Hommage à Benjamin Grau

Hommage à Benjamin Grau.

 

Texte de José Mª Galindo et C Camberoque 

Photos de J M Galindo et Juan Segura 

 

J’ai souvent évoqué des pilotes espagnols renommés  qui  ont rendu la moto très populaire en Espagne.

Ils ont probablement suscités la vocation de beaucoup de coureurs actuels que l’on voit notamment en Grand Prix. 

Grau-Galindo-P1020738

 

Min Grau à Calafat

C’est sur le circuit de Calafat qu’un hommage à Benjamin  Grau (dit Min) a été rendu cet automne 2023.

Le circuit de Calafat est l’un des premiers circuits permanent construit en Espagne en 1974 à l’Ametlla de Mar, dans la province de Tarragonna.

JM Galindo était présent aux côtés de son ami Min.

calafat_600

Né en 1945 Benjamin Grau est un grand pilote Espagnol très polyvalent qui a couru sur toute sortes de machines dans différentes cylindrées.

Depuis les fameux 50cc Derbi en passant par les Bultaco, Montesa, Ossa, Ducati et autres … en 125, 250, 500, 750, 860, 1000.

_B-Grau-Norton

Grau  avait  participé à plusieurs GP, mais que occasionnellement.

Il y termina à de belles places : 1er en 125, 3ème en 50cc et en 250.

Il avait également décroché une 4 ème place en 500cc.

En Espagne il s’illustre dans le championnat national.

Participant au Championnat d’Europe d’endurance  il gagnera une reconnaissance internationale en pilotant officiellement une 1000 cc Honda avec Jacques Luc.

min-grau-palmares-2

Min Grau arrête sa carrière de pilote professionnel en 1986 mais il continue en amateur de fréquenter les circuits sur des motos anciennes.

JM Galindo me racontait une anecdote qui définit bien le caractère de Grau :

Lorsque se courut la première course internationale  de side-cars,  sur le circuit madrilène de Jarama, un pilote se trouvait sans son passager qui n’était pas arrivé à Madrid.

Il chercha qui pourrait bien le remplacer.

Et c’est Min qui se proposa spontanément pour faire le singe (qu’on appelle « el paquete » en Espagne).

Grau-fait-le-sige-side

Il existe une rare image de Benjamin Grau faisant le singe sur le circuit de Jarama à Madrid !

C’est la photo ci dessus, envoyée par Galindo qui a des archives extraordinaires).

B-Grau--Ducati-860-Montjuich-24h--1974-Photo-J-Segura

En 1974 Min Grau participe au 24 heures de Montjuïc sur une 860 Ducati.

Sur la très belle photo de J Segura, ci dessus, on peut voir comme ce pilote qui est de petite taille a du style et une belle allure sur la moto.

5-juillet-1972-fin-champ-du-mondeDSCN0733

Sur une image prise le 5 juillet 1972, c’est la fin du championnat du monde.

Entre les deux Derbi on peut voir Min Grau et le regretté Angel Nieto.

 

Exposition des motos de Grau

50-cc-DerbiDSCN0734

Une collection  de machines, sur lesquelles Min avait  couru, fut exposée à Calafat. 

Elle était constituée pour une partie de ses machines originales ainsi que des copies car beaucoup des motos d’époque furent, hélas, détruites. 

Actuellement ces machines sont propriété de collectionneurs privés.

Et ils sont nombreux en Catalogne et Espagne !

50-Derbi-et-250-Bultaco

Les petites Derbi depuis les plus rustiques jusqu’au plus sophistiquées étaient là.

Elles restent de merveilleuse petites machines qui m’ont fait bien rêver.

Les Derbi étaient déclinées en 50 cc, 125cc, 250cc.

Il y eu même une 400cc et une 500cc de tourisme que Derbi construisit en 3 et 4 cylindres deux temps.

On pouvait admirer également une 250 Bultaco d’endurance.

AJR-350-Derbi-

Autre moto exposée : une 360 AJR, cette marque avait repris les plans des Bultaco TSS après que l’usine fut démantelée.  

