Musée de la moto de Barcelone. Partie II

Musée de la moto de Barcelone

Partie II

 

En septembre 2013, j’avais mis en ligne un reportage sur l’exposition présentée par le Musée de la moto de Barcelone

et qui concernait le Circuit de Montjuïc. Voir cette 1ère partie :  Expo : Le circuit de Montjuïc.

 

J’en profitait alors pour vous présenter ce splendide musée qui outre ses propres collections, organise des expositions temporaires.

Depuis, plusieurs autres articles ont été consacrés au circuit de Montjuïc :

Des points de vue différents par des auteurs différents, des courses diverses pour un important dossier sur le vieux circuit de Barcelone.

A lire sur ce blog : 

-  Le rassemblement auto et moto sur le circuit de Montjuïc par J Segura et JM Galindo : Montjuïc Revival 2012

-  L’expo sur le circuit de Montjuïc :  Expo : Le circuit de Montjuïc.

-  Puis l’article de Patrick Barrabès sur ses impressions de Montjuïc : IMPRESSIONS LATINES: 24 heures de Montjuich 1977

-  Et enfin les photos d’archives de J Segura Photographe :      F1 à Montjuïc : Joan Segura photographe

Museo de la moto Barcelona 

Et puis mes amis Segura et Galindo, « mes correspondants permanents en Catalogne » m’ont proposé ce complément au premier article,

qui en fait est devenu le nouveau chapitre, que je vous propose aujourd’hui.

Même si nous ne sommes plus d’actualité il est intéressant de voir dans cette page, l’extraordinaire vitalité et l’enthousiasme

de nos amis catalans à se réunir autour de leur passion pour la moto, qui ne date pas d’hier !

 

 Fête au Musée de la Moto de Barcelone

 

1-affiches Museo de la Moto  Barcelona 

Une fête de 24 heures avait été organisée pour l’inauguration de l’exposition sur les 24 heures de Montjuïc.

Tout le monde de la moto de Barcelone et d’Espagne s’est retrouvé dans le Musée.

Un repas était prévu ainsi qu’un colloque sur Ducati Mototrans. (Les Ducati, fabriquées en Espagne pendant la période de la dictature)

 

3-vainqueurs-24-h-montjuicMuseo de la Moto  Barcelona 

Des pilotes, des ingénieurs, des mécaniciens, divers responsables et directeurs des usines catalanes étaient présents pour ces rencontres qui se terminèrent en joyeuses agapes.

2-musee-barcelone-3134Museo de la Moto  Barcelona 

Nos amis Joan Segura et Jose Maria Galindo étaient de la fête.

26 ans après que la dernière course d’endurance de Montjuïc soit terminée.

4-a-tejedo-jm-mallol-1980Museo de la Moto  Barcelona 

Josep Maria Mallol et Alejandro Tejedo vainqueurs des 24 heures 1980 sur Ducati étaient présent.

Museo de la Moto  Barcelona mallol-tejedo-900-ducati-1980 

Leur Ducati aussi et sur ces deux photos, ci jointes, on peut constater que si le temps est passé le même bonheur se lit sur les visages de Mallol et Tejedo, 32ans après leur victoire !

6-e-soler-gilMuseo de la Moto  Barcelona 

Monsieur Estanislao Soler, propriétaire du musée interviewe Javier Gil , Secrétaire du Club Motocycliste de Barcelone, les  organisateurs des 24 heures.

7-min-grau3132Museo de la Moto  Barcelona 

Benjamin Grau interrogé par Estanislao  Soler se souvient  de ses 7 victoires aux 24 heures de Montjuïc.

8-min-grau-et-galindoMuseo de la Moto  Barcelona 

Grau restera le pilote aux 19 participations et 15 arrivées.

Qui dit mieux ?

Min Grau pose avec son vieil ami José Maria  Galindo, qui est un spécialiste Ducati Mototrans.

libro-ducati-mototrans

Rappelons que Galindo a écrit, avec José Gazulla, un livre sur les Ducati catalanes : Ducati Mototrans.

Ce bouquin, qui a été un succès, a été épuisé dans sa première édition puis enfin ré-édité.

On peut se le procurer directement en vous adressant à JM Galindo sur l’E mail suivant : galper54@gmail.com 

 

 Museo de la Moto  Barcelona

Avant de courir pour Ducati, Benjamin Grau a participé au 24 heures sur plusieurs autres marques comme Ossa, Bultaco, Ducati, Honda, Bimota Suzuki.

