Andorre : Motards d’aujourd’hui.

 

Andorre : Motards d’aujourd’hui.

Photos  Eric Rossell

Texte C Camberoque

Eric Rossell est  un jeune photographe Andorran. Il a prit une série de portraits photographiques de motards avec leurs machines à l’occasion d’une concentration organisée par le Moto Club d’Andorre, le 6 octobre 2012.

Les photos d’Eric sont d’autant plus intéressantes qu’il a installé en plein air un éclairage de studio qui donne une lumière particulière à la plus part de ses portraits nous offrant de cette façon une grande qualité photographique.

Andorre : Motards d’aujourd’hui. dans Rassemblements. copyright-e-rossel-image-1

Avec cette série d’images, nous ne sommes pas dans la nostalgie des motos anciennes mais bien dans le présent et la modernité de ceux qui aiment rouler avec les rutilantes bécanes d’aujourd’hui.

fot-copyright-eric-rossell andorre-motards-d’aujourd’hui dans Rassemblements.

Eric a fait poser les participants de cette concentre, avec et sans casque mais toujours sur ou à côté de leur bécane.

copyright-eric-rossell-3-

Il constitue  une galerie de portraits qui sont captivants grâce aux différentes personnalités qui composent cette série.

De plus, alors qu’un motard est toujours un personnage anonyme car sans regard et sans visage puisque dissimulé derrière un casque intégral ; Eric Rossell, leur rend leur identité, en faisant leurs portraits sans casque.

foto-copyright-e-rosseill-4

Les motards en montrant leur visage retrouvent visage humain. Ils ne peuvent plus être confondu avec des centaures de mécanique impersonnels.

foto-copyright-e-rosseill-5

Dans les photos de Rossell le temps et le mouvement des motos sont arrêtes.

On peut enfin examiner les motocyclistes, eux qui passent habituellement si vite, qui filent à toute allure échappant  à notre regard.

foto-copyright-e-rosseill6

Les motards retrouvant un visage, toutes sortes de détails les ramènent vers nous. Nous les rendent plus proches.

Le mimétisme du motard et de sa machine devient frappant et parfois curieux ou drôle. Parfois les gros sont sur de petites machines et les petits sur de grosses motocyclettes.

foto-copyright-e-rosseill7

Sur certaines photographies, machines pilotes et passagères semblent avoir les mêmes rondeurs.

Eric Rossell décrit une nouvelle catégorie de motocyclistes, plus tout à fait jeunes mais pas assez vieux pour être nostalgique et rouler sur des motos anciennes.

foto-copyright-e-rosseill-8

Certains donnent l’impression qu’ils se font enfin plaisir  et qu’après une carrière professionnelle bien remplie, ils ont finalement pu s’acheter une grosse moto, une très grosse moto qui témoigne autant de leur amour pour les deux roues que de leur envie de montrer une certaine réussite sociale. Alors, ils chevauchent fièrement leur trône à roulettes, un engin qui loin d’être indispensable n’en est pas moins coûteux.

foto-copyright-e-rosseill-9

Et puis il y a des couples, des jeunes, des vieux, des amoureux et des plus blasés.

foto-copyright-e-rosseill10

Dans tous les cas, monsieur est au guidon. Madame à l’arrière.

Tiens ! Et pourquoi ?

Pourquoi ne voit on pas l’inverse ?

On est au XXI ème siècle, mais là, point d’évolution : Les mecs devant les gonzesses derrière !

Comme c’est bizarre …

Vous avez dit bizzare ?  Bizarre, bizarre !

foto-copyright-e-rosseil-11

Même pour la photo, pas un mec n’a eu l’idée de monter sur sa bécane derrière sa femme ! Pour rire… bien sûr !

foto-copyright-e-rosseill14

Comme Monsieur Jourdain qui faisait de la prose sans le savoir, Eric Rossell fait œuvre de sociologue et d’historien… mine de rien… Il faut l’encourager, c’est trop bien !

Par leur côté systématique, cohérent et répétitif, les photos  d’Eric sont captivantes car il nous livre là, une étude photographique sur une des pratiques de la moto au début de notre XXI ème siècle. Avec le temps, ces photographies prendront une valeur supplémentaire car historique.

foto-copyright-e-rosseill13

Bien entendu on voit la beauté des machines, mais, leurs pilotes et passagers prenant innocemment la pose nous en disent finalement beaucoup sur eux-mêmes.

foto-copyright-e-rossell-12

Barbour et Harley : probablement un quinquagénaire encore fasciné par le rêve américain.

foto-copyright-e-rosseill16

Carénage et guidon bracelet : Sûrement un fan de Rossi ou Capirossi !

le-circuit-oublie-carcasson

souscription

 

foto-copyright-e-rosseill15

L’équipement est parfois envahissant. Les bagages s’empilent.

