Une histoire de casques

 

Une histoire de casques

Par Jean-Paul AUGE

 

 En complément de cet article vous pouvez aller lire un autre article sur un :  Collectionneur d’histoires de casque

 

Au fil des pages de ce blog, vous avez pu voir quelques photos sur lesquelles, Camberoque au guidon de ses diverses bécanes des années 60-70, arbore un casque de type « bol » habilement décoré, plus ou moins dans le genre des casques personnalisés portés à cette époque en compétition par des pilotes qui, étant tous vêtus de combinaisons de cuir noir, ne se différenciaient les uns des autres que par le motif du casque.

ccpricard759.gif

 

Pour les plus jeunes de nos lecteurs, la référence en matière de casque motocycliste, c’était le bol « Cromwell », celui que portaient les pilotes de Grand Prix, en tête desquels le grand Mike « the Bike » Hailwood, mais aussi tous les autres, Read, Agostini, Findlay, etc…

casquemike.gif cromwell SMBH

Et comme on le voit sur les images, le motocycliste se devait d’avoir des lunettes Climax, à verres bombés ou à pans coupés, ou encore les classiques Baruffaldi italiennes (il semble que sur la photo Camberoque porte des Climax 521).

climax012.jpg climax5131.jpg baruffaldi011.jpg

Rares étaient ceux qui portaient des casques de type aviation, ce qu’on appelle aujourd »hui un Jet. Et on n’avait jamais vu d’intégral jusque là, pas même en F1 automobile. Donc, tout le monde ou presque portait le bol. On ne va pas discuter sur la maigre protection offerte par ce type de casque, sinon pour rappeler que, dès son apparition, vers 1970, l’intégral a rencontré un succès certain auprès des motards, et qu’aujourd’hui, plus personne n’envisage sérieusement de rouler avec un bol autrement que pour faire du folklore. Raison de plus pour conserver pieusement non seulement les vieilles photos, mais aussi ces vieux casques, remisés dans un coin, à la fois comme témoins, vestiges, reliques, mais encore comme accessoires à ressortir lors de manifestations de motos anciennes. Mais je m’éloigne de mon propos…quoique…

casque.gif

Je reviens au casque de Camberoque et à sa superbe décoration. Je dis « superbe » avec un rien de forfanterie, car, ma modestie dut-elle en souffrir, je confesse tout de suite être l’auteur de ce barbouillage inspiré, constitué d’un motif plus ou moins classique, comme on en voyait pas mal sur les Cromwell de l’époque, complété en son centre d’une croix du Languedoc, le tout aux couleurs traditionnelles, croix or sur fond rouge à liseré or (l’inverse d’Hailwood, dont le motif était or à liseré rouge)

nogaro19701.gifLà, les lunettes seraient plutôt des Climax 513

Mais la première étape avait été de se procurer un de ces casques, ce qui fut le début d’un épisode dont peu se souviennent encore. Allez, je vous raconte….

Une histoire de casques dans Circuits. photo-casque-cc

Fin des années 60, il ne fallait pas espérer trouver un Cromwell à Carcassonne, où ne subsistaient guère que des marchands de cyclomoteurs 50cc, machines pour lesquelles le port du casque n’était pas exigé alors. De ce fait, autant dire que le marché du casque était quasi nul. Faute de quoi, et je ne sais plus dans quelles circonstances, j’avais réussi à récupérer un vieux Bayard d’une couleur vaguement beigeasse, mal ajusté, et donc la coiffe laissait passer un courant d’air terrible.. Mais, c’est bien connu, qu’importe le flacon, pourvu qu’on ait l’ivresse

 bayard 1

Aujourd’hui, un Bayard est devenu une pièce de collection, comme celui de la photo ci-contre où l’on voit bien l’espèce de bourrelet en cuir qui entourait toute la coiffe. Et on devine la découpe un peu particulière du bord de cette même coiffe. Le tout donnait à ce casque sa silhoutette caractéristique que nous jugions insupportable, au point d’être tout bonnement importable tout court…

A propos de bourrelet en cuir, je ne résiste pas au plaisir de vous montrer l’allure, qui nous paraît désormais plutôt sympathique, d’un autre de ces casques d’il y a plus de 50 ans. La gentille dame qui a bien voulu patienter que je prenne la photo l’autre dimanche à Sommières, l’utilise pour rouler en… VéloSolex….Et finalement, …..

casquesolex.gif

casque07custom.jpg

 

Donc, foin du Bayard, et pas de Cromwell en vue. Que faire ? Et c’est là que ça devient amusant…

Car si vous avez l’œil, vous devez bien vous rendre compte que la silhouette du casque de Camberoque n’est pas tout-à-fait celle du Cromwell. En fait il s’agit de la copie française du Cromwell, réalisée à Clermont-Ferrand par la maison Altus, spécialiste des articles en polyester, casques, donc, mais aussi carénages, et autres pièces de carrosserie de moto.

