nuits sous la tente de camping… de la côtelette d’Adam… (Astuce, trop mauvaise, pardon). Bref, Nina notre fille se marre bien avec sa mère sur sa TY 125 Yamaha…


ninaetmoisurlaty1982.gif

J’ai l’impression qu’elle regardait déjà son père avec un oeil critique, Elle devait trouver que Martin Lampkin, Malcolm Rathmel ou notre ami Philippe Raynaud étaient bien plus spectaculaires.

Je n’aurais pas dû l’emmener voir, si petite, des vrais champions.

pereetfille.gif

Un peu plus tard… enfin… 20 ans après! Pas de nostalgie, mais comme le temps passe ! On peut restaurer les motos, pour les motards, que peut on faire ?

Voilà le jour extraordinaire ou ma chère fille m’a offert la magnifique FJ 1200 de l’ami Stéphane avec laquelle désormais je roule tous les jours. Oscar le chien garde une nette préférence pour la 500 XLR.

 

 

Bon je vous laisse, je vais me restaurer avec quelques restes …
Si j’y arrive pas, la prochaine fois
je vous donnerai la recette du Cassoulet.

1968, Terrotistes dans l’Aude

 

selection.gif

Presque aussi beau que de l’art contemporain cette image !
En 68 dans l’Aude aussi on contestait l’autorité sous toutes ses formes. On trouvait que les dirigeants du moto-club étaient trop vieux. On les appelait les vieilles barbes ! Pensez vous, ils étaient probablement plus jeunes que nous actuellement

cb450k11969.gif
Je me souviens qu’un soir où presque tous les membres du club de moto étaient en réunion, nous avions soigneusement démonté les pots d’échappement d’une 450 Honda habituellement pilotée de main de maître par un de nos amis qui balançait comme un furieux.

Sa mission était : Qu’il descende subrepticement et en roue libre devant le commissariat de police, tout à côté du bar où se déroulait la réunion du moto-club, et alors là : De faire un démarrage à tout péter et de descendre l’avenue à fond et vous pouvez imaginer dans un boucan digne d’un départ de grand prix ! A dix heures du soir dans la ville déjà assoupie !

selectionvit.gif

Bien entendu à la sortie de leur réunion, nos pauvres dirigeants de L’Union Motocycliste Audoise se faisaient arrêter par la police zélée qui suspectait tous ces sérieux motards de tapage nocturne et de rouler en échappement libre… comme des voyous… Tandis que nous, on se marrait comme des baleines de notre sale farce.

Enfin, espérons qu’il y a prescription depuis pour ce genre d’activité criminelle… pour les tympans.

 

gpespagne3335.gif
L’Espagne proche nous faisait rêver par sa production motocycliste et les nombreuses courses dans toutes les disciplines qui s’y déroulaient depuis déjà longtemps.

Une autre de nos activités de jeunes cons et qui nous faisait bien rigoler, de retour au bistrot de Jeannot Lapasset, consistait, à repérer un jeune automobiliste fougueux à la 4 cv, où la Dauphine, voire la Floride, décorée comme une voiture de courses. Un de mes amis particulièrement agile montait à l’arrière de ma moto et nous suivions l’automobiliste en faisant mine de vouloir faire la course avec lui sans arriver à le dépasser.
L’automobiliste ne manquait pas de nous remarquer et au moment le plus opportun nous le doublions en le serrant de près. Arrivé au niveau du capot avant mon ami se retournait et avec un sourire gentil, mais condescendent, lui caressait le capot négligemment, tout en passant…
L’apprenti Fangio était toujours dépité et s’il pensait faire une démonstration de pilotage en ayant sa petite amie avec lui, on lui cassait salement la baraque !!!
Mon ami se reconnaîtra sûrement. Je tais son nom car je suis charitable… il a des petits-enfants et tout cela n’est pas très glorieux. Mais ça me fait encore bien marrer et j’ai du mal à penser qu’il est devenu un brave grand père.