Pendant encore plusieurs années on pu continuer de rouler sur des répliques des belles Bul de courses.

Montesa-et-Bultaco-250--DSCN0729

Une Montesa était présente, bien entendu, avec une engin de course dérivée des Impala.

Joaquín-Folch-a-la-izquierda,-sentado-está-con-más-de-90-años2-

Joaquín Folch, collectionneur avisé était présent regardant Juanjo Rodes qui chauffe sa Norton.

juanjo-rodes-

Juanjo Rodes  fut dès les années 70, l’importateur des Norton pour l’Espagne.

Ce fut donc lui qui créa l’équipe Norton officielle.

Fargas-et-Rodes

Importateur et coureur, Rodes était aussi un sacré bon pilote.

Avec  Fargas sur Norton ils gagnèrent les 24 h de Montjuïc en 1968.

Norton-J-Players-

La Norton JPS, John Player Spécial exposée  est une machine mythique construite en 1974 sur une base de Commando 850 cc.

Benjamin Grau avait gagné avec elle le Championnat d’Espagne en 1975.

Son propriétaire n’est autre que Joaquín Folch, un des plus grand collectionneur d’Espagne.

Details-Norton-JP-

 

La courses des classiques

A Calafat en plus de l’exposition des anciennes machines de course on put assister à une course de 4 h avec des motos classiques …

Et aussi pas mal de vieux pilotes !

circuit-calafat-classiques

Certains balancent prudemment !

Faut pas casser ces bécanes de légende !

ravitaillement-4h-calafat-anciennes

Ravitaillement à l’ancienne … lui aussi !

RVB-Calafat-4-h-classique-2023-

 

L’hommage à Min

Pendant ce temps là et après la course de 4 h Grau se prépare pour recevoir son hommage.

Il a revêtu son « habit de lumières » et son célèbre casque jaune et bleu pour effectuer une paire de tours d’honneur.

Min-Grau-cuir-

Parmi la foule des admirateurs qui se pressent on peut reconnaître des visages de ceux qui ont plus ou moins vieilli.

Ceux qui ont participé à la course sont encore en cuir.

Grau-etJ-Folch-

Sur la suivante photo, en bas à droite on peut reconnaître Jaime Alguersari.

Il avait fondé la célèbre revue Solo Moto puis organisé des coupes promotionnelles de moto et d’auto d’ou sortirent des pilotes comme Cardus, Garriga, Sito Pons et également Fernando Alonso.

Grau-J-Alguersari

Jaime Alguersari fut un personnage important pour le succès des sports mécaniques en Espagne.

Visiblement il n’y a pas de hasard à ce que la Dorna soit une organisation espagnole.

B-Grau-250-Derbi-1979-photo-J-Segura

 Calafat, un circuit à coté de la mer et Grau immortalisé sur une 250 Derbi par une photo de l’ami J Segura prise en 1979.

Un bien bel endroit !

 


Archives pour la catégorie Circuits.

Le circuit oublié dans LVM

 Bel article dans La vie de la moto

 

C’est Bruno Quaglia qui a signé un gros article sur deux pages de La vie de la moto.

Bruno était là, le jour de l’inauguration de la stèle posée par la Fédération Française des Véhicules d’Époque avec la collaboration du club des 5 A de Carcassonne. La FFVE installe ainsi des stèles sur l’emplacement des anciens circuits. 

 Voir      http://charlescamberoque.unblog.fr/?p=10607

2023-Dans-la-vie-de-la-Moto-décembre-2023

 

Merci à la belle équipe des deux Régis, Régis Arnaud et Régis Périch qui ne sont pas sans me rappeler les deux Al qui avaient eu l’idée du circuit de Carcassonne dans les années 30.

Vous retrouverez cette histoire dans mon livre, Le circuit oublié qui a bien été mis à l’honneur ce jour-là !