Le casque Altus ne reprenait pas complètement la forme quasi hémisphérique du Cromwell, il avait sa silhouette à lui, légèrement plus haute. Et je crois me souvenir qu’il étaitfinancièrement plus abordable. Mais lui non plus ne risquait pas de pouvoir se trouver dans le commerce à Carcassonne. Alors d’où sortait le casque de Camberoque?

pub.gif    cromwelldemickie.gif
Pub d’époque pour Motor Cycle News -  Suivi du Cromwell de Mickie  (Photo Mickie) 

Hé bien, c’est à cette époque-là que venait d’arriver à Carcassonne, ce motard à la 450 Honda, dont on vous a déjà raconté quelques exploits (dont le fameux passage nocturne en échappement libre devant le commissariat de police….). Lui-même utilisateur d’un Altus dont il nous avait vanté les mérites, il s’était gentiment proposé de nous en procurer, par le biais de ses anciennes relations clermontoises, à un prix « direct usine », et sans avoir besoin de courir désespérément les boutiques à Toulouse ou Montpellier. On avait donc cassé nos tire-lires, et je me souviens avoir reçu peu après un de ces casques tant convoité, mais… tout blanc. Aussi blanc que si je m’étais retourné un pot de chambre en faïence blanche sur la tête. Hors de question de rouler avec un truc pareil ! ! ! Mais j’avais eu le temps de réfléchir à la question, et je m’étais aussitôt lancé dans la décoration de mon casque. Le dessin qui suit illustre à peu près ce que j’avais réalisé, et dont j’étais relativement satisfait. Vous verrez plus loin pourquoi un dessin et non pas une photo.

altus01.gif

En pleine mouvance post-soixhantuitarde (nous sommes plus ou moins en été 1969), l’Occitanie libre avait le vent en poupe, et la croix du Languedoc nous semblait être la seule emblème digne d’être arborée…

Une fois mes travaux de peinture achevés, il ne me restait plus qu’à aller m’aligner fièrement au départ du fameux « Grand Prix des Boulevards », lorsque j’ai vu rappliquer notre copain fournisseur qui m’a demandé si je pouvais lui rendre le casque, bien sûr contre remboursement, pour une raison que je n’ai jamais bien comprise. S’agissait-il d’un problème de fabrication justifiant le retour en usine, ou bien d’une affaire de marchandises sorties d’usine dans des conditions un peu imprécises (à Marseille, il paraient qu’ils disent : « tombé du camion à la sortie du port… »), je n’en ai jamais rien su, et de toutes façons, il y a prescription. Mais j’ai vu repartir mon beau casque tout neuf, à peine décoré.

Et je crois bien que les quelques copains qui en avait acheté ont dû faire de même, Camberoque y compris. Mais ce n’était que partie remise, et quelques semaines plus tard, nous avons pu bénéficier d’un nouvel arrivage, cette fois-ci garanti sans problème, moyennant, je crois, un léger surcoût. Et cette fois, mon nouveau casque était non plus blanc, mais d’un gris métallisé plus sympa, et dont le bas de la calotte était garni d’un adhésif noir sur tout le tour. Pour autant, ça ne dispensait pas de vouloir personnaliser l’objet, et me revoilà, muni de mes petits pots de peinture, et des petits caches adhésifs que j’avais patiemment confectionné, en train de meubler mon temps libre à jouer du pinceau. J’avais un peu évolué dans le projet, et voici le résultat, cette fois-ci en photo.

casquejp01.gif

Photos JP Augé Octobre 2008, c’est du tout frais, car je l’ai toujours….

Et tant que j’y étais j’ai décoré aussi celui de mon copain Camberoque. Un comble pour le fils d’un grand peintre (cf l »autre blog jeancamberoque.unblog.fr et, tant que nous y sommes, allez voir aussi : http://www.camberoque.net)

Nous avions fière allure lorsque nous partions en ballade, avec nos deux casques assortis, dûment complétés par des lunettes Climax à pans coupés achetées à Montpellier.

