Conte de Noel en bleue gitane !

 Noël en bleue gitane !

 

Par Patrick Barrabès

 

Décembre 2015, quelques jours avant Noël.

 De cette année en demi-teinte, aux rayons de lumières palis et « songs » des contines perçus comme au travers d’un nuage de coton, il ne reste plus que quelques jours à parcourir.

Pourtant, malgré la morosité ambiante d’un monde qui vacille, l’amitié est  toujours là pour déclencher de belles rencontres et parfois, permettre de renouer le fil d’une histoire que l’on croyait perdue à jamais.

L’amitié ? Toujours omniprésente sur le blog de Charles ! Depuis « le Grand Prix Oublié » et quelques récits autour de notre passion pour la belle moto et un certain art de vivre, mon nom, et le titre de mes bouquins traine au fil de ces pages électroniques, vite dévoilés par un moteur de recherche qui, s’il ne bat pas à un rythme à quatre temps est … bougrement efficace.

 Au même moment, quelque part du côté de la Roseraie, un quartier de Toulouse au charme suranné des années 30, dont les rues semblent s’emblent s’envoler des usines d’aviation Latécoère ou atterrir vers le CEAT, donnant à ce lieu une consonance aéronautique indéniable; une jeune femme, et son père,  ont décidé de faire « un grand rangement ». 

Une maison comme l’on en trouve encore en région toulousaine, probablement une ancienne ferme, toute en longueur, à un seul niveau, ces habitations que curieusement on trouve à l’identique chez nous et dans la plaine du Po au nord de l’Italie. Deux régions longtemps spécialisées dans la culture de la violette, coïncidence ? 

av-85-isidore-barrabes-4

Un portail en bois aux planches distendues par l’humidité s’ouvre sur un seuil au ciment constellé de traces graisseuses.

Une odeur indéfinissable prend aux narines, faite d’un mélange de vieille graisse et d’essence passée, caractéristique de ces garages ou se sont fait tant de passions pour ces motos aujourd’hui synonyme d’art de vivre. Longtemps, cette « grange » a été le domaine d’un motocycliste.

Probablement l’un de ces hommes capables de tirer la quintessence d’une Ariel Square four ou d’une moto coursifiée préparée sur la base de deux temps gonflés.

Derrière la porte, des rayonnages ou des caisses remplies de pièces confirment que la vocation de cet « antre » est bien le stockage, un stockage ultime ou l’on entasse ces pièces, celles qui peuvent servir un jour mais surtout que l’on répugne à jeter, peut-être par respect envers les ouvriers qui les ont formées ou usinées dans le goût du travail bien fait.

Pendus aux poutres, de vieux outils et un cadre de tandem attendent des jours meilleurs.

Au sol, caisses en bois, vieux tonneaux et cantines métalliques débordent d’outils dont les jeunes générations ne pourront bientôt plus imaginer l’usage.

Au fond, reposant, à demi couchée, sur une lignée d’étagères, une Mobylette, une bleue.

Une araignée, patiemment, a tendu ses filets entre les bras de fourche.

Quelques restes, pignons de boite à vitesse ou tourelle d’un tour hors d’âge achèvent de pourrir, vestiges squelettiques d’une réparation passée ou d’un travail à jamais inachevé.

 

Il faut débarrasser !

Le sort des vieux métaux est vite fixé, ils partiront rejoindre  le stock des ferrailleurs toulousains. Des laminoirs d’une fonderie espagnole ils renaîtront feuillards.

Quant à la Mobylette, même si elle n’est plus de première fraicheur, elle mérite mieux que les dents du broyeur.

 

La jeune femme, va donc surfer sur les pages du web. E Bay, Le Bon coin, géants du vide maison ou du vide portefeuille pour quelques collectionneurs acharnés, sites variés, parfois  avariés, fourre-tout ou l’on trouve tout puis… Motobécane.

Sites de collectionneurs ; Motobécane Club de France ; Moto truc, Moto chose puis … La Ténor de Camberoque !

