L’histoire d’une Rallye 175cc de 1962

 

L’histoire d’une Rallye 175cc de 1962

Par Jean-Paul AUGE

 

L'histoire d'une Rallye 175cc de 1962 dans Terrot pub-175-rallye   Nous sommes au milieu de l’été 1969, et j’ai en poche l’argent de ma première vraie paye : 700 F pour un mois comme dessinateur au bureau d’étude de la Mine d’or de Salsigne, à une quinzaine de kilomètres au nord de Carcassonne.

 

Je ne vais pas perdre de temps à vous parler de cette mine, mais ça vaudrait le coup. Ceux que ça intéresse peuvent consulter le web, le sujet est largement couvert.

Quant aux 700 F de 1969, ils sont l’équivalent de 758€ actuels, si ça peut vous donner une idée de ce qu’on pouvait gagner à l’époque, alors que je venais tout juste d’obtenir le Bac Technique.

Et ça faisait déjà quelques temps que l’ami Camberoque me parlait d’un gars qui vendrait peut-être une Terrot Rallye 175cc à Laure-Minervois (souvenez-vous de l’article de ce même blog, consacré au circuit de moto-cross de ce village). A cette époque, si les japonaises commençaient à envahir les pages des magazines, elles étaient quand même plutôt rares dans nos provinces méridionales. Et en vertu du principe selon lequel, « faute de merle, on mange des grives», la Rallye apparaissait comme un choix très défendable, surtout pour le prix demandé. Combien ? Allez, devinez : pile 700 F. Le hasard fait bien les choses, mais était-ce vraiment un hasard ?

le-circuit-oublie-carcasson lhistoire-dune-rallye-175cc-de-1962 dans Terrot

rallye2b Terrot   Le temps de convaincre mes parents du bien-fondé d’une telle acquisition (tu parles!…) et allez, l’affaire fut promptement conclue. Mes souvenirs de l’opération sont trop flous pour que je puisse vous en dire plus. Mais si pour ma part, j’étais bien décidé à ne pas laisser passer l’occasion, le vendeur, de son côté, ne semblait pas fâché d’avoir trouvé un client.

175cc, c’était aussi l’obligation d’avoir le permis A. Or je ne l’avais pas ! Alors, je ne sais plus comment on a assuré le convoyage de la Rallye depuis Laure-Minervois jusqu’au domicile de mes parents.

Et il a fallu que j’attende le 28 octobre suivant pour me retrouver enfin titulaire de ce fameux permis, que j’ai passé au guidon de la NSU 350 de l’Auto-Ecole Séguy à Carcassonne. Ce qui m’oblige à ne pas laisser passer l’occasion de vous raconter que le petit-fils de mon moniteur de l’époque est aujourd’hui patron de sa propre auto-école, à…. Tahiti, la première auto-école dans laquelle je suis rentré à l’époque où je vivais là-bas et que mon propre fils était arrivé à l’âge de passer le permis à son tour. Vous imaginez la brave rigolade dans la boutique… Le monde est vraiment petit…

retromobile-philippon-2010

En attendant, je passais mes week-end dans le garage, le cul sur la Rallye, à l’arrêt, tandis que le restant de la semaine, au fin fond de l’internat des classes Prépa à Montpellier, je rêvassais à toutes les ballades que j’allais pouvoir faire. Sauf que je n’avais pas le sou vaillant pour payer l’essence, tout mon argent étant parti dans l’achat de l’engin.

rallye-175-jp-12

 

Mon père a quand même eu la bonté de s’occuper de la carte grise, car je n’avais que 17 ans alors que la majorité au même moment était encore à 21 ans… Et il a aussi payé l’assurance. Tout ça sans pouvoir lui-même la conduire, à cause d’un sévère handicap, séquelle de ses blessures de guerre, alors que sans ça, il aurait adoré faire de la moto…

rallye-a-la-cave1

 

Une fois le permis en poche, chaque week-end me voyait enfourcher la Rallye, non sans avoir passé quelques heures outillage en main à la recherche d’une possible intervention. Obsédé par les images de compétition aperçues dans les magazines, il a absolument fallu que je monte un guidon bracelets. Moyennant quelques coups de limes, j’ai réussi à adapter sur la fourche celui que vendait le motociste du coin pour les cyclos 50cc. Et la Ténor de Camberoque, désormais réléguée au fond du garage pour cause de Yamaha YDS3 et autre Bultaco Metralla, fut promptement cannibalisée pour fournir un capotage de phare à découper pour rendre possible le montage des bracelets. Je vous passe les détails, mais je crois que l’ensemble avait une allure peu conventionnelle, la belle Rallye bleue se retrouvant affublée d’un habillage de haut de fourche rouge Ténor, et bizarrement découpé…

 

rallye-jp-cave-21

L’hiver et le printemps se sont ainsi passés. Je vous ai déjà raconté l’histoire des casques Altus. Une bonne paire de gants, et un vague blouson genre anorak de ski, et roule… Séances d’étude de trajectoires sur la fameuse « route Minervoise » à la sortie de la ville (voir l’article à ce sujet en début du blog:Le Terrotiste motomaticien mathécycliste), ballades dans les Corbières ou la Montagne Noire aux inépuisables ressources viroleuses, j’en passe, et des meilleures…

souscription

 


Un commentaire

  1. TOF dit :

    Bonjour,

    Je suis arrivé par hasard sur votre site, bien m’en a pris. En 2 mots… je vais en Aout avec les triplettes de bonneville sur le lac salé pour la speedweek. Mon engin est une TERROT ETM 125… L’objectif est de faire un temps respectable dans une catégorie encore open. J’ai admiré vos photos de votre machine coursifiée avec une sacré histoire. Mon projet consiste à transformer cette honorable monture en café racer. Auriez vous la gentillesse de me donner quelques pistes de modifications moteur pour tenter une version repliqua de la votre. D’avance merci si vous pouvez quelque chose pour moi.

    Bien cordialement,

Répondre

cool mec |
LE BLOG DU PROFESSIONNEL |
mathieu62730 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | marwanblog
| jcsflnc
| "LES MACAGNONS"