On imagine qu’on a affaire alors à des motocyclistes qui aiment retrouver leur confort à l’étape… peut-être même leurs pantoufles …

Que pourraient-ils emporter d’autre, d’aussi encombrant !

foto-copyright-e-rosseill18

Et puis il y a les vieux loups solitaires. Ceux qui pensent que la moto est un sport d’égoïste où il n’est pas utile de risquer, en plus, la peau de son passager.

foto-copyright-e-rosseill17

En général ceux-là ne roulent pas pépère…

Il respectent scrupuleusement le vieux précepte qui dit:

« Une poignée des gaz n’a que deux positions, ouverte ou fermée ! « 

 

foto-copyright-e-rosseill

 

 Mais qu’on soit en couple ou tout seul, au moment du départ, on ne refusera pas à un vieux curé de bénir motos et motards.

foto-copyright-e-rosseill21

Après tout, si ça ne fait pas du bien ça peut pas faire de mal…

Et du coup…  si on peut rouler plus vite…

foto-copyright-e-rosseill20

Eric Rossell est photographe freelance.

Il a participé à plusieurs expositions en Andorre et Catalogne.

Il est diplômé en photographie et création numérique par le Centre de Technologie et de l’Image Multimédia, le CITM, de l’Université Polytechnique de Catalogne à Barcelone.

Vous pouvez voir ses autres travaux photographiques sur son site : www.ericrossell.com

 

 

 

 Les calendriers du Terrot Club Ballancourt 2013 sont sortis !

tc-ballancourt-calendrier

Philippe nous annonce que son club vient de publier les calendriers du Terrot Club Ballancourt 2013. Un mural et l’autre de bureau. Comme  vous pouvez voir sur les photos.

Ils sont créés à partir des photos de la journée de la moto ancienne de Montlhéry.

Avec Mickie nous figurons sur ces calendriers  chevauchant nos Miss Ténor !
Extraordinaire !!!

Nous voilà chacun devenu, Monsieur « Je-ne-sais-quel-mois », comme les Rugdbymens et les filles de Play Boy ou bien celles du calendrier Pirelli !!!

Effet érotique… pas garantit…tout de même !

 

Le prix est de 10 euros ( prévoir peut-être un peu plus avec les frais de port).

Vous devez passer la commande à : secretaire.club@terrot.org

calendrier-terrot-club

 


Archive pour novembre, 2012

La Ténor de Philippon

La Ténor de Philippon

Texte et photos de C Camberoque

 

On ne dira jamais suffisamment comme Internet est un extraordinaire outil.

Je faisais de la moto tout seul dans mon coin. Grâce au net, j’ai commencé à écrire ce blog et y ai découvert une multitude de gens passionnants.Voir: http://charlescamberoque.unblog.fr/?p=102

Ce blog, dont la première mise en ligne date de Mars 2008, a largement dépassé les 200 000 visiteurs qui ont consulté plus de 450 000 pages. Il a été traduit, pour être lu dans je ne sais combien de langues, de l’Arabe au Chinois en passant par des langues parlées dans des pays que j’aurais du mal à situer sur un planisphère. Voir l’article de Mars 2010 : Et je continue mon blog… Depuis 2 ans, déjà!

Et dire que je croyais qu’il ne serait vu que par 3 ou 4 copains bienveillants !

Je ne collectionne plus les articles des revues qui en ont parlé, et quant aux sites et autres blogs qui en donnent un lien, ils sont des centaines et j’en profite pour les remercier.

La Ténor de Philippon dans Terrot la-tenor-de-philippon-11  C’est ainsi que j’ai d’abord rencontré  virtuellement, Thierry Philippon dont j’apprécie le travail autour des Terrot. J’en ai parlé souvent sur ce blog avant de faire sa connaissance.

Nous nous sommes retrouvés dernièrement à Pamiers, ou il avait amené sa petite Ténor que j’ai pu admirer dans ces moindres détails. Voir : Ariège : Grand messe du TCF

 Une machine qui pète le feu de Dieu !

La Ténor de Philippon a visiblement des performances qui laissent derrière, même des 175 Tournoi ou  Rallye, ainsi que beaucoup d’autres bécanes de plus grosse cylindrée.


