Le Moto Journal 200

Le Moto Journal 200

 

Photos et lointains souvenirs de Charles Camberoque

 

Dans les années 1975/1978 j’avais été assister à la course du Moto Journal 200 qui était organisée sur le Circuit Paul Ricard.   Cette course internationale de 750  regroupait de grands pilotes. Je viens de retrouver des photos malheureusement sans légendes et je ne me souviens plus qui j’avais dû photographier, mis à part les grandes vedettes du moment. Dans une page de ce blog, j’avais déjà mis en ligne deux ou trois photos  où l’on voit le sympathique et souriant  Jack Findlay pris quelques minutes avant le départ. »Nanou, sa compagne sans laquelle il n’aurait jamais été champion…ne devait pas être loin » me dit Mickie en voyant la photo suivante.

 

jack finley

Jack Findlay

Sur les photos suivantes, on voit, avant le départ, le pilote  Vénézuélien, grande vedette de ces années-là : Johnny Ceccoto, qui après une brillante et fulgurante mais courte carrière en moto était passé aux courses de voitures avec moins de succès.

La revue Moto Journal avait lancé une espèce de cri de guerre : « Faut pas mollir » qui nous rassemblait et qui était inscrit à longueur de pages et sur toutes sortes de supports dont des T shirt . (« Faut pas mollir », ça en disait long sur notre façon d’essorer la poignée des gaz!). J’avais trouvé amusant de photographier Ceccoto l’air plutôt abattu à proximité des deux types, à droite sur la photo, et avec la fameuse inscription dans le dos.

johnny ceccoto
« Faut pas mollir », Johnny !


cc82231.gif     agostini et finley

Plusieurs courses étaient proposées ce jour là . Un pilote probablement d’une 250, que je ne reconnais pas, à l’ombre d’un parasol sur la grille de départ avec son mécanicien. Tandis que Jack et Giacommo devisent tranquillement.

cc82229.gif                                       afficheleuven09.gif

Sur la grille, les choses se précisent, le brusching de Johnny est presque parfait tandis que d’autres aèrent leurs biscotos. Mais est ce René Guilli le 62 sur la Suzuki ?

cc82237.gif

Les furieux sont lâchés : Agostini avec son N° 1 est facile à identifier.
Le 62 est là, mais les autres ? Qui peut se souvenir et me dire qui ils sont ?

agostinimj200.gif

 

Ravitaillement et arrêt au stand sous les yeux du public qui arrivait sans peine à se faufiler au plus près de la piste. En ce temps là les  courses étaient plutôt cool et le public pas encore trop pris pour des clients à parquer uniquement  à leur place de spectateurs payeurs.

cc82227a.gif

 

Sur la photo suivante, une  750 Kawa, qui est dessus ?

Ce pourrait être Yvon Du Hammel, un pilote canadien qui était venu en Europe et qui avançait bien. Si quelqu’un peut me le dire ?

kawa.gif

 

Patrick Pons notre grand champion était de la fête… bien entendu !

patrick pons

 

patrick pons

 

Tandis que le pauvre Victor Palomo, un pilote Espagnol que j’admirais alors et que je n’ai pas oublié, se morfondait au fond de son box, probablement après une casse.

victor palomo

 

Bon je vous laisse, j’ai les restes de ma Ténor à retrouver…

Si j’y arrive pas, la prochaine fois je vous donnerai certainement la recette du Cassoulet.

 

 

Les photos publiées sur ce blog sont de Charles Camberoque .

Les droits sont réservés et leur reproduction est interdite sans l’ accord de l’auteur.

 


Archive pour 2 mars, 2009

Le Moto Journal 200

Le Moto Journal 200

 

Photos et lointains souvenirs de Charles Camberoque

 

Dans les années 1975/1978 j’avais été assister à la course du Moto Journal 200 qui était organisée sur le Circuit Paul Ricard.   Cette course internationale de 750  regroupait de grands pilotes. Je viens de retrouver des photos malheureusement sans légendes et je ne me souviens plus qui j’avais dû photographier, mis à part les grandes vedettes du moment. Dans une page de ce blog, j’avais déjà mis en ligne deux ou trois photos  où l’on voit le sympathique et souriant  Jack Findlay pris quelques minutes avant le départ. »Nanou, sa compagne sans laquelle il n’aurait jamais été champion…ne devait pas être loin » me dit Mickie en voyant la photo suivante.

 

jack finley

Jack Findlay

Sur les photos suivantes, on voit, avant le départ, le pilote  Vénézuélien, grande vedette de ces années-là : Johnny Ceccoto, qui après une brillante et fulgurante mais courte carrière en moto était passé aux courses de voitures avec moins de succès.

La revue Moto Journal avait lancé une espèce de cri de guerre : « Faut pas mollir » qui nous rassemblait et qui était inscrit à longueur de pages et sur toutes sortes de supports dont des T shirt . (« Faut pas mollir », ça en disait long sur notre façon d’essorer la poignée des gaz!). J’avais trouvé amusant de photographier Ceccoto l’air plutôt abattu à proximité des deux types, à droite sur la photo, et avec la fameuse inscription dans le dos.

johnny ceccoto
« Faut pas mollir », Johnny !


cc82231.gif     agostini et finley

Plusieurs courses étaient proposées ce jour là . Un pilote probablement d’une 250, que je ne reconnais pas, à l’ombre d’un parasol sur la grille de départ avec son mécanicien. Tandis que Jack et Giacommo devisent tranquillement.

cc82229.gif                                       afficheleuven09.gif

Sur la grille, les choses se précisent, le brusching de Johnny est presque parfait tandis que d’autres aèrent leurs biscotos. Mais est ce René Guilli le 62 sur la Suzuki ?

cc82237.gif

Les furieux sont lâchés : Agostini avec son N° 1 est facile à identifier.
Le 62 est là, mais les autres ? Qui peut se souvenir et me dire qui ils sont ?

agostinimj200.gif

 

Ravitaillement et arrêt au stand sous les yeux du public qui arrivait sans peine à se faufiler au plus près de la piste. En ce temps là les  courses étaient plutôt cool et le public pas encore trop pris pour des clients à parquer uniquement  à leur place de spectateurs payeurs.

cc82227a.gif

 

Sur la photo suivante, une  750 Kawa, qui est dessus ?

Ce pourrait être Yvon Du Hammel, un pilote canadien qui était venu en Europe et qui avançait bien. Si quelqu’un peut me le dire ?

kawa.gif

 

Patrick Pons notre grand champion était de la fête… bien entendu !

patrick pons

 

patrick pons

 

Tandis que le pauvre Victor Palomo, un pilote Espagnol que j’admirais alors et que je n’ai pas oublié, se morfondait au fond de son box, probablement après une casse.

victor palomo

 

Bon je vous laisse, j’ai les restes de ma Ténor à retrouver…

Si j’y arrive pas, la prochaine fois je vous donnerai certainement la recette du Cassoulet.

 

 

Les photos publiées sur ce blog sont de Charles Camberoque .

Les droits sont réservés et leur reproduction est interdite sans l’ accord de l’auteur.

 

cool mec |
LE BLOG DU PROFESSIONNEL |
mathieu62730 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | marwanblog
| jcsflnc
| "LES MACAGNONS"