Dans le même numéro de La vie de la moto un autre article de Bruno Quaglia est consacrée également au Rallye de la Cité de Carcassonne qui est une magistrale organisation du club des 5A. 

Encore une fois, merci à tous !

 

2023-devoilement-stelle-grezes-

 

Au sujet de mon livre Patrick Barrabès a récemment écrit :

« Pour ceux qui ne l’ont pas encore lu, ce livre est incontournable !

Un texte qui fleure bon notre occitanie motocycliste, une histoire d’hommes traitée comme un roman, des photos magnifiques …

Bref, le genre d’ouvrage que l’on entame à l’ouverture de la boite aux lettres et que l’on quitte au bout de la nuit ! »

 

Pour se procurer mon livre Le circuit oublié, s’adresser à l’éditeur : Les Communications de la Clastre, ou bien à moi qui transmettrai.

 

Commémoration 2023 du Circuit Oublié

Commémoration 2023 du « Circuit oublié » de Carcassonne

Texte de Charles Camberoque. Photographies de  Bruno Beghin, Marie Arasanz, C Camberoque.

Affiches-2019-2022-2023

Suite à la publication de mon livre  intitulé : Le circuit oublié, Ida Sablayrolles de l’association des amis du patrimoine Grèzes et Herminis  m’avait contacté en 2019 pour organiser une commémoration et  un rassemblement autour du circuit de moto qui passait par ces deux villages de l’Agglomération de Carcassonne dans les années 30.

2019-Circuit-inauguration-stèle-et-tour

Pendant la journée du Patrimoine du 22 septembre 2019, ce fut déjà une belle fête. Les motards présents firent 3 tours du circuit.

Avant de joyeuses agapes préparées par Josette et Gérard Alvaro, le Club des 5A et toute l’équipe d’Ida Sablayrolles.

Après une interruption à cause du virus, la manifestation n’a repris qu’en 2022.

Une stèle fut érigée à la mémoire des deux coureurs mort en course. Une journée mémorable.

Voir à : http://charlescamberoque.unblog.fr/?p=10200          http://charlescamberoque.unblog.fr/?p=8734                 

CC-plaque-grezes-FFVE

Puis ce dernier 8 octobre 2023, les Amis du patrimoine avec le vice président de la Fédération Française des Véhicules d’Époques.

Sans oublier le président des 5A de l’Aude avec l’aide précieuse de Régis Périch, sans qui cet hommage n’aurait pas pris une telle ampleur, ont inauguré une autre stèle.

Celle là en souvenir de ce beau circuit.

Un grand nombre de motards avec leur machines d’époque… et des plus récentes, étaient présents ainsi des voitures anciennes.

Le public de passionnés était nombreux.

2023-oct-Stelle-Grezes--COPYRYGHT-B-Beghin-

Un grand nombre de motards des plus anciennes aux plus récentes, étaient présents ainsi que des belles voitures.

Le public de passionnés était trés nombreux.

2023-oct-public-Grezes-B-Beghin-

Certains passionnés était venus dans plusieurs voitures d’époque et de collection, magnifiquement restaurées.

2023-oct-stelle-grezes-b-Beghin-

Parmi les motocyclistes ceux qui avaient des machines des années 1930 s’étaient garés à proximité de la stèle.

Ces moto là, du moins ces marques là qui ont pu courir sur ce circuit entre 1930 et 1935. Merci beaucoup à ceux qui sont venus avec. 

Discours-stelle-==oct-2023-B-Beghin-

Outre les président du club moto 5 A et de la FFVE, il y avait des représentants des municipalités, dont celle de Carcassonne, ainsi que du Conseil Général.

Régis Arnaud Président des  5A entama  un chaleureux discours.

2023-devoilement-stelle-grezes-

Avec le Vice président de la FFVE j’ai eu l’honneur de dévoiler la stèle

Elle est installée près de celle dédiée aux pilotes décédés suite à des courses, Paul Debaisieux et Jean Roland. 

Elle sont érigées toutes deux sur la commune de Grèzes dans une portion du circuit particulièrement intéressante après une descente puis deux virages spectaculaires en S.

