La moto au Maroc: c’est Melhaoui !

 

La moto au Maroc: c’est Melhaoui !

Par Charles Camberoque

Photographies © Collection Kouider Melhaoui DR

Dés  les années 60 et pendant plusieurs décennies : Au Maroc !

La Moto ?

Mais… c’est Melhaoui !!!

C’est vous dire…

Motos  Melhaoui Casablanca

Haj Mohamed Melhaoui devant son magasin de Casa avec trois de ses pilotes dont Kouider son fils, au milieu.

 

Mohamed Melhaoui concessionnaire Honda et Yamaha

A Casablanca, la famille Melhaoui et leur concession Honda /Yamaha … était tellement connue, sur le Boulevard de la Liberté, que cette artère commerçante n’était plus nommé par son vrai nom, mais tout simplement : Chez Melhaoui ! 

Et même par extension tous les habitants de Casa préféraient appeler l’ensemble de ce quartier de cette façon. Ce qui n’était pas évident pour ceux qui ne connaissaient que le nom officiel.

haj mohamed melhaoui

Haj Mohamed Melhaoui

Actuellement il est question que le nom de Haj Mohamed Melhaoui soit officiellement donné à cet axe important car, en plus d’un amoureux de la moto, d’un pilote, d’un sportif, d’un industriel et le plus gros négociant en motos, karting, bicyclettes triporteurs et tricycles du Royaume : Mohamed Melhaoui, fut aussi une forte personnalité du Monde Marocain, un bienfaiteur et également un très grand résistant.

 Motos  Melhaoui Casablanca Remise de prix et coupes dans le magasin qui s’étalait sur 1500 metres carrés et sur deux niveaux. Au plafond sont accrochés des tricycles,histoire de familiariser le plus tôt possible les petits enfants avec 2/3 roues.

L’histoire de Haj Mohamed Melhaoui est l’épopée d’un homme débordant d’énergie qui malheureusement c’est aujourd’hui éteint dans sa Grande Mosquée qu’il avait construite à Oujda sa ville natale.

Disparu après plus de 90 ans d’activités autour des sports mécaniques, il a été le premier président de la Fédération Royale Marocaine de Motocyclette. Puis, Président de la Fédération Automobile et des Clubs Moto de Casablanca. Il s’est dépensé sans conter pour la promotion de la moto par le biais de l’organisation de courses, après avoir été lui-même un coureur de Rallyes, sur une 500 Norton qui lui avait laissé une jambe raide après un grave accident de course.

 Motos  Melhaoui Casablanca

Importateur de motos et cycles depuis 1935 jusqu’à 1999, il vendait des Kreideler des Ducati, des des Zundapp des Bultaco des Derbi d’abord à Oujda puis à Casablanca où il installe une usine de montage de Flandria toute importée de Belgique.

Puis se seront les Honda et Yamaha  sans oublier les Husqvarna.

Motos  Melhaoui Casablanca 

 De 1961 et jusqu’à 1967, Mohamed Melhaoui, en plus de son activité d’importateur, s’était lancé dans l’organisation de Grand Prix de vitesse.

Des pilotes venaient d’Algérie et de l’Europe entière.  On peut noter entre autres les noms des français : Hordelalay, les frères Maingret, Bourgeois, Appieto tous sur des Ducati, Bultaco, Aermacchi, Norton, Kreideler, Mondial, Derbi, Montessa, Morini, Zundapp.

Christian Heckmann courait en 500, il nous envoie cette photo, ci dessous, ou on peut le voir la veille d’une course à Casa en 1968, à gauche de la photo, assis sur sa moto, celle qui n’a pas encore de N°.

Mohamed Melhaoui est au centre en chemise blanche, comme à son habitude.

Les pilotes de gauche à droite sont : André-Luc  Appieto, Christian Heckmann, Moser, Moulé Ali  et René Guili.

magasin Melhaoui à Casablanca au Maroc

Les premières Honda et de rares Kawa apparaissent. De nombreux pilotes Algériens viennent déjà avec des Yamaha.

français au Grand Prix de Casablanca Maroc 1968

Les pilotes Français, premiers arrivés pour le GP de Casa de 1968, devant la boutique Melahoui.