Avec l’incroyable Bultaco 360 il avait gagné en 71 et 72 devant l’armada des motos étrangères et surtout japonaises.

 Son coéquipier était Salvador Cañellas, jusqu’a ce que ce dernier eut un grave accident qui mit un terme à sa carrière de coureur.

  salvador canelas Museo de la Moto  Barcelona

Salvador Cañellas était aussi présent, lui aussi vainqueur à plusieurs reprises des 24 heures sur Ducati en faisant équipe en 73 et 76 avec Grau, entre autre.

En 1968 le Grand Prix d’Espagne se déroulant sur le circuit de Montjuïc, autant dire à la maison, Salvador Cañellas le gagne sur 125 Bultaco.

Cañellas devient le premier pilote espagnol à gagner un Grand Prix.

Il courrait alors sur Bultaco et Derbi, avant de devenir un tout aussi grand pilote automobile en Rallye.

Champion d’Espagne 1972 et 79, puis participant au Paris Dakar et à des courses de camion.

 

montesa Museo de la Moto  Barcelona 

Divers modèles de Montesa étaient présentée depuis la Brio 90, pilotée aux premières 24 heures en 1955, par Ernesto Millet et José Sol.

Millet fut par la suite, chef du service prototypes chez Ducati-Mototrans.

La bleue Montesa Blitz fut confiée aux mains de Jaume Alguersuari et Miquel Escobosa dans la catégorie 250, inscrite aux 24 heures de 1972.

 

 10--laverda-honda Museo de la Moto  Barcelona

Honda 941 de Léon et Chemarin victorieux en 78 et 79 et la Laverda 750 des Italiens Brettoni et Angiolini qui ont gagné en 1971.

 

 Museo de la Moto  Barcelona

Le public était nombreux et en plus des machines d’époque et de projections de films, des documents étaient exposés qui eux aussi témoignent des péripéties des courses.

16-fiches-inscription Museo de la Moto  Barcelona 

Des fiches d’inscription de 1957, avec nom de la machine et de ses pilotes.

 sanction Museo de la Moto  Barcelona

Des incidents de courses étaient rapportés par les commissaires de piste.

Museo de la Moto  Barcelona 

Pour la course de 1976, Ruiz et Huguet n’étaient pas épargnés.

lettre-honda Museo de la Moto  Barcelona 

Après avoir cherché longtemps à remporter les 24 heures, Honda avait fini par gagner pendant plusieurs années consécutives de 1976 à 1979.

C’est alors que  la marque c’est préoccupé de la dangerosité de ce circuit de Montjuïc.

Le compte à rebours était, hélas, lancé et la dernière édition aura lieu en 1986…

 

Des motos méconnues ont participé à la course.

 

fopi Museo de la Moto  Barcelona

Des machines méconnues en France comme cette Fopi fabriquée en Espagne.

Elle est le fruit de l’union incestueuse d’une Bultaco avec une Montesa. Ses pilotes et créateurs l’on inventé dans les années 60 uniquement pour la course ou elle ne brilla pas. Le nom de la marque Fopi vient aussi de l’assemblage des premières syllabes de leurs surnoms. L’un s’appelait Ernesto Millet et avait le surnom de Foca et l’autre Enrique Sagnier était appelé Pinguïno. Ce qui donna Fopi.

rieju Museo de la Moto  Barcelona 

Autre petite cylindrée populaire la Rieju.

Une des rares marques qui existe encore depuis 1934 et qui se vend dans beaucoup de pays d’Europe.

L’usine est située à Figueras et les moteurs actuellement montés sont des Minarelli.

Signalons la présence au catalogue actuel d’un intéressant scooter électrique. Voir : http://www.rieju.es/fr/medeles

ossa yankee museo de la moto  barcelona 

La Ossa 500 Yankee, une machine mythique qui n’a finalement été construite qu’en peu d’exemplaires avec son moteur 2 temps.

Le rassemblement de 2 moteurs 250. On dit qu’elle marchait fort.

Ce modèle avait participé aux 24 heures piloté par Carlos Giro et José Maria Palomo en 1972.

13-ossa Museo de la Moto  Barcelona    

Sur cette belle Ossa des 24 heures, un système malin pour vérifier le niveau de carburant : réservoir partiellement transparent.

 

Museo de la Moto  Barcelona 

Le trophée tant convoité représente l’esthétique de toute une époque déjà lointaine.

 

 

 Colloque Ducati Mototrans

 

colloque ducati mototransMuseo de la Moto  Barcelona 2012 

Pendant le colloque consacré à la marque Ducati Mototrans on pouvait admirer le tableau, à l’arrière.