C-Camberoque-discours-

Un bref rappel historique semble nécessaire pour les jeunes … ou ceux qui ont oublié.

Motos-stelle-2023-

Stelle-au-Circuit-oublié-inauguration-2023-

 Merci à l’ Association Audoise des Amateurs d’Automobile Anciennes (5 A) à son président Régis Arnaud, à tous ces membres et à Régis Périch qui ont beaucoup œuvré à ce projet.

CC-Micro-IMG-20231008-WA0000

 Bon ! Peut être qu’il aurait dû être plus bref mon discours !

Ida-Sableyrolles-Stelle-circuit-oublie-2023-

Ida Sableyrolles nous parle de l’association des amis du patrimoine Grèzes et Herminis qui a su donner un départ à ces manifestations. 

innauguration-stelle-grezes-oct-2023-B-Beghin-

 Grâce à Bruno Béghin qui a pris quelques photos nous avons une idée du public attentif. Merci Bruno !

stelle-circuit-oublié-grezes-2023-

La FFVE installe depuis peu des stèles à l’emplacement des « Circuits oubliés », un peu partout en France.

Tien ! une bonne idée pardi !

C-Camberoque-stelle-grezes-apéro-

 J’ai eu le plaisir de dédicacer mon livre aux amateurs passionnés de Courses et d’Histoire.

signatures-Circuit-oublié-Stelle-Grezes-2023-

Il reste encore quelque livres chez l’éditeur mais on le trouve également sur internet d’occasion. 

Attention car il est à remarquer que son prix d’occase y est autour de 35 euros !

Ce qui est pas mal pour un livre chez un bouquiniste car neuf il n’est qu’à 40 euros !

Mais il passe à 45 euros sur d’autres sites.

Et à ma grande surprise se trouve sur un site de vente de livres  Anglo-Américain à 85 Euros !!!!

Autrement dit :  Achetez le livre du Circuit oublié et vous ferrez un placement d’argent !

Signature-Circuit-oublié-Grezes-2023-stelle-

 

 

Christophe Durand un pilote de 10 ans

 

Christophe Durand : pilote de 10 ans !

Côte de Roullens 1979 

 

Archives et souvenirs de Christophe Durand et Jean-Paul Castex. Texte de C Camberoque

 

Internet est un système étonnant qui permet de faire des rencontres épatantes et en plus on peut toujours enrichir ce que l’on y a déjà écrit ! 

En 2017, j’avais mis en ligne une page intitulée :

« La course de côte oubliée de Roullens ».   Voir  à :    3 http://charlescamberoque.unblog.fr/?p=7273

 

Donc 6 ans après la date à laquelle j’avais mis en ligne mon article pour la première fois :

En Aout 2023.  Je reçois à ma grande surprise un nouveau témoignage sur cette course de Roullens dans l’Aude.

C’est Christophe Durand qui me contacte. 

Christophe-Durand-Minarelli-50-cc---Verte-

 Christophe Durand  qui vient de lire mon vieil article me raconte qu’en 1979, alors qu’il n’avait que 10 ans, il avait participé à la course de côte de Roullens.

Hors concours bien sûr mais en partant en premier juste pour une démonstration.  

C’était une autre époque !

Il était connu en Languedoc et participait ainsi à plusieurs courses de côte en démonstration, grâce et malgré son jeune âge ! 

Ce jour-là,  avait tout de même été chronométré en 1’59’’.

Cette même année était présent à Roullens, entre autres, Marc Fontan, grand pilote français de cette époque était monté en 1’10’’9 mais en catégorie 1000cc.

Marc avait fini second au classement scratch derrière  Fontvieille en 1’10’’5.

Et les coïncidences sont tellement merveilleuses que j’ai fait la connaissance de son fils hier matin !