Un blog qui fleure bon la passion et puis, et puis !!! Patrick Barrabès ? Auteur, la Mobylette Universelle, les quatre temps, ce nom ? Déjà vu quelque part !

Mais où !

La Mob !

Le tube de selle est ceinturé par une plaque d’identité, obligatoire dans les années 60, à l’époque où les cyclos n’étaient pas immatriculés.  Elle est gravée au nom d’Isidore Barrabès  et d’une rue proche de la route de Narbonne.

Coïncidence ?   Hazard ?   En savoir plus ?   Un mail est lancé, entrainant plusieurs échanges de courriers :

 

 Bonjour,

 Je souhaiterais prendre contact avec Mr Barrabès au sujet d’une mobylette trouvée au fond de notre grange, au nom d’I. Barrabès, Toulouse. (Inscription sous la selle).

Nous l’avions mise en vente sur internet et après quelques recherches, nous avons trouvé ce site.

Mr Barrabès serait ils intéressé de voir cette mobylette ? Voici mon mail : xxxx

 Cordialement

av85-isidore-barrabes-3 

 Salut Patrick,

Un message pour toi sur le blog… @+ Charles C.

… 

 

Mon ami Charles Camberoque vient de me communiquer votre message.

 Je serais effectivement très curieux d’en apprendre un peu plus au sujet de cette Mobylette et de son cheminement.

Isidore Barrabès, qui demeurait rue du xxx était le frère de mon grand-père François Barrabès.

La Mobylette, si elle est de marque Motobécane, provient certainement de chez mon père Roger, agent de la marque à Toulouse de 1946 à 1985.

Je suis moi-même maintenant retraité. Depuis de nombreuses années j’effectue des recherches historiques et publie mon 5ème ouvrage sur l’histoire des constructeurs de cycles et motocycles français début février.

 Au plaisir de vous rencontrer.

… 

 

Bonsoir ! Merci de votre réponse ! Je suis la fille de P.L. et si j’ai bien compris, Mr Isidore Barrabès serait l’oncle par alliance de mon grand-père L. L.

Nous continuons de vider notre grange ce weekend,

Ce serait un plaisir de se rencontrer et de pouvoir parler de nos familles. Voici nos coordonnées : —

Je vous souhaite une excellente soirée, à très bientôt ! 

 

 

Et voilà comment, un coup de hasard, doublé d’un coup d’internet et triplé d’un zeste de chance m’a permis de renouer avec une branche de ma famille, perdue de vue dans les méandres de la vie.

Un cousin germain, sa fille, sa compagne et le plaisir d’évoquer les évènements, petites et grandes histoires d’un passé commun. 

 

 av85-isidore-barrabes-(2) 

 Et la bleue dans tout ça ?

 

Mobylette mythique s’il en est, elle a pourtant commencé sa carrière en 1956 peinte avec le fameux  gris beige employé sur les 125 et 175 de la marque.

Utilisé le temps de quelques modèles de pré-série, cette couleur cède vite la place au fameux bleu « gitane » qui deviendra si populaire dans le monde entier.

Cette machine est devenue aujourd’hui, alors que les derniers modèles sont tombés des chaînes de St Quentin en 2002, un des symboles du cyclomoteur français, à égalité avec la célèbre « bicyclette poussée par un petit vent de dos permanent », l’AV3 de 1949.

Quelle que soit sa version, elle a marqué les esprits par son côté bonne à tout faire, son aptitude à satisfaire les besoins les plus divers.

Elle sera toute à la fois reine des banlieues, et reine des champs, on la verra sur tous les terrains, chevauchée fièrement par un rocker de Belleville, ou par sa grand-mère.

On la retrouvera en Afrique, chevauchée fièrement par un militaire portant bazooka, ou tractant une remorque chargée de volailles, en route pour le marché du dimanche.

On la verra même sur les circuits ou elle s’illustrera aux mains de pilotes comme André François, qui l’emmènera aux places d’honneur à Lapize ou à Montlhéry.