Plusieurs grands champions internationaux venaient et ont laissé un grand souvenir, comme Jarno Saarinen, Pasolini, et même Mike Hailwood qui aura été présent en 1967 pour le plus grand bonheur d’un des fils Melhaoui : Abdelkader qui ainsi attrapera le virus de la moto.

Kouider Melhaoui pilote Marocain

Kouider Melhaoui à 10 ans, sur une  Puch (1961)

Son père, bien entendu, l’aidera alors à courir autant en vitesse qu’en moto-cross ou il excellera indifféremment dans l’une et l’autre catégorie.

Kouider Melhaoui pilote  Marocain de moto de vitesse

Les débuts en course de Kouider Melhaoui, encore bien petit! Il franchit la ligne d’arrivée devant son père qui l’encourage, à droite de la photo. 

Abdelkader Melaoui qu’on appelle Kouider, ou encore Kiki tout simplement, un diminutif affectueux, se rappelle cette période : « inoubliable ou les courses prenaient de plus en plus d’ampleur. Les plateaux et les engagés affluaient, les tribunes étaient pleines à craquer ; les courses défilaient à Marrakech, Agadir, El Jadida, Kénitra, Casa, Rabat, Meknès, Oujda, Nador… nos pilotes, Danowsky, Lopez, Felices et moi même, étions invités à Jérez en Espagne et à Blida en Algérie… » 

Kouider Melhaoui pilote Marocain   Kouider Melhaoui pilote Marocain

Kouider  Melhaoui, après une victoire en moto-cross dans les années 70 et de nos jours, de passage à Montpellier.

Kouider nostalgique se souvient et ajoute : «  l’huile qui brûle, le bruit des motos, l’odeur de la graisse tout cela j’y ai grandi dedans. Je distribuais même des prospectus de moto. J’ai donc reçu tout ça à un age très, très tendre… »

La moto au Maroc: c’est Melhaoui ! dans Circuits. le-circuit-oublie-carcasson

souscription dans Circuits.

Kouider Melhaoui pilote de vitesse

Kouider Melhaoui pilote Marocain   Kouider Melhaoui pilote  Marocain de moto de vitesse

Kouider sur le circuit urbain de la Corniche à Casablanca. 

Kouider se montre rapidement doué en vitesse sur un 50 cc Zundapp avec lequel  il va courir pour la première fois, le 16 avril 1968 à Marrakech. Il va surprendre tous les autres coureurs chevronnés en faisant 14 tours en tête pour casser dans le dernier tour devant son père qui l’attendait fièrement, puis dépité avec le drapeau à damier en main !

La première coupe de Kouider sera celle du pilote le plus malchanceux dont il parle encore avec humour et un grand amusement.

Kouider Melhaoui pilote Marocain  Kouider Melhaoui pilote Marocain

Kouider va échanger rapidement le Zundapp pour un rapide Kreideler équipé d’un kit d’usine.

Kouider Melhaoui pilote Marocain

Melhaoui finira tout de même sa première saison de course à la place de 4 ème au Championnat du Maroc 1968 !

Les compétitions en 50 cc, appelées courses de cyclos, étaient très populaires et organisées à toutes sortes d’occasions et de fêtes. Assurément elles devaient promouvoir ce type de transport moderne jeune et pas trop onéreux.

Kouider Melhaoui pilote Marocain    Kouider Melhaoui pilote Marocain

« Kreideler: La marque des jeunes qui ne trahit pas son pilote »nous dit la réclame des annés 70.

Tandis que Kouider reçoit une coupe des mains de son Père

Deuxième en 1969 pour sa seconde année de compétitions, Kouider Melhaoui sera sacré Champion de vitesse 50cc du Maroc, pour les années 1970, 1971,1972, devenant une Star de la moto Marocaine car il menait en même temps une carrière tout aussi victorieuse en moto-cross.

