Gp de Carcassonne : dernières nouvelles

Grand prix de Carcassonne, dernières nouvelles, dernières trouvailles…

 

Par C Camberoque

 

Lorsqu’on écrit un bouquin ou qu’on publie un article, à la parution, immanquablement, on découvre des informations qu’on n’avait pas trouvées.

C’est terriblement frustrant !

Tous les auteurs vous le diront…

Mais avec internet et ce blog je peux vous faire part de mes dernières trouvailles :

- La 175 Carcassonne des frères Nougier.

- Les photos de Marcel Auriol

- 1935 : Dubois vainqueur à plus de 100 de moyenne en 175 

- Edmond Padovani et ses carnets secrets

 

 

La 175 Carcassonne des frères Nougier

Les frères Nougier étaient venus à Carcassonne pour courir le Grand Prix en 1935. 

(Voir plus de détails dans mon livre : Le circuit oublié)

La-175-nougier-carcassonne-1935

Dans l’excellent bouquin de FMD sur ces sorciers de la moto, je découvre qu’ils avaient appelée une de leurs machines de course : La Carcassonne ! 

Quelle surprise !

En effet, une nouvelle moto de leur préparation étant prête pour la course de Carcassonne, 1935, ils lui donnèrent tout simplement ce nom de  » La 175 Carcassonne »

Pour plus de précisions voir à la page 40 du livre de François-Marie Dumas : Motos Nougier Le rêve Français

Précision : Elle a couru en 1935 et pas en 1934 car en 34 le GP de France a été annulé à Carcassonne bien que la course a eu lieu pas en tant que GP de France mais GP de Carcassonne.

En 35 il y a eu le GP de Carcassonne mais pas non plus de GP de France.

Des péripéties que vous retrouverez dans mon livre Le circuit oublié.

Henri-Nougier-175-Carcassonne-1935

Sur la photo ci dessus Henri Nougier prend la pose avec la 175 Carcassonne.

Le décor ressemble aux bords de la piste de Salvaza au niveau de la ligne droite des tribunes et du départ.

Bien que la photo ait paru dans un Moto Revue pour illustrer un article qui traitait du GP du Comminge !

A l’horizon je crois deviner le massif de l’Alaric qui se voit très bien sous cet angle et qui est présent aussi sur la photo à droite de la ligne de départ et des tribunes.

Photo ci dessous, et voir la photo de Marcel Auriol un peu plus loin.

ligne-droite-salvaza-1934-

 

 

Les photos de Marcel Auriol

Il y a quelques jours je recevais un e mail de Christian,  petit fils de Marcel Auriol, 1900-1977.

Marcel Auriol était un sportif très connu dans l’Aude et amateur de photographie.

    M-Auriol-1900-1977-Carcassonne-

Marcel Auriol avait photographié plusieurs épreuves motocyclistes à Carcassonne (dont je vous reparlerai plus tard dans un autre article). 

Parmi ses images, à ma grande joie deux photos du Grand Prix de 1931.

photo-marcel-auriol-Salvaza-ligne-droite-des-tribunes

Dans la première image on distingue une moto en pleine vitesse sur la ligne droite des tribunes au niveau de l’aérodrome.

La photo n’est pas très nette, forcément, en ce temps là, les appareils ne possédaient pas des obturateurs très performants.

Mais on a l’impression de la rapidité de la moto et on voit que son pilote est couché sur sa machine.

L’attention et  la tension des spectateurs qui se détachent sur le ciel est aussi perceptible.

Dans le fond on découvre les tribunes que vous pouvez également voir sur une des photos ci dessus, un peu plus haut.

Une très belle image !

 photo-marcel-auriol-salvaza-1931-bernard-sur-new-map-500cc-equipe-de-suberville-toulouse-

Sur la deuxième photographie on est toujours dans le même secteur du circuit.

On voit un coureur et sa machine qui manœuvrent probablement pour se placer sur la ligne de départ.

Grace à la date de prise de vue et au numéro de la moto, j’ai pu déterminer qu’il sagit d’un pilote amateur nommé Bernard.

Il participait à la course de 1931 sur une New Map 500cc dans l’équipe de Suberville, un concessionnaire de Toulouse.

Pour plus de renseignements voyez dans mon livre Le circuit oublié où vous trouverez le résumé de cette course.

Merci Christian pour ce généreux envoi !

 

1935 : Dubois vainqueur à plus de 100 de moyenne en 175

Dans La Dépêche du Midi, journal publié à Toulouse et qui existe encore, j’avais trouvé une photo de Dubois, mal reproduite.

Du moins avec les moyens des imprimeries des quotidiens de l’époque. 

Photo ci dessous.

dubois , pado, 175 moy de 105 en 35 

Je trouvais comme solution de demander à mon ami Jose Sales Albella, artiste peintre et dessinateur bien connu, de m’en faire un dessin.

dessin-de-jose-sales-albella

Ce qu’il fit comme pour de nombreuses autres photos d’époque qui n’étaient pas dignement reproductibles.  