Il recense les 88 marques de motos fabriquées en série en Catalogne.

Mototrans se trouvait à Barcelone rue des Almogàvares et  fabriquait en Catalogne des Ducati, vélomoteurs et motos de 1960 à 1983.

 

22-catalogue-mototrans 

Les motos étaient de cylindrées de 125 à 500, certaines identiques aux modèles italiens,

d’autres plus spécifiques à l’usine catalane.

23-ducati-mototrans-desafecte 

Lusine Mototrans est aujourd’hui une ruine industrielle

 

ducatimototrans-24-horas Museo de la Moto  Barcelona

Superbe restauration pour cette 250 Ducati , modèle 24 Heures, spécifiquement fabriquée en Catalogne.

Je veux la même!!!

 

 

Banquet en hommage aux vainqueurs de la course.

 

28-souper Museo de la Moto  Barcelona 

La Peña Motorista de Barcelone (MC de Barcelone, organisateurs des 24 heures) et son président Javier Gil , invitaient tout ce beau monde pour un souper

dans un célèbre restaurant non loin du musée.

31-e-sirera-Museo de la Moto  Barcelona 

Enric Sirera et son frère Jordi faisaient équipe dans l’Ecurie Impala de Montesa.

Ils avaient gagné la course de Montjuïc en 1963.

Jordi était le plus connu des deux et on le surnommait « Castor ».

Par la suite il a couru plusieurs fois sur Ducati Mototrans.

 

30-repas Museo de la Moto  Barcelona 

Accueil très chaleureux au restaurant pour tous les anciens pilotes Fargas et Cardus, Cañellas, Bousquets…

Museo de la Moto  Barcelona 

Xavier Permanyer, le fils du créateur de Montesa était venu, lui aussi, à ce banquet.

 

Bref une journée bien remplie qui témoigne parfaitement de toute l’atmosphère très motocycliste qui règne à Barcelone

et surtout du formidable esprit d’entreprise des Catalans.

Un exemple à suivre !

 

Plus d’informations sur :

www.museumoto.com/24h/ca/


Archive pour septembre, 2014

Musée de la moto de Barcelone. Partie II

Musée de la moto de Barcelone

Partie II

 

En septembre 2013, j’avais mis en ligne un reportage sur l’exposition présentée par le Musée de la moto de Barcelone

et qui concernait le Circuit de Montjuïc. Voir cette 1ère partie :  Expo : Le circuit de Montjuïc.

 

J’en profitait alors pour vous présenter ce splendide musée qui outre ses propres collections, organise des expositions temporaires.

Depuis, plusieurs autres articles ont été consacrés au circuit de Montjuïc :

Des points de vue différents par des auteurs différents, des courses diverses pour un important dossier sur le vieux circuit de Barcelone.

A lire sur ce blog : 

-  Le rassemblement auto et moto sur le circuit de Montjuïc par J Segura et JM Galindo : Montjuïc Revival 2012

-  L’expo sur le circuit de Montjuïc :  Expo : Le circuit de Montjuïc.

-  Puis l’article de Patrick Barrabès sur ses impressions de Montjuïc : IMPRESSIONS LATINES: 24 heures de Montjuich 1977

-  Et enfin les photos d’archives de J Segura Photographe :      F1 à Montjuïc : Joan Segura photographe

Museo de la moto Barcelona 

Et puis mes amis Segura et Galindo, « mes correspondants permanents en Catalogne » m’ont proposé ce complément au premier article,

qui en fait est devenu le nouveau chapitre, que je vous propose aujourd’hui.

Même si nous ne sommes plus d’actualité il est intéressant de voir dans cette page, l’extraordinaire vitalité et l’enthousiasme

de nos amis catalans à se réunir autour de leur passion pour la moto, qui ne date pas d’hier !

 

 Fête au Musée de la Moto de Barcelone

 

1-affiches Museo de la Moto  Barcelona 

Une fête de 24 heures avait été organisée pour l’inauguration de l’exposition sur les 24 heures de Montjuïc.

Tout le monde de la moto de Barcelone et d’Espagne s’est retrouvé dans le Musée.

Un repas était prévu ainsi qu’un colloque sur Ducati Mototrans. (Les Ducati, fabriquées en Espagne pendant la période de la dictature)

 

3-vainqueurs-24-h-montjuicMuseo de la Moto  Barcelona 

Des pilotes, des ingénieurs, des mécaniciens, divers responsables et directeurs des usines catalanes étaient présents pour ces rencontres qui se terminèrent en joyeuses agapes.