Monsieur Fontvieille se rappelle avec nostalgie de ce temps-là, m’a dit Lucas son fils qui travaille comme ingénieur chez VORTEX (Prochain article)

 christophe-Durand-50-Bps-roue-ar-2--

Dans un Moto Revue de 1979 on pouvait lire « qu’un gamin de 10 ans en avait étonné plus d’un ! »  

« Comme d’habitude le petit Durand du MC Bédarieux fera, comme il en a déjà l’habitude, une montée sur un mini BPS de 50cc.

Avec cinq participations à son actif Bédarieux, Cabarétou, Revel, Navacelles et Narbonne (en Enduro) le Jeune Christophe a le mérite de l’assiduité en plus du mérite de la précocité ».

 article-1979-Roullens-

Moto Revue ajoute sur un autre numéro :

« Il négocie comme un grand les différentes difficultés du circuit en promettant à l’arrivée qu’il reviendra bien longtemps encore … »

christophe-Durand-50-Bps-roue-ar-

Après la petite BPS  de ses débuts et avant une Yam, Christophe roule sur une Minarelli 50 cc préparée par Gilles Romero de Moto 2000 à Lodève.

Gilles Romero participait aussi à la course de Roullens sur 50cc Kreidler et il fit la deuxième place 50 CC en 1979.

Christophe-Durand-Minarelli-50-cc---Verte-au-départ--

En 1982, licence en poche, Durand est officiellement engagé sur Yamaha 50cc.

Sur la photo suivante on peut constater que le petit Christophe  a déjà un certain et beau style de pilotage.

Cette année là, il dira que sa meilleure récompense sera les félicitations de Jean Paul Boulze pour ses progrès en pilotage en participant à la course de côte d’Alairac qui sera alors dans la continuité de celle de Roullens.  

Jean-Paul Boulze était un pilote audois de Salsigne qui courrait sur un  700 Yam Ow 31. Ce qui, en côte, était impressionnant !

christophe-Durand-50cc-Yamaha-Rouge-en-1982--

« Jean-Paul Boulze était un mec qui n’avait peur de rien sur une bécane. Je l’admirais, se souvient Christophe. 

A chaque départ il faisait enregistrer le son de son moteur par sa copine sur un simple magnétophone le micro collé au pot d’échappement. 

Grâce à cette technique d’enregistrement qu’il écoutait par la suite il cherchait à s’améliorer pour ses futurs départs ».

pere-et-fils-et-la-Bps

Christophe m’envoie aujourd’hui, une photo récente de lui et de William, son père à l’aube de ses 90 ans, avec la mini BPS en fond.

1979 / 2023. 44 ans sont passés ! 

Ça me rappelle le bon temps, dit Monsieur Durand.

 

« C’était tout une autre époque, dit aussi Jean Paul Castex.

En ce temps là tout se passait à la bonne franquette.

Les pilotes qui souvent étaient des allumés complets, arrivaient dès le vendredi soir dans des vieilles bagnoles et ils campaient. 

Il n’y avait pas encore de rutilants-camping car, comme aujourd’hui ! 

 

 Et Christophe Durand ajoute : C’était ça Roullens !!! »

 

 Christophe-Durand-Minarelli-verte-50cc-Ht--

 

 

 

Mes articles dans un musée de l’Ile de Man, pays du TT

Mes articles au musée de l’Ile de Man, pays du TT  

 

Photos collections : Dulcis Simó et Murray’s Motorcycle Museum     

 

J’avais connu Ramon Oliver Tio par l’intermédiaire de mon blog.

Plusieurs articles sur le pilote Miquel Simó, ingénieur constructeur de motos catalan avaient retenu son attention.  

C’est alors qu’il me contacta pour me dire que Dulcis, la fille de Miquel Simó, avait aussi apprécié mes pages.

Pour cela elle voulait me parler et me remercier d’entretenir la mémoire de son père.

La rencontre et la longue discussion téléphonique que nous avons eu alors furent très émouvantes. 

miquel_simo_tt_arrivée 

Par la suite, Dulcis m’a communiqué beaucoup de documents sur les motos Simó. 