Elle inondera de bleu les parking d’usines,  effaçant par sa présence les modèles de la concurrence.

av85-isidore-barrabes-(1) 

Cette bleue, celle de « l’oncle Isidore » est une AV85.

Elle ne possède pas le fameux variateur de vitesse, si efficace en côtes.

Pourtant, bête de somme infatigable, elle a porté fidèlement son conducteur au travail, une caisse à outils d’électricien sur le robuste porte bagage.

 

Revenue aujourd’hui à la maison, elle va recevoir une petite cure de jeunesse qui en respectant les rides du temps dues à sa longue carrière va lui permettre de rejoindre la route pour quelques balades et de tenir compagnie à une autre « toulousaine », une bicyclette à moteur auxiliaire 100 cc Mouette d’Or, qui fut également la monture des deux frères François et Isidore Barrabès…

Mais c’est …

… Une autre histoire !

 

Voir sur ce blog les articles de Patrick Barrabès dont : 

Le nouveau livre de P Barrabès

 

en-librairie-le-22-mai-2013

 

et aussi… 

 

Livres-ETAI-P-Barrabès

 

 


Archive pour décembre, 2015

Eric dans les stands Bol d’Or 2015

Eric dans les stands Bol d’Or 2015 

 

En 2014 je vous présentais Eric Martin Lanza dans un article intitulé :

La moto une histoire de famille

Cette année Eric a eu la chance d’être invité par son vieil ami Alain Cottard sur le 79 ème Bol d’Or pour assister à la course dans son écurie.

Il en a profité pour retrouver son ami Emiliano Bellucci qui n’était pas là pour faire de la figuration !

lamitie-est-toujours-presente 

Alain Cottard et Eric, 37 ans avant… et maintenant :

alain-1977-paul-ricard

Alain et Eric de dos. Endurance 1977. 

(on reconnait, le sympathique Jean Luc ROY en grand observateur et passionné de sports mécaniques qui écumait déjà les circuits).

L’amitié est toujours là !

 

 « Lorsque Alain m’a demandé si cela m’intéressait je lui ai tout de suite dit, oui !

Ce n’est pas si courant d’assister exclusivement depuis les stands, à une telle course ! »

 

Bien entendu l’ami Eric a fait des photos intéressantes des 24 heures qu’il a partagées avec toute l’équipe, sans quitter les stands.

Il nous commente ses images :

comme-au-theatre 

Comme au théâtre : répétition !

3-portraits-bol-or-2015 

Jonathan  Goetshy prend le départ sur la moto du Team Cottard.

Emiliano Bellucci  et une umbrella-girl.

Eric Martin Lanza l’auteur de ce reportage.

bol-d-or-2015-etabli-box- 

Alain Cottard tient la concession Moto Sport à Rouen dans le département 76 de la Seine Maritime, il avait engagé une Suzuki, la N°76, bien entendu.

a-BOL-DOR-017

Derrière les stands les magnifiques camions sont bien rangés.

Qui a dit beau comme un camion ?

bol-d-or-2015-camion-- 

Ici, seul, un moteur reste en réserve.

bol-d-or-2015-moto-en-vrac- 

Avant la course une Kawasaki semble un peu en vrac.

Elle a l’esthétique d’une carte à jouer.  Elle a tout de l’as de pique !!!

la-fatigue-me-gagne-je-commence-a-voir-double 

La fatigue me gagne je commence à voir double !

BOL-DOR-026 

Le camion vert du Team Flembbo, l’équipe d’Emiliano Bellucci.

bol-d-or-2015-stand- 

Bellucci et Prozenik  bien entoures devant leur box.

devant-le-stand-du-team-flembbo 

Devant et dans son stand, le Team Flembbo est au grand complet.

Tandis qu’Emiliano et Eric posent pour un selfy.

bol-d-or-2015-cuirs- 

Les cuirs attendent les corps de leurs pilotes.

depart-du-bol-or-2015

14 heures 52 : le départ du Bol.

bol-d-or-2015-mis-

Devant leur stand, la gracieuse égérie du Team Bourgogne 21.