2-musee-barcelone-3134Museo de la Moto  Barcelona 

Nos amis Joan Segura et Jose Maria Galindo étaient de la fête.

26 ans après que la dernière course d’endurance de Montjuïc soit terminée.

4-a-tejedo-jm-mallol-1980Museo de la Moto  Barcelona 

Josep Maria Mallol et Alejandro Tejedo vainqueurs des 24 heures 1980 sur Ducati étaient présent.

Museo de la Moto  Barcelona mallol-tejedo-900-ducati-1980 

Leur Ducati aussi et sur ces deux photos, ci jointes, on peut constater que si le temps est passé le même bonheur se lit sur les visages de Mallol et Tejedo, 32ans après leur victoire !

6-e-soler-gilMuseo de la Moto  Barcelona 

Monsieur Estanislao Soler, propriétaire du musée interviewe Javier Gil , Secrétaire du Club Motocycliste de Barcelone, les  organisateurs des 24 heures.

7-min-grau3132Museo de la Moto  Barcelona 

Benjamin Grau interrogé par Estanislao  Soler se souvient  de ses 7 victoires aux 24 heures de Montjuïc.

8-min-grau-et-galindoMuseo de la Moto  Barcelona 

Grau restera le pilote aux 19 participations et 15 arrivées.

Qui dit mieux ?

Min Grau pose avec son vieil ami José Maria  Galindo, qui est un spécialiste Ducati Mototrans.

libro-ducati-mototrans

Rappelons que Galindo a écrit, avec José Gazulla, un livre sur les Ducati catalanes : Ducati Mototrans.

Ce bouquin, qui a été un succès, a été épuisé dans sa première édition puis enfin ré-édité.

On peut se le procurer directement en vous adressant à JM Galindo sur l’E mail suivant : galper54@gmail.com 

 

 Museo de la Moto  Barcelona

Avant de courir pour Ducati, Benjamin Grau a participé au 24 heures sur plusieurs autres marques comme Ossa, Bultaco, Ducati, Honda, Bimota Suzuki.

Avec l’incroyable Bultaco 360 il avait gagné en 71 et 72 devant l’armada des motos étrangères et surtout japonaises.

 Son coéquipier était Salvador Cañellas, jusqu’a ce que ce dernier eut un grave accident qui mit un terme à sa carrière de coureur.

  salvador canelas Museo de la Moto  Barcelona

Salvador Cañellas était aussi présent, lui aussi vainqueur à plusieurs reprises des 24 heures sur Ducati en faisant équipe en 73 et 76 avec Grau, entre autre.

En 1968 le Grand Prix d’Espagne se déroulant sur le circuit de Montjuïc, autant dire à la maison, Salvador Cañellas le gagne sur 125 Bultaco.

Cañellas devient le premier pilote espagnol à gagner un Grand Prix.

Il courrait alors sur Bultaco et Derbi, avant de devenir un tout aussi grand pilote automobile en Rallye.

Champion d’Espagne 1972 et 79, puis participant au Paris Dakar et à des courses de camion.

 

montesa Museo de la Moto  Barcelona 

Divers modèles de Montesa étaient présentée depuis la Brio 90, pilotée aux premières 24 heures en 1955, par Ernesto Millet et José Sol.

Millet fut par la suite, chef du service prototypes chez Ducati-Mototrans.

La bleue Montesa Blitz fut confiée aux mains de Jaume Alguersuari et Miquel Escobosa dans la catégorie 250, inscrite aux 24 heures de 1972.

 

 10--laverda-honda Museo de la Moto  Barcelona

Honda 941 de Léon et Chemarin victorieux en 78 et 79 et la Laverda 750 des Italiens Brettoni et Angiolini qui ont gagné en 1971.

 

 Museo de la Moto  Barcelona

Le public était nombreux et en plus des machines d’époque et de projections de films, des documents étaient exposés qui eux aussi témoignent des péripéties des courses.

16-fiches-inscription Museo de la Moto  Barcelona 

Des fiches d’inscription de 1957, avec nom de la machine et de ses pilotes.

 sanction Museo de la Moto  Barcelona

Des incidents de courses étaient rapportés par les commissaires de piste.

Museo de la Moto  Barcelona 

Pour la course de 1976, Ruiz et Huguet n’étaient pas épargnés.

lettre-honda Museo de la Moto  Barcelona 

Après avoir cherché longtemps à remporter les 24 heures, Honda avait fini par gagner pendant plusieurs années consécutives de 1976 à 1979.