J’ai continué à faire d’autres pages de mon blog sur ce pilote qui rappelons le était venu courir aux Grand prix oubliés de Carcassonne.

(Voir publication dans mon livre Le circuit oublié que j’ai consacré à ces courses des années 1930).

Couverture Simo

 Ramon Oliver Tio est un passionné de motos et plus précisément des courses du Tourist Trophy de l’île de Man.

Il s’y rend très régulièrement, comme autrefois M Simó qui avait couru cette épreuve mythique.

simo12 

A l’occasion d’un  voyage  sur l’île de Man, Ramon a déposé au Murray’s Motorcycle Museum  mes articles et le document que j’ai rassemblé sur M Simó.

Ils se trouvent donc maintenant à Douglas, sur le parcours du TT !

 Miquel Simo tourist trophy 1937 carre

Moi qui ne suis jamais allé au TT et qui en ai toujours rêvé, je suis content d’y être présent par mes publications.

Comme je suis ravi d’être en contact avec Dulcis Simó qui me considère comme le biographe de son père.

La vie est curieuse et parfois surprenante.

Cela fait du bien !

Je n’aurais jamais cru être en contact avec une descendante si proche de ce pilote que j’admire. 

photo0jpg

Le Murray’s Motorcycle Museum est constitué de fabuleuses collections de motos dont certaines ont couru au Tourist Trophy.

Il y a aussi des photos et toute sorte de document en rapport avec cette course mythique. 

Miquel-Simo-peut-etre-au-TT-

L’ensemble est rempli tel une caverne d’Ali Baba où l’on doit pouvoir passer plusieurs jours pour tout découvrir tant  ces trésor de musée sont riches. 

bike-heaven 

L’adresse de ce musée est : 

Santon Villa, 

Santon,  Isle Of Man Main Road, IM4 1EN, 

Île de Man.

Il se trouve sur la route A5 de Douglas à Castletown road.

photo1jpg

Le circuit du passe à côté du Musée.

Rappelons que  cette fantastique course se déroule sur une piste qui est tracée sur les routes et qui font le tour de l’île, traversant villes et village.

Le parcours monte de la côte à la montagne dans des enchainements de courbes extraordinaires.

touris-trophy-marshals-association 

 

Ce circuit  routier qui existe depuis 1907, est tellement dangereux que des dizaines de pilotes y ont trouvé la mort.

Longtemps ce fut un Grand Prix du Championnat du Monde  mais qui fut supprimé car devenu trop dangereux à cause de la vitesse des motos d’usine. 

Miquel Simó y avait couru pour Terrot dont il était un pilote d’usine, il y eut un terrible accident en 1939 qui mit fin à sa carrière de pilote.

Actuellement des courses internationales ont toujours lieu ainsi que des courses de motos anciennes.

C’est un rassemblement annuel tout à fait incontournable.

 

miguel-simo-a   

https://www.facebook.com/murraysmotorcyclemuseum/

65ème Rallye International Barcelone / Sitges

65ème Rallye International Barcelone / Sitges

des voitures d’époque

 

Photos de Dulcis Simó i Grasa

Photos : reproduction interdite sans accord de l’auteur 

 

Au mois de Mars dernier, le 65 ème Rallye des voitures et motos d’époque a eu lieu entre Barcelone et Sitges. 

Merci à Dulcis Simó i Grassa, fille de Miquel Simó qui m’a envoyé ses photos.

cartel-rally-barcelona-sitges-post-IG 

Le parcours entre ces deux villes n’est que de 40 km, mais cette épreuve, beaucoup plus qu’un événement sportif, est devenue avant tout un spectacle très glamour.

Tout est beau depuis les mécaniques divinement restaurées en passant par les costumes.

Car pilotes et passagers doivent être vêtus  comme à l’époque, et en accord avec leurs machines.  

 N-1-Cartel-

Les participants viennent d’Espagne et de bien d’autre pays sur des marques emblématiques qui ont marqué l’histoire de l’automobile.

Cet événement a été proclamé Fête d’Intérêt Touristique National.

