Moto notre amour : un livre indispensable !

Moto notre amour : La Bible d’Ardenne. 

Par Charles Camberoque 

Photos DR Flamarion

                                  

Au début de cet été, un livre qui sort de l’ordinaire a été publié par Paul Ardenne aux éditions Flammarion. 

Précipitez-vous chez votre libraire car ce bouquin passionnant risque d’être rapidement épuisé. Son auteur parle de vous, de nous à chaque page et on ne peut que les dévorer avidement car Ardenne nous transporte dans un  délicieux état de profonde jubilation. 

  rte.gif   Moto notre amour

Paul Ardenne, jeune auteur, mais vieux motard analyse son amour pour la moto. Sa démarche est presque scientifique et il n’oublie rien des sensations qu’il éprouve face, et sur une bécane.  Depuis son émoi devant sa première rencontre avec la moto jusqu’à son émotion au souvenir de grands pilotes, nous nous retrouvons totalement dans son récit. Ses sentiments sont aussi les nôtres. Souvent même Paul Ardenne exprime des impressions que nous n’avions formulées que confusément. Une étrange complicité nous lie alors à lui qui nous fait penser : Mais oui, comme il a raison ! Comme il dit vrai, même si parfois il force un peu la note et ne résiste pas a vouloir épater la galerie (jeux de mots). Mais tout motard est toujours un peu frimeur et nous lui pardonnerons en riant de nos travers. Qui n’a jamais regardé son reflet et celui de sa machine dans le reflet des vitrines ? Qui n’a pas fait rugir son moteur en passant sous un tunnel ? 

Par le fait qu’Ardenne s’implique complètement  dans son  récit (qui ressemble à une espèce de confession) il confirme toujours qu’il est des nôtres et cela est très important.

Tout au long du livre Ardenne réhabilite en quelque sorte le motard qui dans notre société apparaît souvent comme  un simple connard, un blouson noir plein de cambouis. On en sait quelque chose, bien que les choses aient considérablement évoluées depuis que faire de la moto est quasiment devenu un acte de consommation qui fait saliver beaucoup de boutiquiers. Les marchands du temple assurément. 

Moto notre amour Ce bouquin me semble donc très important et devrait figurer dans tous les ateliers entre les collections de Moto Revue et les revues techniques. Certes, il ne parle pas des machines mais du fonctionnement de leurs pilotes. Et que seraient les motocyclettes sans les motards qui vont dessus ?  Le petit monde de la moto avait besoin depuis longtemps d’un tel livre de référence.  En le lisant j’ai pensé parfois à Roland Barthes, à sa façon disséquer nos mythes, notre langage et aussi la photographie. La photographie  (qui m’est chère) doit beaucoup a Barthes et la motocyclette devra beaucoup à Paul Ardenne pour cette brillante analyse qui de plus reste simple et sans pédanterie, ce qui ne gâche rien. Il faut dire qu’Ardenne n’est pas un mec ordinaire. L’originalité et la dimension de son récit viennent également du fait qu’il est aussi et surtout un universitaire spécialiste de l’Histoire de l’Art. Un théoricien et critique reconnu qui a l’habitude de s’interroger et d’analyser l’Art Contemporain. Ce qui apporte un poids supplémentaire à ses mots et qui finirait par placer la pratique motocycliste comme une autre dimension de l’art évoluant entre happening, danse, sculpture…etc…Inscrire sa machine et son corps dans un équilibre de trajectoires parfaites ne tient il pas de la chorégraphie après tout ?   

J’écrivais sur ce blog, il n’y a pas très longtemps que le monde des créateurs d’art et celui des concepteurs de moto n’est pas si éloigné. En voici donc une nouvelle preuve.

motonotreamour02.gif

 

Ballencourt 2010


Archive pour août, 2010

Les motos de Pékin

 

Les motos de Pékin

 

 

Texte et photos de Charles Camberoque

 

 

Pour des raisons professionnelles j’ai passé ce mois de juillet en Chine, à Pékin.