Il faut dire que Thierry Philippon semble tout à fait à son aise pour piloter ses Terrot. L’inversion des commandes ne lui pose pas le moindre problème.

Quant aux pneus, il a monté des modernes Michelin Sporty qui ne plaisent pas aux puristes. Certes… surtout ceux qui se font enfumer au premier virage.

 

 

 

 

 

 

 

Il fallait le voir filer, le Thierry… déchaîné sur les routes des Pyrénées ariégeoises !

 

philippon-sur-sa-tenor-2 la-tenor-de-philippon dans Terrot

Voyons de plus près cette petite machine, dite populaire.

 

La partie cycle

D’emblée elle ne se distingue pas d’une autre Ténor. Mais en y regardant à deux fois, quelques détails apparaissent immédiatement comme le carburateur avec son cornet très racing.

tenor-de-philippon-03 Terrot

Les pneus sont des gommes modernes. Ces Michelin Sporty semblent bien plus fiables et accrocheurs que les traditionnelles montes ordinaires.

tenor-de-philippon-04

Les jantes sont différentes par rapport aux modèles habituels. Philippon a monté des Akront au profil plus beau. De 1,60 pouce par 17, elles ont la même largeur que les Borrani à 1 mm près.

Quant au pignon de sortie de boîte, il est de 16 dents, au lieu de 15.

tenor-philippon-05

Sur le Carter gauche, une prise pour un compte-tour mécanique a été installée. Je ne la trouve pas d’un bel effet et depuis quelque temps, elle ne sert à rien car Thierry a monté un compte-tour électronique, monté sur le guidon gauche pour éviter de faire des surrégimes.

autocolant-06

Le célèbre autocollant Champion de France a été ré-imprimé par les soins de Thierry. Il fait gagner quelques km/h, lorsqu’il est collé à la bonne place ! Si vous contactez Philippon, il vous en enverra une paire à un prix très raisonnable. Et franchement sur une Ténor… c’est la final touch !

thierry-claude07

A Pamiers, Thierry m’a présenté Claude Rougé, le plus Breton des Biterrois qui était descendu pour l’occasion dans le Sud. Un autre grand amateur de Terrot qui avait amené une jolie Ténor.

2tenor08-

Suivant les conseils de Claude, je vais installer le même carbu que lui sur ma propre machine.

 

Moteur et  carbu

Ci-dessous un gros plan de son carburateur, un Dell Orto référence : 02633 avec un gicleur de 83, (vendu neuf pour un peu plus de 65 euros. Franchement ça ne vaut pas la peine de s’en passer).

claude09

Mais revenons à la Ténor de Thierry et profitons de ses 2 séries de photos du carburateur pour voir la différence entre les 2 Ténor. Celle de Rougé, ci-dessus et celle de Philippon ci-dessous.

tenor-de-philippon-10

Le carburateur de la machine de Thierry, est également un Dell Orto mais de diamètre 22, qui plus est, un  modèle Racing avec un gicleur de 85.

La pipe n’est plus fixée au cadre comme sur les Ténor habituelles (voir celle de Claude Rougé). Vous remarquerez également que la pipe qui supporte le carburateur a été raccourcie dans les deux montages.

Sur la Ténor de Thierry, ci-dessous, le système de fixation a été déplacé et soudé sur le haut du couvre culbuteur tout en étant toujours fixé au tube du cadre du dessus.

Si on laisse la fixation d’origine les vibrations produisent une cassure à l’emboîtement de la pipe d’admission dans la culasse. Grâce à la modification de Thierry, les vibrations ne passent plus par la pipe et le conduit d’admission, mais par le couvre culbuteur qui est bien plus solide.

carbu-philippon11

La cuve est séparée et joliment montée sur silentblocs fixés sur la boîte à outils. Elle est réalisée à partir d’une cuve d’un carbu Gurtner, de Tournoi.

La boite à outils abrite un allumage électronique Kennedy.

Le filtre à air et sa petite boîte ont été supprimé.

Point commun sur les 2 Ténor de Rougé et Philippon : Un reniflard est installé sur le bouchon du carter de la boîte.

La boîte de Thierry a été décloisonnée, le reniflard permet la décompression du bas moteur.

reniflar-12

 

 Le décloisonnement

Le décloisonnement permet de supprimer la pression interne, de diminuer le frottement des pignons de boîte qui sont alors graissés, dans ce cas, par les projections du vilebrequin.

decloisonnement

 Le gain est appréciable car il semblerait de 1/2 cheval ! (Photo ci-dessus des carters moteurs une fois décloisonnés).


