Montlhéry Bol d’Or 1970

Montlhéry : Bol d’Or 1970 

 

Photos : © Copyright C Camberoque    (Reproduction interdite sans accord de l’auteur) 

p-smart-bol-1970

 En 1970 je travaillais à Paris et en j’en profitais pour aller assister à des courses  dans ces régions bien lointaines de mon sud natal.

J’avais été invité à assister au deuxième Bol d’Or après sa reprise de 1969 sur le circuit de Montlhéry.

Voir l’article de septembre 2008, sur ce blog : Bol d’Or 1969. Hommage à J Potherat et M Rougerie  

J’ai toujours gardé cette invitation comme un souvenir, longtemps punaisé à un mur et qui après 45 ans à aussi vieilli que nous… 

invitation-bol-d-or-1970

L’ami Jean-Paul (qui en ce moment est très occupé à remonter sa Terrot Rallye) était monté me rejoindre et nous étions arrivés sur le fameux Autodrome. 

Thierry Philippon m’a dit hier qu’il était aussi sur le circuit, mais nous ne le connaissions pas à cette époque.

Patrick Lalande nous avait accompagné dans sa R8 Gordini, celle là même qui lui permettait alors de participer à la coupe ou il devait finir dans les premiers.

Plus de nouvelles de Patrick et de ses frères…depuis bien longtemps…

bol-d-or-stands-1970-montlhery

Avec Jean Paul…  Voir, entre autres ses nombreux articles sur ce blog :  L’histoire d’une Rallye 175cc de 1962     Quelques motos Terrot en piste   

 La 500 Terrot RSGT « Bistro Racer » de Braceletti          Généalogie de la Ténor en images      Une belle journée cévenole

Nous découvrions pour la première fois le mythique Montlhéry.    

Bien entendu nous étions très impressionnés.

rougerie-bol-d-or-1970

Quel bonheur de voir enfin et pour de vrais ces pilotes que nous ne connaissions que par photos interposées.

Paul Smart, Michel Rougerie… Que nous admirions tous les jeudis sur Moto Revue, notre bible !

Et en plus, là, au ras de la piste, nous entendions la symphonie des moteurs des 4 cylindres Honda rugissant.

La musique des 3 cylindres 4 temps Triumph ou 2 temps Kawasaki… Les monos, les Ducats qui râlaient et les miaulements enroués des Ossa. 

Et tout cela à haut régimes

tony-smith-pat-mahoney-gus-khun-bol-70-

Un demi siècle est passé, pourtant c’était l’autre jour… j’avais photographié un équipage d’Anglais sur une Gus Kuhun.

Je ne savais pas que 10 ans plus tard je rencontrerai Tony Smith et que je suivrais ses cours de pilotages sur un circuit, le Paul Ricard qui n’existait pas encore…

Je n’aurais jamais imaginé qu’il me présenterai à Mike Hailwwod…

Tony Smith et Pat Maoney ne furent pas classés à ce Bol d’Or de 1970.

_roger-chevallier-g-mallet-bol-1970

Hipolite Mallet,dit Paulo, reconnaissable à son casque décoré d’un Shadock faisait équipe avec Roger Chevalier avec un seul L ( à ne pas confondre avec Olivier qui avait deux LL). 

Avec leur brave Guzzi il finirons 30 èmes en ayant parcouru 364 tours.

angiolini-brettoni--et-lhulier-cloarec

 Plusieurs belles Laverda étaient engagées au mains de pilotes italiens.

La N° 10 était menée par Sergio Angiolini et Augusto Brettoni.

Après avoir parcouru  454 tours, ils finissent à la 3ème place. 14 tours derrière Paul Smart et Tom Dickie, tout de même !

Lhuilier et Cloarec sur leur 750 Honda n’eurent pas autant de chance : Non classés

appieto-bol-or-1970

 André-Luc Appietto roulait avec le Hollandais Kees Bouwmeester sur une Laverda 750. Ils feront 370 tours pour terminer à la 27 ème place.