 Kouider Melhaoui pilote Marocain  Kouider Melhaoui pilote Marocain

De 1969 à 1973 Kouider va courir en vitesse et en moto-cross en même temps, mais également en voiture, en formule IV.

Il va gagner en courses 178 coupes. Assurément, un grand champion !

Kouider Melhaoui pilote Marocain

Au départ de la course des 50 cc du IV ème Grand Prix du Circuit de la Corniche à Casablanc, Kouider porte le N° 7.

Kouider Melhaoui pilote Marocain

Kouider Melhaoui participera à plusieurs reprises à des courses internationales en Espagne.

Il se souvient  précisément qu’à Jerez il retrouvait toujours en 50 cc l’immense  Champion du Monde : Angel Nieto qui, bien entendu, était un pilote d’usine, alors chez Derbi.

Angel Nieto et Kouider Melhaoui pilote Marocain

Angel Nieto au premier plan et Kouider en second ligne juste derrière la Debi et avec la moto n°4

 En 1971, Kouider fera plusieurs tours devant Nieto, pour se faire doubler par Angel qui finira par le passer, « comme un avion »! Puis  Melhaoui se maintiendra derrière les trois machines d’usine jusqu’à ce qu’il casse hélas sa boîte à vitesse, en fin de course.

21kmelhaouinietojerez7.gif

Magnifique photo de l’attente sur la ligne de départ.

On est bien à Jerez en 1971, car sur les poteaux en arrière plan on peut voir les pubs avec la silhouette à la guitare et au chapeau andalous du Tio Pépé, emblème du vin de Jérez. 

Au premier plan, Angel Nieto très populaire sur son Derbi d’usine salue la foule. Tous les regards admiratifs vont vers lui.

Kouider Melhaoui prêt au départ, se tient sur la deuxième ligne avec la moto n°20.

Voilà une image merveilleuse qui doit remuer de bien grands souvenirs pour Kouider et je suis tout admiratif pour sa magnifique carrière de coureur qui a piloté luttant contre les plus prestigieux et plus grands pilotes du siècle dernier.

Kouider Melhaoui pilote de moto-cross

Il y avait au Maroc dans ces années 60, deux courses de vitesses par mois et autant de courses de moto-cross, ce qui a poussé notre ami Kouider débordant d’enthousiasme et de passion pour les deux roues, à se mettre également au tout terrain.

1kmelhaouicrossalger.gif

Une des première course de Kouider, en Algérie en petite cylindrée sur un 50 Atala.

 Kouider Melhaoui pilote Marocain    Kouider Melhaoui pilote moto-cross Marocain

En 1971, course à Bouskoura, 3 manches 3 victoires pour Kouider ! Et  personne n’a oublié l’auberge chez Gigi de Bouskoura !

Puis toujours gagnant, au lac de Sidi Bougharaba, face des pilotes Américains.

3sur250bultaco73.gif

Rapidement Kouider adopte en 1973 et avec succès une Bultaco en 250.

Sur la photo ci dessus on le voit franchir la ligne d’arrivée, les suspensions tassées après un grand saut.

Kouider Melhaoui pilote Marocain

Toujours à la recherche de bécane performante Kouider se met à courir sur une Husqvarna. Et pour une efficacité optimale il ira même chercher un moteur à l’usine, en Suède.

Kouider Melhaoui pilote moto-cross Marocain 

Au Cross de l’Indépendance sur la Husky dans les carrières  des Zénatas

Kouider Melhaoui pilote moto-cross Marocain 

Et ce ne devait pas être facile tout de même, pour un pilote plus taillé pour les 50 centimètres-cubes que pour le moto-cross ! Surtout, face à ces géants, colosses  Américains de la base militaire de Kénitra, super équipés, et qui se faisaient apporter leurs motos des Etats-Unis par les avions de l’armée US.