Janez Prozenik l’un des 3 pilotes du Team Flembbo et son épouse en discussion avec le manager des pneus Pirelli.

bol-d-or-2015-stock-pneus-

Les Pirelli du Team Flembbo sont gardés au chaud.

bol-d-or-2015-box-

 Solitaire Florian Galotte de SEMC en pleine concentration.

bol-2015-suzuki-team-alain-cottard- 

La Suzuki du Team Cottard.

Ravitaillement éclair pour la 76.

bol-d-or-2015-pneus- 

Dans le Team Flembbo, ce mécano ne s’occupe que des roues.

 emiliano-bellucci-

L’ami italien Emiliano Bellucci  dans son cuir, sous le regard de notre sympathique ami Suisse.

bol-d-or-2015-mecanique- 

Les mécaniciens s’affairent à l’abri des regards…

bol-d-or-2015-ravitaillement- 

Des kinés du Team Flembbo préparent les boissons énergétiques des pilotes.

bol-d-or-2015-46-- 

Le N° 46 ???

Mais… il nous rappelle quelque chose !!!

Où plutôt quelqu’un… mais qui ???

bol-d-or-2015-changement-pilote- 

Changement de guidon et ravitaillement pour le team Flembbo.

Tout le monde est sous pression c’est la lutte pour la 10 ème place.

 alain-cottard-ancien-equipier-de-martin-lanza

Alain et Eric faisaient équipe en endurance à leurs débuts en compétition.

Cette année Alain a fêté ses 60 ans au guidon des 24 heures du Mans.

eric-et-les-bellucci

Mauro, père d’Emiliano Bellucci arbore la casquette aux couleurs de son fils, à cet instant déjà champion d’Europe en Endurance Classic.

La Kawa est française,  le pilote et l’umbrella-girl, italiens ! 

bol-d-or-2015-unbrela-girls- 

La piste est évacuée.

Toutes les nationalités des pilotes sont représentées par ces charmantes jeunes filles.

bol-d-or-2015-sortie-box- 

Les pilotes au brassard bleu, prêts à en découdre

bol-d-or-2015-depart-2- 

Départ du Bol d’argent. Nous sommes le vendredi et le public n’est pas au rendez vous.

 Laurent-ZANETTO-et-Yani-TODISCO

Laurent Zanetto (à droite) vainqueur du Bol d’Argent avec Yani Todisco, mais sur Triumph.

Dominique-MELIAND-dans-son-stand-du-SERT 

Dominique Meliand dans son box du SERT semble lui aussi totalement concentré

john-mc-guinness-21-fois-vainqueur-du-touris-tropy 

John Mc Guinness :  21 fois vainqueur du TT !!! INCROYABLE !!!

Laurent-ENGEL-chef-du-LEADER-TEAM-s'entretient-avec-l'un-de-ses-pilotes-Maxime-CUDEVILLE 

Laurent Engel, chef du Leader Team s’entretient avec Maxime Cudeville, l’un de ses pilotes.

bol-d-or-2015-chez-bmw- 

Box Bmw : tension et attente.

le-team-src-bientot-la-victoire 

Le-team SRC : bientôt la victoire.

ca-fatigue-le-bol--2015 

24h : Ca creuse.  Oui !

C’est trop long 24 heures …

bol-d-or-2015-photo- 

… Mais quel bonheur d’y participer !!!

 

bol-2015- 

 

La Suzuki du Team d’Alain Cottard rentrera au stand à la 20ème heure de course.

Le Team Flembbo sera satisfait de la 11ème place de ses pilotes qui n’ont pas démérité.

 

Dans les pages suivantes de ce blog vous trouverez des images inédites du Bol d’Or de 1970.

Soit il y a presque 50 ans.

Comme tout cela a changé !!!

 

 

 

cool mec |
LE BLOG DU PROFESSIONNEL |
mathieu62730 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | marwanblog
| jcsflnc
| "LES MACAGNONS"