Appieto était magnifique à voir sur sa moto. Terriblement efficace, toujours en attaque sur l’avant avec le dos plat.

anneau-montlhery-bol-70

Sur l’anneau il est à noter une petite lampe tempête à pétrole pour baliser la piste pendant la nuit…

Etonnant non ? 

pub-livre circuit-oubliePub !

bol-70-japauto-officielle-et-ossa--Leon-Prandi-

Une Japauto 950, la seule sur cette course et  probablement celle de Daniel Rouge et Roger Assante va doubler une petite 250 Ossa.

C’est la 250 cc Ossa de Christian Léon et de Willi Prandi. Léon roulera la cuisse à l’air, suite à une gamelle.

Ils vont parcourir 358 tours et gagner la 33ème place au général, soit la 7 ème de leur catégorie.

bol-70-montlhery

 Le soir tombe, la nuit sera longue, à deux pilotes…

En ce temps là le bol se courait qu’a deux pilotes !

Les mécanos travailleront à la lueur de lampe baladeuses.

Quelle différence avec les stands actuels !

costeux-passet-bol-1970

On admire les nouvelles 750 Triunph 3 cylindres qui ont une sonorité bien particulière.

On croit encore que Triumph et BSA font redémarrer avec ces nouvelles motos face aux productions japonaises.

Cette année elle feront merveille.

La N° 3 était pilotée par Jean-Claude Costeux et Georges Passet ils finiront 8 ème avec 422 tours.

bol-70-viage-de-la-ferme-

 Dans cette meute de 4 temps les nouvelles Kawasaki, particulièrement les 500 H1, 3 cylindres deux temps, apportent des notes musicales différentes.

Certaines de ces Kawa sont des modèles proches de la série, mais Eric Offenstadt et Keith Turner ont fait le pari de participer au Bol avec une H1R.

C’est sûr ils enfument tout le monde au propre et au figuré. Malheureusement ils s’arrêteront après 138 tours.

Et moi, quelques temps plus tard, je me précipiterai pour acheter une 500 H1 que j’aurais la folie de vouloir gonfler et modifier pas mal …

C’est une autre histoire, pour plus tard.

guignabodet-fremin-bol-d-or-1970

Gilbert Guignabodet et Claude Frémin  sur Honda 750 termineront 7 ème à 432 tours.

bol-a-montlhery-1970

 Tiens ?  je ne me souvenais pas qu’il avait plu…

Le public n’hésitait pas à s’assoir presque sur la piste au plus près des motos.

charly-dubois-bol-d-orr-1970

Un autre pilote extraordinaire sur sa 250 Honda, c’était le regretté Charly Dubois.

Je me souviens encore de sa façon de sortir du virage de la Ferme, au ras du muret.

Couché sur sa machine, il montait à fond en régime. Elle hurlait de cette façon si caractéristique de twins Honda de l’époque.

Charly terminera 9 ème de la catégorie 250 à 351 tours.  

dantzer-huguet-bol-d-or-1970

 Là, ça vibrait, ça fumait, ça prenait allègrement des tours…

Heureusement que sur cette 500 de série, Christian Huguet  et Jacques Danzer avaient installé un frein de 500H1R me semble t’il.

Cela les aidera à boucler 394 tours et être classés 15 ème.

huguet-danzer-bol-70-a

 Christian Huguet, est facilement reconnaissable grâce à son casque rayé.

A la sortie du Faye, il va  se faire doubler par Appietto.

de-doncker-r-lefevre-21-eme--bol-d-or-1970183

 Sur la Ducati 84, O de Donker et R Lefevre ( 2ème)  sortent prudemment  de l’épingle du Faye devant la Ossa 87 de C Varlet et J-M Le Guerrannic (8eme)

e-offenstadt-kturner-bol-70

Comme s’ils étaient en Grand Prix, Eric Offenstadt et Keith Turner avaient fait un beau spectacle.