J’y ai présenté une exposition de mes photos de Chine et d’Europe que vous pouvez voir à l’adresse suivante sur le net:

http://2010camberoqueenchine.unblog.fr/

Bien entendu, j’en ai profité pour photographier des motos, ou plutôt les deux roues (utilitaires) que j’ai croisé.

1.gif

 Et s’il y a toujours pas mal de vélos, point de moto hormis des petites cylindrées.

Les 125 apparaissent alors comme des gros cubes.

Toutefois, moins de bicyclettes qu’il y a encore une dizaine d’année, mais beaucoup plus de voitures qui rendent la circulation totalement infernale.

2.gif 

On croise également des espèces de tricycles, genre caisse à savon qui sont des taxis pas cher, ou plusieurs personnes se serrent à l’arrière. J’en ai vu jusqu’à 4 cachés derrière les petits rideaux des fenêtres. Le tout offre la possibilité d’être bien fermé pour contrer les rigueurs de l’hiver pékinois qui est très froid.

2petittricycle.gif

Le moteur et l’avant de la machine sont tirés d’une moto de 125 et la puissance semble bien faible lorsque la charge est à son maximum …mais ça roule et les passagers sont contents.

4.gif

Dans cette circulation chaotique, moi,  je me demande quelles sont les règles du code de la route à Pékin ?

Peut-être qu’il n’y en a pas… C’est dire !

Lorsqu’on est comme passager dans le flot des voitures, on se rassure en pensant que finalement il n’y a quasiment pas d’accidents. À tel point qu’un froissage de carrosserie peut faire l’objet d’un reportage sur les journaux télévisés de TV Pékin. Étonnant non ?

Comme quoi la réglementation n’apporte peut-être pas tant d’avantages que ce qu’on pourrait penser.

Motos de Pékin en Chine 

 Et on se faufile dans le moindre espace. Et on klaxonne.  Et on avance au travers d’embouteillages à la taille de cette ville et de cet immense pays. Le tout en parlant négligemment dans le téléphone mobile.

L’occidental au long nez que je suis, sur son siège parfois à l’avant, serre les fesses…mais ça passe.

Motos de Pékin en Chine

Sur les anciens tricycles triporteurs, on a installé des petits moteurs soit thermiques soit électriques. Et vous avouerez qu’en face du Mac Do sous un platane (appelé en Chinois l’arbre français) c’est bien commode ce plateau de triporteur… pour faire la sieste !

Motos de Pékin en Chine 

Des espèces de vélos électrique entre mobylettes et bicyclette ont fait leur apparition et filent sans un bruit, comme beaucoup de scooters marchant aussi à l’électricité.

Une belle pékinoise à la mode, équipée d’une visière protège-visage  et chaussée de tongs assorties, roule sur son scooter tandis qu’un petit chien garde férocement la machine électrique de son maître.

Motos de Pékin en Chine 

Les motos sont limitées à 125. La police est équipée avec des 250. Il sont forts et rapides les policiers !

Parfois on croise des sides déjà anciens, copies chinoise des modèles soviétiques, eux même copies des machines allemandes. Beaucoup de scooters électriques et thermiques.

Au fait: Il y aussi des radars en Chine, des caméras et une vitesse limitée à 80 sur les périfs de la ville.

Motos de Pékin en Chine 

Je n’ai vu rouler en un mois, dans Pékin qu’une grosse Yam FJ. Etrange ? Peut-être une hallucination !

L’explication m’a été donnée par un de mes amis chinois : Dans les années 80, ou le gouvernement avait encore une certaine autorité, une expérience fut faite et l’on autorisa à 200 motards d’avoir des machines et de rouler avec dans Pékin.

Bilan 10 ans après : Il n’y  avait plus aucun survivant !

Ils s’étaient tous tués dans cette furieuse et mortelle circulation ou les voitures changent constamment de file et cela sans crier gare ni utiliser les clignoteur.

Alors, il fut décidé qu’il n’était ni sage, ni possible, de rouler à moto dans Pékin.