C’est alors que  la marque c’est préoccupé de la dangerosité de ce circuit de Montjuïc.

Le compte à rebours était, hélas, lancé et la dernière édition aura lieu en 1986…

 

Des motos méconnues ont participé à la course.

 

fopi Museo de la Moto  Barcelona

Des machines méconnues en France comme cette Fopi fabriquée en Espagne.

Elle est le fruit de l’union incestueuse d’une Bultaco avec une Montesa. Ses pilotes et créateurs l’on inventé dans les années 60 uniquement pour la course ou elle ne brilla pas. Le nom de la marque Fopi vient aussi de l’assemblage des premières syllabes de leurs surnoms. L’un s’appelait Ernesto Millet et avait le surnom de Foca et l’autre Enrique Sagnier était appelé Pinguïno. Ce qui donna Fopi.

rieju Museo de la Moto  Barcelona 

Autre petite cylindrée populaire la Rieju.

Une des rares marques qui existe encore depuis 1934 et qui se vend dans beaucoup de pays d’Europe.

L’usine est située à Figueras et les moteurs actuellement montés sont des Minarelli.

Signalons la présence au catalogue actuel d’un intéressant scooter électrique. Voir : http://www.rieju.es/fr/medeles

ossa yankee museo de la moto  barcelona 

La Ossa 500 Yankee, une machine mythique qui n’a finalement été construite qu’en peu d’exemplaires avec son moteur 2 temps.

Le rassemblement de 2 moteurs 250. On dit qu’elle marchait fort.

Ce modèle avait participé aux 24 heures piloté par Carlos Giro et José Maria Palomo en 1972.

13-ossa Museo de la Moto  Barcelona    

Sur cette belle Ossa des 24 heures, un système malin pour vérifier le niveau de carburant : réservoir partiellement transparent.

 

Museo de la Moto  Barcelona 

Le trophée tant convoité représente l’esthétique de toute une époque déjà lointaine.

 

 

 Colloque Ducati Mototrans

 

colloque ducati mototransMuseo de la Moto  Barcelona 2012 

Pendant le colloque consacré à la marque Ducati Mototrans on pouvait admirer le tableau, à l’arrière.

Il recense les 88 marques de motos fabriquées en série en Catalogne.

Mototrans se trouvait à Barcelone rue des Almogàvares et  fabriquait en Catalogne des Ducati, vélomoteurs et motos de 1960 à 1983.

 

22-catalogue-mototrans 

Les motos étaient de cylindrées de 125 à 500, certaines identiques aux modèles italiens,

d’autres plus spécifiques à l’usine catalane.

23-ducati-mototrans-desafecte 

Lusine Mototrans est aujourd’hui une ruine industrielle

 

ducatimototrans-24-horas Museo de la Moto  Barcelona

Superbe restauration pour cette 250 Ducati , modèle 24 Heures, spécifiquement fabriquée en Catalogne.

Je veux la même!!!

 

 

Banquet en hommage aux vainqueurs de la course.

 

28-souper Museo de la Moto  Barcelona 

La Peña Motorista de Barcelone (MC de Barcelone, organisateurs des 24 heures) et son président Javier Gil , invitaient tout ce beau monde pour un souper

dans un célèbre restaurant non loin du musée.

31-e-sirera-Museo de la Moto  Barcelona 

Enric Sirera et son frère Jordi faisaient équipe dans l’Ecurie Impala de Montesa.

Ils avaient gagné la course de Montjuïc en 1963.

Jordi était le plus connu des deux et on le surnommait « Castor ».

Par la suite il a couru plusieurs fois sur Ducati Mototrans.

 

30-repas Museo de la Moto  Barcelona 

Accueil très chaleureux au restaurant pour tous les anciens pilotes Fargas et Cardus, Cañellas, Bousquets…

Museo de la Moto  Barcelona 

Xavier Permanyer, le fils du créateur de Montesa était venu, lui aussi, à ce banquet.

 

Bref une journée bien remplie qui témoigne parfaitement de toute l’atmosphère très motocycliste qui règne à Barcelone

et surtout du formidable esprit d’entreprise des Catalans.

Un exemple à suivre !

 

Plus d’informations sur :

www.museumoto.com/24h/ca/

cool mec |
LE BLOG DU PROFESSIONNEL |
mathieu62730 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | marwanblog
| jcsflnc
| "LES MACAGNONS"