Admirez  aussi leur belle position sur leur machine.

g-fougeray-th-tchernine-bol-70

Pendant longtemps Georges Fougeray et Thierry Tchernine ont fait équipe ensemble dans les courses d’endurance.

Pour ce Bol d’Or de 1970 ils roulaient sur une  Gus Kuhn 750, machine préparée sur une base de Norton.

Il ne parcourront que 245 tours et ne seront pas classés.

g-millet-11eme-bol-1970-suivi--p-smart

Gérard Millet et Bertrand dont l’équipage sera classé 11 ème est suivi de Paul Smart qui gagnera ce Bol. 

gilles-mallet-roger-chevalier-bol-70

Hippolyte Mallet aborde l’épingle du Faye.

graham-sanders-don-jones-24eme-bol-1970

 Graham Sanders et Don Jones ont choisi une 750 BSA qui n’avait pas de grosses différences avec la Triunph me semble t’il.

Ils termineront à la 24 ème place après avoir parcouru 375 tours.

gombert-garcin-et-u-lepke-carler-gsanders-d-jones-bol-70

 Gombert et Garcin sur 750 Honda feront 415 tours et seront classés à la 10ème place.

Sur la BMW N°25 qui a l’air de rouler tranquille, la prudence payera puisque cela se terminera par une 25 ème place pour Ulrich Lepke et Carlier avec 389 tours.

La moto N° 4 qui entre en tête dans le virage de la Ferme est la BSA  de  Graham Sanders et Don Jones. 

manfred-grossbaier-jacques-timossi-bol70

Pour cette machine, ci dessus, j’ai du mal à identifier les pilotes, il semblerait que se soient Pierre Barret et Guido Bettiol.

Est-ce le N° 31 ? ou 38 ? (Dans ce cas Manfred Grossbaier et Jacques Timossi )

Barret et Bettiol ne sont pas allés loin car je crois me souvenir que Pierre avait fait une mauvaise chute et c’était cassé un bras vers la tombée de la nuit.

Je les avais rencontré quelques années plus tard alors que nous travaillions avec Barret à un magazine régional, Connaissance du Pays d’Oc.

Ils en avaient profité pour descendre de Paris dans l’Aveyron en essayant chacun une Norton JP jaune qui me plaisait beaucoup. J’ai une pensée émue pour eux deux qui connurent une fin tragique.

h-michet-j-prigent-250cz-j-catilina-m-bernard-ducati-bol70

 La 77 est une 250 CZ pilotée par Michel Hervé et Jean Prigent qui feront tout de même 363 tours et seront classé 31 ème au général et 5ème des 250.

La Ducati 85 de J Catilina et M Bernard avec 375 tours sera 3 ème des 250 et 25 ème du général.

jully-magraner-bol-or-1970

Philippe Jully et Magraner sur une autre 250 Ossa ne seront pas classés ayant parcouru que 290 tours.

La marque Ossa était réputée depuis les exploits en Grand Prix de Santiago Herrero.

Les 250 Ossa importées en France par Seurat ont connu à cette époque un grand succès, avec même un compétition particulière : La coupe Ossa.

krajka-riva-bol-d'or-1970

 Charles Krajka, une autre figure légendaire de la moto se partageait le guidon d’une 750 Guzzi avec l’italien Raimondo Riva.

Ils parcoururent 419 tours pour finir à la 9 ème place.

tait-double-krajka-bol-19702

 Je ne sais pas sur cette photo, ci dessus, qui double qui ?

Krajka se fait dépasser par Percy Tait (à moins que ce soit  Steve Jolly), ou le contraire ?

laprie-rougerie-bol-d-or-70

Michel Laprie, ici au guidon de la 750 Honda, faisait équipe avec Michel Rougerie.

Rougerie avait gagné l’année dernière avec Ulrich.

