30 ans plus tard : Ma Ténor.

tenor2.gif

Plus de 30 années sont passées, depuis mes dernières balades sur ma Terrot Ténor.
Plusieurs autres motos lui ont succédé dont on a suffisamment parlé aux pages précédentes… Je vous épargnerais la sempiternelle liste.
Jusqu’au jour où, mes parents abandonnant la vieille maison familiale, je suis allé sur les conseils, toujours avisés, de mon ami Jean-Paul (voir pages précédentes) chercher si la Ténor était encore dans la remise où je l’avais lâchement abandonnée.
« Mais enfin tu ne vas pas récupérer ta Ténor ! ? » m’avait-il dit.
Je me suis senti coupable et ingrat.
Je suis revenu sur les lieux du crime de laize majesté Terrot.
Malheureusement au travers d’un effroyable bric-à-brac, parmi des prudentes réserves de bois qui décidément ne brûleront jamais, des vieux transats à la bâche déchirée et parasols pour toujours inutiles je ne trouvais plus trace de ma Terrot.
Mais les Dieux de Dijon veillent toujours sur leurs créations !
Et au moment où j’allais repartir sinistrement… un vague et triste clin d’oeil de vieux chrome presque éteint m’a fait un signe et : Oh ! surprise !
Sous le gros tas de bois presque pourris : Elle était toujours là, comme je l’avais laissée.

shell.gif

Triste état, mais j’étais aussi content que si je la recevais à nouveau en cadeau.Les roues étaient bouffées par la rouille et le reste sous une épaisse couche de poussière de graisse, de sciure et de crasse. Dans une odeur de vieille huile et de relent d’essence si caractéristique des vieilles machines abandonnées depuis longtemps.

jantes.gif

Pour l’emporter j’ai commencé à démonter quelques éléments afin de la faire contenir dans le coffre de ma voiture. Et, à ma grande surprise, rien n’était soudé par la rouille tout se dévissait sans problème et facilement. Il restait encore de l’huile dans le moteur. Bon présage pour la suite…

reservoirtenor.gif

Bon je vous laisse, j’ai les restes de ma Ténor à retrouver…
Si j’y arrive pas, la prochaine fois
je vous donnerai la recette du Cassoulet.

 


3 commentaires

  1. Merci Mickie pour cette précision!
    Une fois de plus ta connaissance des Terrot dans les moindres détails me remplit d’admiration.
    Et l’anecdote de la dénomination populaire, l’OS à dédé me plait beaucoup!

  2. Mickie dit :

    Salut Charles et les autres passionnés! Une petite rectif: à propos des freins de la rallye, ce n’est pas ceux de la RGST, qui a eu jusqu’au bout des tambours en tôle. Ce sont ceux de la tres rare RGSO (8 recensées, une seule roulante…), O pour oscillante, la dernière mouture de la 500, avec un bras oscillant… piqué, comme ces freins et tout l’arrière du cadre, à la 250 OSSD, dite l’Os à Dédé tant sa réputation (méritée, hélas) est mauvaise!

  3. BARTHEZ dit :

    Salut l’ami Charles,
    Quelle joie pour moi de voir miss RSSE dans tes pages.
    Un grand merci.
    Amitiés
    Jean-louis

Répondre

cool mec |
LE BLOG DU PROFESSIONNEL |
mathieu62730 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | marwanblog
| jcsflnc
| "LES MACAGNONS"