Aujourd’hui (20 avril 2008) je suis passé devant le Grand Café Lapasset, siège autrefois de notre Moto club. Jeannot Lapasset a prit sa retraite et a sûrement vendu son bistrot qui désormais s’appelle : Le Saint Germain !!! Voyez vous ça ? A Carcassonne !!! Et pire, sur la vitre on nous précise qu’il y a, à manger, de la choucroute et des assiettes anglaises !!!!!!  Quelle honte, au pays du Cassoulet ! Comme disait un vieux motard ami : « En voyant la bétise humaine, on a une idée de l’infini ». 

bultaco.gif
J’adore sur ce petit dessin les personnages avec le pilote, le mécano, l’ingénieur, et le patron probablement Monsieur Bulto lui même, l’arrière grand-père de Gibernau.

 

 

Bon je vous laisse, j’ai les restes de ma Ténor à retrouver…
Si j’y arrive pas, la prochaine fois
je vous donnerai la recette du Cassoulet.

GP des boulevards

Grand Prix des boulevards

Et oui à Carcassonne à la fin des années soixante on s’emmerdait pas mal, mais on rigolait beaucoup.

On faisait le tour des boulevards en s’imaginant sur le Ring ou l’Ile de Man, au Tourist Trophy. Comme des trompes la mort d’opérette.

lacoupe.gif
On ramènera une coupe, gagnée je ne sais plus dans quelle concentration.
Au centre, coupe en main, André Cambiès grâce à qui nous avons des souvenirs
merveilleux et qui savait également contenir avec finesse nos velléités de pilotes de petit prix !

En revoyant tous ces visages sur ces vieilles photos, je me souviens de l’un de nous, croque-mort professionnel qui nous suivait scrupuleusement dans toutes les concentre sur sa mobylette bleu.

Il aimait raconter qu’en été son plaisir au boulot était de boire un coup de rosé et d’aller faire la sieste dans les tombes qu’il finissait de creuser, couché au fond du trou , là ou la terre est bien fraîche.

Quand il se réveillait il riait beaucoup des frayeurs qu’il causait en se levant des tombes, aux pauvres veuves éplorées qui avaient le malheur de passer par là.

nortonmanx30m1962.gif

 Le Café Lapasset

Nous commentions nos héroïques courses autour du centre ville, les trajectoires tendues et les freinages tardifs aux rares feux rouges ; assis aux stands, enfin je veux dire sur la terrasse de notre bar favori… Depuis ce cher vieux Café Lapasset, (qui ne peut qu’être que l’ancêtre authentique du Joe Bar !).

Dès la belle saison des concentrations nous partions le samedi faire la route, pour ces fantastiques rendez-vous de motards, aux quatre coins de la France.

J’ai trouvé récemment  deux articles de la presse de l’époque, Midi Libre et La Dépêche probablement.

Nos exploits y sont annoncés !

GP des boulevards dans Circuits. articles-j-Li%C3%A8vres092  articles-j-lievres093 dans Circuits.

surlartedeval.gif
Camping sauvage sur la route pour une lointaine concentration. A droite ma Terrot Ténor avec guidons bracelets. J’avais déjà supprimé le garde boue arrière, hélas perdu par la suite.

Nous avions quelques principes que nous répétions en choeur très souvent :

« Une poignée de gaz n’a que deux positions : Ouverte, ou fermée ! ».

Il suffisait que l’un de nous murmure les premiers mots pour que les autres entonnent la suite à pleins poumons.

carricature1909.gif
Sur ce remarquable dessin de presse publiée en 1909

un motard dit :« Hé ! mec , le prix de l’essence monte de façon intolérable »

Et l’autre de répondre : « Oui et le prix de l’Arnica ! »

 

mespreferees.gif

Bultaco et Kawa, 2 de mes motos des années 70

Bon je vous laisse, j’ai les restes de ma Ténor à retrouver…

Si j’y arrive pas, la prochaine fois je vous donnerai la recette du Cassoulet.

cool mec |
LE BLOG DU PROFESSIONNEL |
mathieu62730 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | marwanblog
| jcsflnc
| "LES MACAGNONS"