Mais cette année 1970 Laprie et Rougerie ne termineront qu’a la 4ème place se faisant mettre 17 tours par la Triumph de Paul Smart et Tom Dickie

m-r-ougerie-bol-d-or-70

 Quel beau pilotage que celui de Michel Rougerie ! Je ne me lassait pas de l’attendre à chaque tour pour le photographier.

m-rougerie-bol-1970-

Il fallait voir comme il doublait les autres concurrents moins rapides. Ca ne trainait pas ! 

_michel-betemps-gerard-chamard-Bol-70

Bien entendu la différence entre les machines qui participaient à la course était énormes; de la 750 Honda à qui on avait enlevé les verres de phare et de clignots … en laissant le porte bagage, à la 750 de Rougerie préparée par Honda, la différence était importante.

Sans parler des petites 250 Ducati, Ossa, Suzuki… 

smart-dickie-bol-1970

Devant les stands l’état de la piste de Montlhéry laissait à désirer, déjà en 1970 ! 

On dirait sur cette photo que Dickie cherche à éviter les raccords de goudron. 

tom-dickie-et-p-smart-bol-70

 Les stands étaient plein de monde, ce qui contraste avec les circuits de nos jours ou il faut des laisser passer et accréditation même pour aller pisser.

leon-et-decombeix-bol-70

Une chicane était installée devant les stand pour ralentir les machines.

La T500 de Decombeix et Chemarin finira 12 ème au général. Pas mal pour ce gros  2 temps 2 cylindres, moins pointu que les 500 Kawa 2 temps 3 cylindres.

montlhery-bol-70-anneau

 Sur l’anneau, là, on voyait vraiment les différence de vitesse entre les catégories.

Les pilotes rapides se plaignaient que les petites cylindrées étaient de véritables chicanes roulantes.

Ils appelaient dédaigneusement leurs pilotes, souvent des amateurs : les pinces.

Pourtant cette cohabitation entre les différentes motos et les différents niveaux de pilotes rendaient populaire et abordable l’aventure renaissante du Bol d’Or.

Ce qui n’et plus le cas de nos jours avec la professionnalisation des écuries.

 

montlhery-bol-d-or-19h-30-1970

 8 heures moins 25, mais du soir du samedi ou du matin du dimanche ?

Vu le monde sur la terrasse , j’opte pour le samedi soir.

Rougerie-Michel-LaprieBOL-d'Or-1970246

 Rougerie sort de la Ferme bien calé derrière son carénage.

virage-de-la-ferme-montlhery-bol-1970

Virage de la Ferme, Smart, Tchernine et Laprie.

panautage-sortie-du-faye

 Le panneautage se faisait après l’épingle du Faye et avant la portion qui revient sur l’anneau.

tom-dickie-bol-1970

Tom Dickie sur la Triumph N°1 qui finira avec Smart première à la grande satisfaction des amateurs d’anglaises encore très nombreux en ce temps là.

sortie-montlhery-bol-70

Le flot des spectateurs s’écoule lentement.  

La course est finie tout le monde rentre sur Paris.

C’était en septembre, au siècle dernier,  il y a  45 ans !

 

Livre-Le-Circuit-oublié-dans-Moto-Magazine

 

 

 

 

 


15 commentaires

  1. Merci pour tes précisions et précieuses corrections.
    Merci d’avoir prit la peine de me les signaler.
    je suis avec intérêt tes publications sur Facebook.
    @+
    .c.C.