Que ce soit ensemble ou séparément, nous avons roulé pas mal de temps avec ces casques. Sur les photos de l’épisode de l’école de Pilotage de Tony Smith, on voit que Camberoque arbore le sien au milieu d’autres pilotes qui roulent en casque intégral. Pour ma part, je me souviens de mon premier intégral, un Nolan, acheté en 1977-78. C’est dire…

pricard12.gif

L’histoire a connu un petit épilogue un peu inattendu, au printemps 1972, quand je me suis retrouvé à Charade avec mon copain Gadz’Arts, Dino qui courait à l’époque en Critérium des Sports avec sa Honda 750 Four. J’avais naturellement mon casque avec moi, et tout d’un coup, en regardant distraitement les gens qui étaient là, j’ai eu la surprise de voir au milieu de la foule, au bout du bras du type qui marchait à quelques mêtres devant moi, un casque blanc avec un motif que je ne connaissais que trop bien. Son casque, c’était mon tout premier Altus, avec sa décoration, MA décoration, intacte. J’ai abordé le gars, en lui montrant mon propre casque, à sa grande surprise. Je lui ai raconté l’histoire, qui l’a intéressé vivement, et demandé comment il avait eu ce casque. Le gars était de Clermont, et je ne me rappelle plus trop ce qu’il m’a raconté sur les conditions dans lesquelles il avait pu acheter ce casque (cétait il y a 35 ans, déjà) ? Mais le gars semblait assez fier de cette décoration originale que pas mal de copains lui enviaient, et dont il connaissait maintenant l’origine et l’explication.

Et quelques temps plus tard, je retrouverai une dernière fois ce casque, en photo, dans l’un des principaux hebdos de l’époque (Moto-Revue ou Moto-Journal), cette fois, à l’occasion d’un reportage sur un trial en Auvergne. En bordure de zone, dans le public, on voit quelqu’un, sûrement le même bonhomme, qui a mon casque à la main. Qui sait s’il lira ces lignes ?…. Salut, camarade…

mikeh.gif

Depuis, le Cromwell a bien évolué. Même Mike the Bike himself avait abandonné le bol au profit de l’intégral. Et de nos jours, si vous décidez d’ acheter un Mike Hailwood Repliqua Helmet, ce ne sera plus un Cromwell : voilà ce que vous aurez…. La nostalgie n’est plus ce qu’elle était…

xlitesmbh2.gif

Et vu l’allure de l’objet, vous aurez peut-être un peu de mal à vous identifier à l’artiste, définitivement immortalisé par Fançois Beau en 1968, après que l’usine Honda ait quitté la scène des GP et que le grand Mike bénéficiait encore des machines d’usine qu’il pouvait engager où il voulait. Du coup son casque a arboré quelques temps un graphisme un peu particulier que nous avions adoré, mais dont je n’ai pas de meilleure photo pour l’instant.

smbhpirate.gif

cromwel.gif

Donc, aujourd’hui, Camberoque et moi avons toujours nos casques Altus. Les garnitures se sont un peu tassées, et le cuir a un peu séché, ce qui l’a fragilisé. Et où sont passées les Climax ?

En plus Camberoque a chez lui un autre « bol » qui arbore une déco comparable, et dont il pensait que j’étais l’auteur, mais il n’en est rien. On se perd en conjectures sur l’artiste inconnu…

2003casque.gif

Mais promis, quand nos Terrot seront prêtes à rouler, on vous fera une belle photo, et vous verrez si ça ne va pas vous rappeler encore bien des choses….

A vous tirer les larmes.

 En complément de cet article vous pouvez aller lire un autre article sur un  :

Collectionneur d’histoires de casque

 

pub-livre circuit-oublie

 

 


Archive pour novembre, 2008

Le sablage

Pour lire les premières pages de ce blog vous pouvez aller cliquer dans le calendrier en bas à droite de l’écran.