 Kouider Melhaoui pilote moto-cross Marocain        Kouider Melhaoui pilote moto-cross Marocain

Podium en vainqueur pour Kouider… face à un colosse impressionnant !

Kouider Melhaoui pilote moto-cross Marocain 

 Kouider Melhaoui en démonstration sur un parking de Casablanca pour effectuer le « saut de la mort ».

Toute une époque et une atmosphère est résumée dans cette photo.

En France c’était le temps de Jean Sunny, des Simca Versailles et de ses dérapages et acrobaties dans ces voitures dont ma génération se souvient encore.

Kouider Melhaoui pilote moto-cross Marocain

Kouider Melhaoui pilote automobile

Tandis que Mohamed Melhaoui, le Papa, construisait une petite voiture populaire au Maroc, « la Mini Melhaoui », dont tout les Marocains ont gardé le souvenir…

… Kouider, le fils, pilotait en course une machine de formule IV, une Tecno Ducati 250.

Il connaîtra avec cette machine de belles joies et des victoires à son volant toujours sur des circuits urbains dans plusieurs villes Marocaines. Et il faut croire que cette formule alors populaire devait offrir aux pilotes d’intéressantes sensations en courses.

 Kouider Melhaoui pilote Marocain de Formule IV Kouider Melhaoui pilote Marocain de Formule IV

Kouider Melhaoui pilote Marocain de Formule IV  Kouider Melhaoui pilote Marocain de Formule IV

Kouider Melhaoui pilote Marocain de Formule IV   Kouider Melhaoui pilote Marocain de Formule IV

Toujours sur des circuits urbains ou les moteurs de petites cylindrée et les engins maniables tout à fait adaptés aux tourniquets, permettaient de belles courses et de jolies victoires appréciées par un public curieux et nombreux.

Dans les années 70 Kouider terminera sa carrière de pilote moto et auto en participant aux célèbres Raids Orion, mais ses genoux le font bien souffrir suite à toutes ses chutes et aventures sur les circuits de vitesse et moto-cross du Maroc.

 Au total Kouider Melhaoui aura été 8 fois Champion du Maroc de Vitesse, d’abord en moto 50 centimètres cubes,

puis 3 fois Champion du Maroc dans les trois catégories en Moto-Cross : 50cc, 125cc, 250cc.

La presse Marocaine l’appelait fort justement : L’As des deux roue

La jeunne génération des Melhaoui est en marche

 mehedi melhaoui    soeurdemehedi.gif  mehedietsoeurpiwi.gif

Mehdi le fils de Kouider et ses sœurs sur leurs premières motos des Ital-Jets et des 80cc Piwi Yamaha.

Depuis ils sont passes au quad et Mehdi s’est essayé à l’Enduro.

L’entreprise du Grand Père a fermé car les machines japonaises sont devenues très sophistiquées et beaucoup plus coûteuses que dans les années 70. Mal adaptées au marché Marocain, elles se vendaient mal et ont atteint des prix trop élevés pour une économie difficile, au Maroc… comme partout.

Les productions Chinoises finissent par les remplacer mais comme le dit Kouider , c’est pas pareil !

Les fabriques européennes se sont fait concurrencer par les Japonais et maintenant, en Afrique les Japonais se font damer le pion par les Chinois.

C’est la vie…


Mehdi Melhaoui plasticien

Mehdi, le petit fils de Mohamed, est devenu un jeune artiste plasticien.

medhietkouider.gif

Il pratique la sculpture et réalise des photographies avec autant de talent et d’énergie que son père et son grand père en ont eu pour les sports mécaniques.

Dans ses sculptures on retrouve un univers ou la mécanique est présente, des coques et navires de métal, des machineries maritimes, la mer, des bateaux échoués et en lévitation dans des déserts imaginaires… poésie des formes, pureté des lignes…

Mais je me suis laissé dire qu’il a en projet un nouveau volume d’acier et de métal qui serait directement en hommage à la motocyclette.