  2. Pierre GABRIELE dit :

    Salut Charles, ça fait longtemps que l’on ne s’est pas écrit :)
    Juste une remarque, ce n’est pas Roger mais Robert Assante, et Rougerie avait fait équipe avec Urdich et non Ulrich.
    L’année de mes premières photos de motos, statiques, je me suis rattrapé depuis :)

    Amitiés

    Pierre

  3. Je vais verifier si je trouve dans mes archives la numero 60. C’est pas impossible car j’avais moi-même une 500 kawa à cette époque. Si je l’ai je te l’envois…
    @+
    Camberoque

  4. Brenier Bernard dit :

    Bonjour . Très beau reportage. Je ne l’avais jamais vu . Aurais tu une photo de ma moto une 500 Kawasaki numéro 60!. Nous avons finis 4 eme en 500 . Ça me ferais très plaisir car je n’ai quasi aucune vue de cette course. Cordialement Bernard Brenier

  5. Brenier Bernard dit :

    Bonjour . Aurais tu des photos de ma 500 Kawasaki grise ?

  6. Ptityam dit :

    Précision encore Pierre Barret avait déjà repris Moto journal après avoir quitté l’express. Guido Bettiol etait un vrai motard mais Pierre n’avait jamais roule sous la pluie. Aux premières gouttes vers 18h30′ il est parti à la gamelle !

  7. Ptityam dit :

    Merci pour ces photos, ce texte, quels souvenirs !
    J’étais second mécano de la 64, équipe Chemarin Decombeix et la T500 est arrivée 12 au général mais 1ère en 500 cc seule T500 devant au mokns douze H1 !

  8. J’ai bien cherché dans mes négatifs de l’époque mais pas de photos suffisamment bonne de la 36. Mais celle prise de loin ou je crois identifier le casque de Chevallier est bien une 750 Honda.

  9. Merci pour le commentaire et les précisions.

  10. Pas moyen de trouver une photo de la 36 sauf une de loin et de face, pas bonne, ou je crois reconnaitre le casque d’Olivier Cheval.
    Si vous m’envoyez celles que vous avez je les mettrai sur la page.

  11. Dominique BRESSON dit :

    @ keraudren: La 36 de Peter Darvill et « Cheval » était une 750 Honda. J’ai 3 photos de l’époque, (1 de Cheval, 2 de Peter)…

  12. Le Guerrannic dit :

    Tout d’abord magnifiques et rares documents, quels souvenirs magique, encore merci d’avoir mis en ligne ces super photos. Petite erreur il n’y a jamais eu de coupe OSSA mais un critérium des 250 sport ouvert à toute les marques. J’ai eu la chance d’y participer en 1970, mais un certain Christian Léon était imbattable, on connait la suite… Amitiés motarde Jean-Marc Le Guerrannic.

  13. keraudren dit :

    Je cherche desesperement une confirmation .
    La machine ayant terminé 2éme du Bol 70 avec Darvill et Chevalier était bien une 750 Honda privée ou une 650 Triumph. Et si vous aviez également une photo. je pense qu’elle devait avoir le n°36

  14. Henri Mazet dit :

    Très, très belles photos, d’une époque où je commençais à peine à rêver de motos.

    Henri.

    http://faites-pour-rouler.over-blog.com/

  15. Jean-Paul dit :

    Oui, Charles, que de souvenirs. Des bons et des moins bons, d’ailleurs, car beaucoup de plaisir, mais quelques désagréments aussi, pour cause d’imprévoyance pour tout ce qui était de l’intendance. On a mangé de bric et de broc, on a dormi à même le sol sous l’anneau, c’était pas terrible. On avait aussi perdu le fil de la course, on ne savait plus qui gagnait, qui remontait, qui abandonnait. On regardait juste passer les motos. Mais on n’aurait raté ça pour rien au monde.
    Et le soir en rentrant sur Paris, on avait eu la surprise de retrouver ton père sur un quai de métro : une chance sur un million…
    J’ai toujours conservé le tirage grand format que tu m’avais fait de la photo de Rougerie, qui m’a suivi tout au long de ma vie étudiante, accrochée au mur de mes chambres successives.
    Dire que ça fait 45 ans …

Répondre

cool mec |
LE BLOG DU PROFESSIONNEL |
mathieu62730 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | marwanblog
| jcsflnc
| "LES MACAGNONS"