Voiture-place-mairie- 

Dulcis Simó i Grasa, la fille du célèbre Miquel Simó i Sanchez,  ingénieur-constructeur-coureur à moto, y était. Elle m’a envoyé les quelques photos qui illustrent cet article.

Trophé-M-Simo--2023- 

Il faut dire que cette année on célébrait les 90 ans de la construction de la première machine par son père.

Une magnifique coupe lui a été remise en commémoration de celui qui est considéré en Catalogne comme le premier fabricant de motos et le premier a avoir participé au Tourist Trophy,  entre autres exploits. 

gilera- 

Bien entendu il y avait quelques motos toutes antérieures à 1938 et des autos d’avant 1928. 

BMW-R-35 

Au total une centaine de véhicules, de véritables trésors, des bijoux de la construction et production mécanique déjà très novatrice en ce temps là. 

Chenard-@Walcker--rouge-9- 

Toutes sont restaurées avec génie. Des Hispano-Suiza, des Rolls, et des voitures françaises italiennes et américaines plus belles que neuves. 

 Darnont-ticycle--rouge-face-

A la veille du départ toutes ces superbes machines ont été exposées dans un célèbre centre commercial de la capitale catalane. 

1er-moto-simo-exposee

 Un stand était consacré à Miquel Simó avec le magnifique trophée en sa mémoire et deux de ses premières motos.

Simo-expo-boutique-90-aniv-proto--148-Simo 

Ci dessus la Simó 148 et ci dessous une arrivée victorieuse probablement de Miquel Simó sur le circuit de Terramar

terramar-L1000244

Le dimanche matin tout le monde était rassemblé sur la place devant la mairie de Barcelone sous un soleil radieux en attendant le départ fixé à 10h 30.

Darracq-4-de--1905 

Avant de partir les participants, en habits d’époque, on dégusté un chocolat épais avec des churros, un petit déjeuner festifs typique du pays.

Préparatif-départ- 

La route côtière, tortueuse et accidentée n’est plus longue de nos jours pour des véhicules modernes.

Mais pour ces voitures anciennes un col redoutable présentait comme autrefois quelques difficultés.

Verte-et-noire- 

Après la nuit passée à l’hôtel Terramar de Sitges, le lendemain, tout le monde partait en direction du Circuit de Terramar.

Les deux portent le même nom.

Terramar-CHC_6185

Le célèbre autodrome qui vaut le coup d’œi avec ses deux courbes relevées, dont j’ai déjà parlé dans ce blog et sur lequel ils pourront profiter de rouler quelques tours sur le prestigieux ovale.

terramarL1000241

Voir : http://charlescamberoque.unblog.fr/?p=3916

http://charlescamberoque.unblog.fr/?p=6461

Coupé-bleu-N-25- 

L’hôtel Terramar avait été construit par les mêmes qui avaient conçu ce merveilleux circuit en même temps que tout un ambitieux projet immobilier abandonné depuis les années 30. 

Beige-et-marron- 

Pour le reste de la journée tout le monde roulera par groupes en direction d’une visite de la collection particulière de Ramón Magriña à Masllorenç un peu plus bas que Sitges dans la province de Tarragona.

Beige-et-cabine- 

 https://fr.escuderia.com/cronica-rally-barcelona-sitges-2023-todo-un-exito/

 https://www.rallybarcelonasitges.com/els-participants/

Groupe-et-autos-

Serge Bary pilote de monoplace et l’Écurie de la Cité

Serge Bary pilote de monoplace et l’Écurie de la Cité 

 

Photos de C Camberoque avec les souvenirs de Jimmy Bardy, de Jean Louis Barthes et de Daniel Peguinot

Photos : reproduction interdite sans accord de l’auteur 

 

Serge Bary était un pilote, membre de L’Auto Club Carcassonnais dans les années 1970.

Avec sa famille ils tenaient la concession Mercedes, puis Honda de l’Aude.

Je me souviens encore avec émotion des premières Honda S800 et de leurs montées en régime. 