Nous l’attendrons impatiemment…

sculpture de mehdi Melhaoui

Mehdi Melhaoui a gagné avec une de ses photographies le prix du concours organisé par la grande revue européenne: Géo Magasine.

Et récemment un grand Musée lui a commandé la sculpture que vous pouvez voir sur la photo ci dessous, c’est dire son talent !

sculpturemehdimelhaoui.gif

C’est comme cela que j’ai connu Mehdi à Montpellier.

Puis il m’a présenté à son père Kouider et tous deux m’ont raconté l’histoire de leur famille de motards. Et je suis fier de les avoir rencontré et d’avoir connu un pilote qui a un si beau palmarès et qui s’est aligné dans des courses contre le mythique Angel Nieto…

… un vrai plaisir pour moi de témoigner de cette véritable et importante tranche de vie de la moto au Maroc…

J’ignorais qu’il y avait une aussi importante activité motocycliste dans les pays du Magreb dans ces années là et je me demande pourquoi la presse moto qui relate tantôt les exploits des pilotes Européens en Afrique, ne nous parle quasiment jamais de la  pratique de la moto de ce côté là de la Méditerranée, des courses et des pilotes locaux qui sont  pourtant nos voisins d’en face !

                                                                       

                                                                                      A bientôt pour d’autres histoires motocyclistes…

Pour un complément d’informations sur la Moto au Maroc après guerre, Daniel Dupont, sur son site magnifique « Histoire de la moto » présente la « Moto au Maroc, années 50  » .

Louis Granon y présente sa collection des très belles photos de cette époque et y raconte la carrière de son père  Paul Granon, dans le milieu du sport moto à Casablanca dans les années 1945/1950.

Paul Granon a été pilote, puis à la suite d’un grave accident de moto, mécano et enfin Trésorier Général du Moto-Club-Marocain pendant plusieurs années, jusqu’à son décès en 1959.

Ne manquez pas une visite à :

 http://www.moto-histo.com/frames.htm

Un autre lecteur, Christian Topenot, nous  envoie une copie d’un extrait de presse de l’époque.

Christian nous dit : » Je viens de retrouver un article de journal de casa : sur le moto-cross en 71″

Merci Christian !

casablanca-presse-

Sunday Ride Classic  Circuit Paul Ricard


Archive pour février, 2010

Une belle journée cévenole

Par Jean-Paul AUGE

En lisant le titre, vous imaginez déjà l’auteur de ces lignes chevauchant gaillardement sa Terrot et parcourant à un train d’enfer les petites routes cévenoles rendues célèbres par les rallyes automobiles, ainsi qu’on l’évoquait dans un précédent article. Vous auriez pu avoir raison, sauf que ni la Ténor de Charles, ni ma Rallye ne sont encore prêtes à rouler, et que ni lui ni moi ne pousserions la passion jusqu’à faire des infidélités à nos chères pétoires en allant en emprunter une à un copain terrotiste compatissant…

En fait, il s’agit de tout autre chose. Par un certain concours de circonstance, Charles et moi avons eu l’occasion de rencontrer un de ceux dont nous suivions les exploits quand nous étions adolescents, à savoir Eric « Pépé » Offenstadt, désormais retraité et installé à Sète, non loin de son ex-mécano, « Gari » Carrera. Quelques assiettes d’huîtres de Bouzigues et bouteilles de Picpoul de Pinet plus tard, les contacts sont devenus plus réguliers, à tel point qu’il y a quelques jours, Pépé m’a proposé de l’accompagner rendre visite à Alain Michel dans son antre cevenol.

Je vois d’ici les yeux en point d’interrogation des plus jeunes lecteurs : Alain ? Eric ? c’est qui ceux-là?

Alain Michel et Eric Offenstadt

Bras dessus, bras dessous,…   une complicité de longue date réunit les deux compères.