Les moteurs de Thierry

Mais tandis que nos deux amis se préparent pour la balade voyons ce que la moto de Thierry Philippon cache ou va prochainement cacher dans ses entrailles. Car Thierry possède deux moteurs l’un sur la machine l’autre à l’atelier qu’il monte alternativement sur sa Ténor.

culasse-tenor-philippon11

Commençons par le haut du moteur, voyez cette culasse de « la mort qui tue » ! Comme dit Jean-Paul.

Les soupapes sont plus grandes (2 mm de plus que celle d’origine).

Pour que le vilebrequin encaisse le surcroît de puissance, il fallait faire quelque chose et en effet Thierry cherche à le fiabiliser car sa petite Terrot souffrait d’une certaine fragilité de ce côté-là.

piston-av-rect-12

 Thierry raconte ses derniers travaux :

« Hier je suis allé à Saint Ouen l’Aumône (près de Pontoise) pour faire amincir de 2 mm mes 2 bielles de Honda 250 par rectification plane pour un future montage sur la Tenor (voir la photo bielle/piston)

Comme le dit Jean Paul : Ta Tenor ne marche pas mal, mais un vilo tous les 5000 km c’est moyen.

Et il a raison de se moquer.

Donc ce nouveau vilo comportera 33 aiguilles de 3*15.8 et ça ira mieux que le montage d’origine qui a 17 galets de 5*12.

Un rapide calcul montre que le gain en ligne de contact sera de 159%.

Et ce sera aussi supérieur au montage 175 Tournoi qui n’a que 30 aiguilles de 3*15.8.

 Le piston est celui du 125 Honda qui se monte sur la bielle du 250 facilement, l’axe de piston ayant le même diamètre, 15 mm.

Et comme l’axe est décalé de 1 mm et se trouve plus haut dans le piston que sur le Ténor, associé avec une bielle + longue de 7 mm, le rendement mécanique du vilo sera meilleur.

C’est exactement ce que nous avons fait sur le 175, aux mêmes maux les mêmes remèdes ».

piston-bielle-ap-rect13

Ci dessus : «Une photo de la bielle ainsi qu’une d’un maneton aminci de 2 mm, après rectification de l’épaisseur (tète et pied) de 18 à 16 mm. Et rectification aussi de mon porte-monnaie:70€ pour les 2 (soit presque leur prix d’achat !).

La bielle du Ténor fait 12 mm de large (!) alors que la bielle Honda en fait 18. Donc 6 mm à gagner, ainsi répartis: 2 mm sur la bielle et 2 mm sur chaque masselotte.

 Le piston du Honda a  56.5 d’alésage au lieu des 52 du Ténor (il a un peu grossi….).

Voila pourquoi une simple Ténor arrive à suivre une (et même deux) Rallye dont la distribution est usée ».

Détail intéressant :

ste15

Dernier détail intéressant que nous fait remarquer Thierry avant de remonter son moulin pour reprendre la route :

«Le poinçonnage des pièces réalisées à Saint Etienne, où furent fabriquées les dernières Terrot : Le « sTe » doit correspondre à Saint Etienne, cette usine travaillait surtout pour Peugeot auto et outillage, je me souviens d’avoir vu ce poinçonnage sur un mandrain de perceuse Peugeot Frère ».

 

Les performances

En ce qui concerne les performances, Thierry n’a pas chronométré sa petite Ténor, mais son ami Jean Le Tallec l’a fait :

Jeannot (pour les intimes) possède le même moteur que Thierry mais avec des ressort plus dur. Les ressorts des Ténor de compétition donnés par Pierre Aubertin du service course de Terrot. Ce sont des ressorts d’aviation : Terrys.

Du coup, la bécane de Jean Le Tallec prend 8200 tours et monte à 114 chrono !

en-priere16

Et c’est ainsi que lorsque des connaisseurs se retrouvent devant certaines Terrot Ténor, ils ne manquent pas de s’agenouiller devant elles pour se recueillir avec dévotion en faisant quelques oraisons secrètes (qui … m’a t’on dit… seraient constituées de textes cabalistiques tirées du manuel d’entretien des Ténor et Rallye)…

Bien chers frères Terrotistes… prions….

cool mec |
LE BLOG DU PROFESSIONNEL |
mathieu62730 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | marwanblog
| jcsflnc
| "LES MACAGNONS"