Vous pouvez aussi cliquer sur les titres, dans le sommaire qui suit :
Sommaire des précédents articles:

13 mars 2008: Ma Ténor retrouvé 15 mars 2008 : Le Terrotiste motomaticien mathécycliste
2 avril 2008 : GP des boulevards 3 avril 2008 : 1968, Terrotistes dans l’Aude
7 avril 2008 : Puchistes et Terrotistes 10 avril 2008 : La modernité des dernières Terrot,
14 avril 2008 : 30 ans plus tard : Ma Ténor. 26 avril 2008 : La Vie de La Moto
28 avril 2008 : L’achat de la Tenace, premiers travaux.
3 Mai 2008 : Y’en a un qui suit ! 4 mai 2008 : Rencontres sur le Web,
12 mai 2008 : Nogaro en Metralla 19 mai 2008 : Le grand démontage a commencé
26 mai 2008 : La modernité des dernières Terrot (seconde partie)
4 juin 2008 : Sur La Minervoise. 2 juin 2008 : La modernité des Terrots III (encore)
15 juin 2008 :
La bourse moto de Frontignan 24 juin 2008 : A poil !
1 juillet 2008 : La modernité des dernières Terrot (4) 9 juillet 2008 : L’école de pilotage Tony Smith
27 juillet 2008 : Ah les vacances…
24 août 2008 : Démontage des amortos de la Terrot Ténor 25 août 2008: Des nouvelles de ce blog :
5 septembre : Bol d’Or 1969. Hommage à Jacques Potherat et Michel Rougerie 28 septembre : La bourse de Caveyrac

10 octobre :
La fourche de la Terrot Ténor 21 octobre: Trés triste histoire d’un motard, compagnon de route
25 octobre : Bourse de Sommières 2008

 

Le sablage

 

Ces derniers temps, petite forme, j’ai pas été très efficace, mais les choses avancent doucement.

En ce qui concerne ce blog, nous nous acheminons vers les 5000 connexions ce qui me fait bien plaisir et après des articles qui en faisaient l’éloge dans la presse moto française, j’ai été contacté par Mat Oxley (ex pilote et journaliste-écrivain, qui a publié de nombreux livres sur des coureurs comme Valentino Rossi , Mike Doohan…) de la revue anglaise Classic Bike qui visiblement a envie de publier, dans son célèbre magazine, quelques photos, que vous avez déjà vu sur mes pages… Je vous tiendrai informés.

L’ensemble des pièces de ma Ténor, démontées et complétées, à été envoyée chez un spécialiste du sablage bien connu à Montpellier…

piecesrougesavsablageoc.gif

… et une fois terminé voilà ce que donne ce sablage des pièces qui, de peintes en rouge, blanc et passablement rouillées pour certaines…

apressablage.gif

sont devenues d’un beau gris bleu, qui change un peu suivant les lumières du jour.

cadre tenor

Mais il est pas beau ce cadre de 125 Terrot Ténor ?

cadresable.gif

Voilà passée une étape importante. La suivante va être la peinture, et il va falloir s’occuper du chromage avant d’envisager le

remontage.

Mais une grande question se pose à ce stade de ma restauration et je vous demande votre avis sur ce point !

Ne manquez pas de me le donner dans les commentaires.

Sur le réservoir d’essence de ma Ténor, il y a la trace de deux petits coups. Une petite bougne comme on dit ici ! Vous pouvez les voir sur la photo ci après :

bougnes.gif

C’est la marque de ma première chute à moto, une nuit de juillet sur le Grand Prix des boulevards !
J’y disputais une course acharnée avec un de mes amis « qui pilotait » avec son audace habituelle une ronflante 4 L !

Las ! Au freinage du Lycée technique…en fin de ligne droite, je loupe mon freinage que je souhaitais tardif et je me plante à la vitesse sidérante… d’au moins… 69,591 km à l’heure, (estimations approximatives et a visto de nas) !!!

Mes premiers mots furent : « Mille Dieux, ma Moto ! »
Je me relevais en haillons mais pas en sang, pour courir relever ma rutilante Ténor, sous les quolibets et la rigolade de ce salopard de Jean-Paul qui était aussi de la virée, le cul dans la 4 L de Jimmy !

Depuis ils en pleurent de rire chaque fois qu’ils se souviennent de ce moment.

reservoirsable1.gif

Donc les marques sur le réservoir de ma Ténor sont celles de ce jour et de cette première chute. Et j’avais envie de les conserver même sur ma restauration.
Inutile de vous dire que je me fais quasiment injurier par mes amis et fidèles conseillers.
Que faire alors ?
Qu’en pensez vous ?

Bon je vous laisse, j’ai les restes de ma Ténor à bichonner…

Si j’y arrive pas, la prochaine fois je vous donnerai certainement la recette du Cassoulet.

cool mec |
LE BLOG DU PROFESSIONNEL |
mathieu62730 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | marwanblog
| jcsflnc
| "LES MACAGNONS"