On vous l’a dit, Eric était déjà une star du guidon en 1970 alors que nous êtions encore ados. Alain l’est devenu au cours de 15 saisons de GP side-car, conclues sur un tire de champion du monde en 1990. Comme ce serait fastidieux d’écrire ici ce qui existe en bien mieux ailleurs, je vous renvoie donc au site désormais incontournable de l’ami Francis Boutet, bike70.com, et plus précisément aux pages suivantes de la rubrique au titre ô combien explicite « Pilotes de légende » : http://www.bike70.com/Offenstadt.html et http://www.bike70.com/AlainMichel.html .

Alain Michel Champion du Monde side-car 1990

Outre que ça vous occupera un bon moment, vous verrez que ces gens-là ont un passé « chargé » comme beaucoup aimeraient en avoir un.

Alain Michel Champion du Monde side-car 1990

Et si on prévoit depuis quelques temps de vous parler un peu de la vie sétoise de Pépé (où il croise aussi l’ami Mickie de temps à autre, au comptoir de l’Entonnoir…, tandis que Gari aide Jean-Louis à fignoler le remontage du moteur de sa TZ, le monde est petit…), les circonstances font que c’est Alain qui lui vole un peu la vedette aujourd’hui.

Si vous avez lu les pages de « bike70 », vous savez donc qu’Alain vit en Ardèche. L’endroit est charmant, quoiqu’un peu isolé et pas évident à trouver (mais un bon GPS vous y aidera). Et Alain y a donc installé son petit atelier dans lequel il peaufine et bichonne sa 450Honda Rickman avec laquelle il participe aux courses d’anciennes.

Alain Michel et Eric Offenstadt

Au fond de la pièce, le cuir d’Alain, et au mur, son diplôme de champion du monde

Outre la qualité des finitions, Alain fait preuve de goût et de beaucoup d’ingéniosité pour tous les petits détails qui font le charme et l’intérêt de sa machine.

chezalainmichel5.jpg

Remarquez la finesse des pièces assurant la fixation du moteur dans le cadre, et la netteté d’ensemble du montage.

Le moteur rentre tout juste dans le cadre et Alain explique que sa mise en place suppose une certaine habileté manoeuvrière

Mais il continue aussi à travailler et son matériel comporte notamment un banc de puissance hyper-moderne pour la mise au point des moteurs les plus sophistiqués. Pour les détails, voyez son propre site :  http://www.injection-moto.com/. Pépé était vivement intéressé à voir la maestria avec laquelle Alain manie son superbe outil de travail.

chezalainmichel3.jpg

Le banc proprement dit est dans la pièce voisine, derrière la vitre, pour s’isoler du bruit et autres nuisances.

dscn6445.jpg

 

dscn6446.jpg

Quant à cette machine, vous l’avez déjà vue dans ce blog, à l’occasion de la fameuse « Côte de Veaux ». C’est celle de Jean-Luc Borgetto (merci à lui pour ces deux photos) qui a fait lui aussi le « pèlerinage cévenol » en septemblre dernier pour venir faire régler sa JLSP503 (voir la petite vidéo sur http://www.injection-moto.com/temoignages.html ).

D’ailleurs Jean-Luc avait déjà croisé Alain et Pépé aux dernières Coupes Moto-Légende. Quand on vous dit que le monde est petit…

img0155.jpg

 

Peut-être l’une de nos Terrot montera-t-elle un jour sur cette machine infernale pour voir ce que donne une mécanique de plus de 50 ans d’âge…

 

Dernier détail, et non des moindres, Alain et son épouse nous ont fait bénéficier du privilège de leur hospitalité, pour un repas aux saveurs régionales, au cours duquel ont résonné les échos de plus de 20 ans de GP moto et pas loin d’un demi-siècle de passion commune.

chezalainmichel14.jpg

Merci à la femme d’Alain, absente de la photo et pour cause, c’est elle qui a bien voulu appuyer sur le déclencheur

Vraiment une belle journée…

 

Prochainement sur ce blog un grand article sur la Moto au Maroc dans les années 1960/1970

cool mec |
LE BLOG DU PROFESSIONNEL |
mathieu62730 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | marwanblog
| jcsflnc
| "LES MACAGNONS"