Il a su traduire par son coup de crayon toute l’atmosphère qui est sur la photo.

Puis, beaucoup plus tard, je ne sais où, j’ai trouvé un tirage de la photo originale.

C’était pour moi comme un cadeau de Noël !

Dubois-GP-Carcassonne172

Et là, on voit plus de détails, comme il se doit sur une photographie.

A la page 110 de mon livre : Le circuit Oublié vous trouverez le résumé de la belle course qu‘André ou Jean Dubois (on ne sait pas exactement), venait de gagner sur une MM, une Morini d’avant Morini !

 

 

Edmond Padovani et ses carnets secrets

 Autre trouvaille : Edmond Padovani avait des carnets où il notait les faits de course, points importants des compétitions auquelles il avait participé.

Jean Paul Augé m’a fait connaître ces pages passionnantes.

Je crois qu’elles avaient été déjà publiées dans un catalogue du Club Arbracam.

carnet-notes-padovani-Carcassonne006

 » Gp de Carcassonne 1932 

A la suite des 500 lancés du « Michelet » la preuve était faite qu’il manquait 10 km à ma machine.

Peut être entre temps avais je gagné 4 à 5 km pour d’autres mise au point ?

Je savais à présent que je pouvais compenser la différence par rapport aux Pros d’autant plus aisément que le circuit était accidenté, c’était le cas.

C’est donc avec sérénité que je courrais seul à Carcassonne, le M.C.M (Moto Club de Marseille) n’ayant pas délégué d’autre représentant.

Pas d’étrangers mais d’excellents pros français dont Debaisieux ,Piscaglia, Bellagamba.

Sans prendre de risque je remporte la course devant Debaisieux 2eme à 13 secondes

Après Reims cela m’avait paru tellement facile.

Ce sera mon 3 ème Podium sur la 1 ère marche … si … »

 

A la page 41 et suivantes de mon livre Le Circuit oublié, vous aurez tous les détails de cette course que Pado gagne devant des pilotes professionnels. 

Cela explique le « … si … » de sa dernière phrase.

Car il devait se demander si les pilotes pro n’allaient pas porter réclamation puisque ils avaient couru avec un amateur … et qu’il les avait gagné !

 

L’année suivante en 1933

notes-carnet-Padovani1933-Carcassonne007 

« Gp de Carcassonne 1933

 Grand Prix de Carcassonne ?

J’ai remporté cette course l’an passé devant les Pros. C’était une Victoire.

Je ne me souviens pas pour quelles raisons, cette année, ces épreuves se sont déroulées séparément coté amateur et coté Pros. Ni pourquoi sur des distances plus grandes pour les amateurs ?

Ni pourquoi je n’ai pas participé à l’épreuve mixte, qui s’est déroulée l’après midi. Mystère ?

Je remporte la catégorie amateur à une moyenne supérieure de 13 km/h à celle des 350 cc !

Pourtant la moyenne du premier Pro en 250 CC est supérieure à la mienne. C’est étrange ?

Peut être nous avons été « gratifiés » d’une chance supplémentaire ?

Dans l’incertitude je ne puis considérer cette place comme une « Victoire » ! Et ne m’autorise pas à me gratifier d’un podium non mérité ?

J’en resterai prudemment à 6 pour le moment… « des fois qu’il pourrait y avoir …. Contestations » ? »

 

L’année suivante Padovani, toujours pilote amateur, s’étonne que l’organisation des courses de Carcassonne ait bien dissocié les amateurs des professionnels en 1933.

Et contrairement à l’année précédente !!!

Il semble vexé de ne pas avoir couru avec les professionnels et considère peut être que cette victoire n’en est pas vraiment une.

 

La photo d’Edmond Padovani vainqueur à Carcassonne en 1933.

Padovani-vainqueur-en-250-amateur-1933

Comme pour la photo de Dubois, « un jour ou plutôt une nuit »…  je découvre sur Internet une affiche pour une exposition organisée par Arbracam.

C’est bien la photo de Edmond Padovani que j’avais trouvée dans les archives d’un journal de l’époque.

Celle là aussi avait été dessinée par Jose Sales Albella (ci dessus) d’après le document de La Dépêche.

Photo prise à Carcassonne et pas ailleurs … par un photographe de La Dépêche en 1933 et publiée alors.

Padovani-vainqueur-en-250 cc-amateur-1933

Ah ! et quel plaisir que de voir la mine vraiment réjouie du jeunne   »champion marseillais » Padovani !

 Padovani-photo-dépêche-et-original-affiche

 

 

 

 

texte pub circuit oublié

 

 

 

 


Répondre

cool mec |
LE BLOG DU PROFESSIONNEL |
mathieu62730 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | marwanblog
| jcsflnc
| "LES MACAGNONS"