La moto y fut interdite, ce qui devrait épargner des vies  humaines.

Motos de Pékin en Chine

Le paradoxe est la présence des petites cylindrées, mais il faut croire que les automobilistes en ont l’habitude et que, du fait de leur vitesse plutôt lente, le problème n’est pas le même que s’il y avait des motos rapides dans le gros bordel de cette circulation.

Motos de Pékin en Chine 

Personnellement je ne suis pas assez gonflé et n’oserais, ni n’aimerais pas rouler à moto dans cette ville.

Pourtant les deux roues à moteur pourraient être une alternative bien commode pour contrer les encombrements. Il faut dire aussi que les distances dans cette ville sont énormes et qu’a vélo le moindre déplacement devient une véritable épreuve sportive.

Motos de Pékin en Chine 

Les Chinois sont pragmatiques et les engins électriques constituent effectivement une option intéressante car peu dangereuse et pas polluante avec en prime l’absence de pollution sonore.

Je vous conseille d’aller faire un tour sur le site de la marque qui est sur la plaque du scoot, ci dessus : China Electric Vehicle Union ( WWW.DDCLM.COM) pour voir les photos des machines électriques proposées.

Motos de Pékin en Chine 

Dans l’hôtel, ou je logeais des maquettes de motos décorent certaines salles, prouvant que le mythe de la moto fonctionne puisque les machines sont utilisées là, comme un objet d’art.

Motos de Pékin en Chine

Dans le métro de Pékin fleurissent des pubs pour des vespas. `

Les choses risquent fort d’évoluer à l’avenir, poussées par une société qui veut faire comme le modèle Occidentalo-Américain.

Motos de Pékin en Chine

Les 125 sont plus équipées comme des Harley que des cafés racer.

J’en ai même vu une qui portait sur le réservoir ; écrit en belles lettres de feu, le nom usurpé de la célèbre marque américaine.

Motos de Pékin en Chine

 Et les motard pékinois sur leur vélomoteurs se la jouent comme des biker made in US même si le casque est peu conforme et les santiags ont laissé la place à des pieds nus, plus aérées.

 Motos de Pékin en Chine

La Chine est bien éveillée et n’a pas fini de nous surprendre.

Et d’ailleurs il n’était pas malin de laisser entendre qu’elle était endormie, encore une réflexion d’un occidental prétentieux. Enfin, passons car cela demanderait de plus amples développements…

Motos de Pékin en Chine 

Des chantiers partout. Destruction des célèbres hutong pékinois (ensemble de maisons basses au rues tortueuses et étroites), hélas, pour la construction d’immeubles de plus de trente étages et des boutiques luxueuses. La pression immobilière est énorme dans le centre de Beijing. Et les promoteurs sont capable de tout.

Écrans géants, voitures, ordinateurs, téléphone mobile et petites motos…

Toute la Chine est bien grande. Elle ne s’arrête pas aux portes de Pékin ou de Shanghai et tout le peuple chinois est loin de partager les richesses de la modernité. Des petits malin font fortune tandis que d’autres restent des prolétaires. L’écart entre super nantis et pauvres se creuse. Certains roulent en Ferrari et d’autres sur des vélos électriques tout de même bien contents de n’avoir plus à pédaler… comme autrefois…

Bref vous l’aurez compris la Chine est un pays qui me fascine et sur lequel je travaille, photographiquement parlant, depuis près de trente ans.

Motos de Pékin en Chine 

Et la Ténor dans tout ça, me direz vous ?

Elle avance, ça avance…

… et elle est d’un rouge !

 

Pour voir les photos de l’exposition de Charles Camberoque:

 » Photographies d’Europe et de Chine »

présentées l’été dernier à Pékin en Chine

vous pouvez aller à :

 http://2010camberoqueenchine.unblog.fr/

 

cool mec |
LE BLOG DU PROFESSIONNEL |
mathieu62730 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | marwanblog
| jcsflnc
| "LES MACAGNONS"