Les Japauto de Thierry Chalmé

Les Japauto de Thierry Chalmé

 

Texte C Camberoque. Photos C Camberoque et J Potherat

 

A lire et regarder sur un grand écran d’ordinateur 

Reproduction interdite sans l’accord de l’auteur.          Pour accéder au sommaire complet du blog, cliquer :  ICI

 

atelier de T Chalmé © Camberoque L1100069 

Thierry Chalmé a commencé par rouler sur une 125 Honda CBS dès 1974.

C’est à cette époque qu’est née chez lui une grande passion pour Honda.

Japauto de T Chalmé © Camberoque L1100064 

Dès la sortie des Japauto, comme moi et beaucoup d’autres de notre génération, Thierry a rêvé devant les vitrines du magasin Honda Japauto, avenue de la Grande Armée à Paris.

thierry-chalmé  © Camberoque-

Rappelons pour les plus jeunes que ce concessionnaire avait modifié les 750 Honda pour réaliser les machines qui seront nommées les Japauto.

_m-rougerie-bol-d-or-1970 © Camberoque

Au départ il y a cette 750 Honda d’usine engagée par Japauto, le concessionnaire qui gagne le Bol d’Or 69, pilotée par Michel Rougerie, sur la photo ci dessus.

Mais à l’époque les Japauto étaient tellement chères qu’elles restaient un rêve inaccessible.

Maintenant, dit Thierry, je me rattrape !

9japauto©camberoque 

Deux  modèles étaient disponibles, la 950 SS avec une carte grise Honda équipée des accessoires et préparations moteur de Japauto.

atelier de T Chalmé © Camberoque L1100072 

Il y a aussi une 1000 VX, toujours sur une base de 750 Honda avec carte grise spécifique Japauto.

Ce qui donne alors  à cette machine la nationalité Française, détail qui va avoir son importance.

Japauto © C CamberoqueL1100078 

En effet, en ce temps là, l’Espagne était aux mains d’un dictateur qui avait pris le pouvoir à l’issue de la guerre civile espagnole en 1938.

Les rails des trains espagnols n’avaient pas le même écartement que ceux des trains français, tant il craignait une invasion de ce côté là !

Sa politique était d’interdire tous produit japonais, dont les motos qui ne devaient pas venir concurrencer les machines de fabrication espagnole.

atelier de T Chalmé © Camberoque L1100066 

Du coup, les françaises Japauto grâce à leur nouvelle nationalité, pouvaient être  importées et vendues en Espagne !

Belle astuce, bravo Senior Vilaseca de Japauto !

atelier de T Chalmé © Camberoque L1100093 

Et il y en eu beaucoup des Japauto qui font maintenant le bonheur des collectionneurs espagnols alors qu’en France il en a très très peu.

D’après Thierry, il ne resterait plus dans notre pays que deux 1000 VX, dont la sienne.

C’est notre ami commun, Jean Marc Gomez qui fait de la mécanique sur ces belles Japauto et qui m’a présenté Thierry Chalmé.

JM Gomez et T Chalmé © Camberoque

L’histoire des Japauto commence dans les années 60.

Voir :   https://www.bike70.com/japauto.html

JM Gomez et T Chalmé © Camberoque L1100059 

Le charismatique Christian Vilaseca et son associé Robert Assante, lui même pilote, sont les concessionnaires Honda.

On pouvait admirer dans leur belle boutique, outre les motos, les voitures  Honda dont la fabuleuse S 800  et les petites N 360 et N 600.

(Avec laquelle, en ce temps là, étant copilote pendant un rallye, nous avons eu la chance avec mon copain Jimmy, de sortir à peu près indemnes d’une rencontre imprévue et violente avec un gros platane…)

C-Villaseca-ravitaille-M-Rougerie-bol-d-or-69 

Francis Boutet nous dit dans l’excellent site :   https://www.bike70.com/japauto.html

En 1969: Pour le renouveau du Bol d’OR à Montlhéry,  Japauto engage une Honda CB750 usine, récupérée en dernière minute, prévue pour des pilotes anglais.

daniel-urdich-sur-la-honda-750-au-bol-dor-1969-a-montlhery 

En effet , les organisateurs avaient décidé que, pour la reprise du bol, la course serait nationale, donc, privée de pilotes étrangers.

Cette moto fût conduite de main de maître jusqu’à la victoire par un équipage français : Daniel Urdich et Michel Rougerie (alors jeune mécano chez Japauto).

victoirebol69© J Potherat 

La moto : une CB750 Honda (n°61) (pas encore commercialisée en France au moment du bol), environ 72ch pour 180kgs.

Carbu de série avec cornets, 4 pots mégaphones raccourcis , boite à vitesse revue avec 1ére longue, commandes reculées avec sélecteur inversé.

La fourche et les amortisseurs étaient d’origine, un deuxième disque était ajouté à l’avant pour les freins ainsi qu’un double cames de 200 mm à l’AR ».

bol-70-japauto-officielle-et-ossa--Leon-Prandi- 

En 1971 Japauto  eut donc rapidement l’idée de modifier une 750 et 500 Honda en augmentant la cylindrée, dans un premier temps.

Puis après la victoire au Bol de 1972, Japauto en profite pour proposer en kit des accessoires afin de donner un look plus personnalisé à leurs productions en s’inspirant de la machine victorieuse.

moteur 1000 VX atelier de T Chalmé © Camberoque L1100083 

En 1973, un bloc cylindres plus gros sera monté donnant au moteur un aspect très caractéristique.

Un carénage au desing très particulier va apparaître sur les Japauto équipé de phares Cibié.

Son allure semblait très moderne pour l’époque quoique finalement son esthétique était discutable et a très vite vieilli.

Huguet Ruiz Japauto-1000-bol-74 

Les Japauto coutaient quasiment 3 fois le prix de la 750 Honda de base.

Il a dû s’en vendre une centaine en Espagne avec carte grise française.

Ce qui représente actuellement une ressource intéressante en matière de pièces et de modèles de collection.

Pendant une vingtaine d’années les Japauto ont participé à une centaine de courses d’endurance en remportant une quarantaine de victoires.

atelier de T Chalmé © Camberoque  L1100084 

Revenons dans le sympathique petit musée-salon-bar-atelier de Thierry Chalmé

atelier de T Chalmé © Camberoque 

Thierry nous montre ses trouvailles et les machines en cours de restauration.

T Chalmé © Camberoque L1100098 

Ici le fameux réservoir polyester à deux bouchons des Japauto. Dès 72.

atelier de T Chalmé © Camberoque L1100081 

Là un pot quatre en un presque prêt à être monté.

La-Japauto-du-Che atelier de T Chalmé © Camberoque 

On savait que le Che aimait les motos et avait roulé sur Norton…

Mais il faut croire que les Japauto  ne l’auraient pas laissé indifférent…

atelier de T Chalmé © Camberoque  L1100089 

Une splendide 400 Four Super Sport va bientôt prendre la route.

atelier de T Chalmé © Camberoque L1100091 

Très jolie petite moto qui ravivera de bons souvenir à Jean-Paul.

atelier de T Chalmé © Camberoque L1100067 

Bien à l’abri du garage une belle 1100, puis une magnifique CB 1300 reste dehors devant la porte !

Japauto © C CamberoqueL1100106 

Serait elle la préférée de Thierry pour ses déplacements quotidiens ?

 

Merci à Jean-Marc Gomez qui m’a amené et présenté à Thierry Chalmé. 

 

 


cool mec |
LE BLOG DU PROFESSIONNEL |
mathieu62730 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | marwanblog
| jcsflnc
| "LES MACAGNONS"