Serge-Bary-890 

En ce temps-là l’automobile club de l’Aude qui s’appelait l’Écurie de la Cité comportait de nombreux pilotes.

Ils couraient sur des R8 Gordini, des Alpines, Alfa Roméo, NSU, BMW et bien d’autres voitures préparées pour la course.

Le grand café Lapasset aujourd’hui disparu était le siège des clubs auto et moto. Nous avions l’habitude de nous y retrouver presque tous les jours.F3-serge-Bary1 

Passionné de pilotage de mécanique et de mise au point Serge Bary accueillait tous ses amis dans son grand atelier de la route de Narbonne.

Son garage est devenu de nos jours un supermarché de produits exotiques mais son fils Stéphane tient un atelier de carrosserie juste au dessus.

Serge-Bary-891

La voiture de Serge faisait l’admiration de tout le monde et il faut préciser qu’à l’époque, elle était une auto pas courante dans l’Aude. 

Dans la ville tout le monde était fier du palmarès de Serge et de sa monoplace bichonnée et modifiée par ses soins. 

F3-Serge-Bary-3 

Pour les sponsors j’avais photographié la monoplace au pied des remparts de la Cité de Carcassonne.

Normal puisque notre club s’appelait l’Écurie de la Cité !

Mais je me demande si de nos jours nous obtiendrons l’autorisation de s’installer, pour la photo, à cet endroit-là.

Les Monuments Historiques, les écolos et  autres institutions officielles  ne verraient probablement plus cela d’un bon œil.

Les temps changent …

 Serge-Bary-897

Jimmy Bardy, mon vieux complice et ami de toujours se souvient :

« J’ai suivi Serge dans ses courses en France. On tractait la monoplace une GRAC de formule Renault avec une Mercedes 200 D.

C’est à ce moment là que j’ai acheté une 220D pour mon travail et que je suis devenu un inconditionnel de Mercedes.

Serge avait fait du circuit mais préférait la côte.» 

Serge-Bary-907 

Son auto, au départ était une formule France, GRAC MT6, qui étaient toutes avec des moteurs 1300 Gordini préparés.

Puis ensuite il y a eu le 1600 et le 1800 Renault extrapolation du moteur de la R 16.

Avec ces moulins plus gros Serge utilisait sa monoplace pour les courses de côte.

Serge-Bary-889 

Ci dessus autre auto vue à Montlhéry.   Serge est de  trois quart en train de discuter.

Les  photos suivantes sont prises sur les courses de côte de Mazamet, du Cabarétou et également sur le circuit de Montlhéry.

Serge-Bary-montlhery-916

Serge est dans le paquet après le départ d’une course sur le circuit routier de Montlhéry

Jimmy se souvient :

« À Carcassonne, tard dans la nuit je suivait Serge qui lui montait sur sa FF directement par la route pour aller s’entrainer dans un col des Corbières.

Il faut imaginer sa monoplace, la nuit, sans phares et pas du tout conforme au code de la route avec ses échappements spaghettis qui ronflaient dans la nuit noire du massif Alaric ! »

Serge-Bary-891COTE-MAZAMET-909

Sur cette image de la course de côte de Mazamet dans la brume, je ne sais pas qui était  au volant de cette autre monoplace.

Serge était déjà passé … probablement !

Si vous avez des informations ne manquez pas de me les communiquer.  

En plus cette photo a retenu particulièrement l’attention de mon ami Jean Louis Barthez.

Quelle coïncidence !  Il croit reconnaître la monoplace qu’il a achetée et restaurée récemment. 

cote-de-Mazamet-R8-Gord-910 

Sur une autre photo de ce jour hivernal derrière le Pic de Nore au dessus de Mazamet on voit une R8 Gordini.

C’était les temps béni des Gordes !  

Celle-ci doit être celle de Jacques Auzoles qui l’avait bien préparée.

J’étais monté avec lui dans la descente de cette côte et j’en ai gardé un souvenir impérissable.

Là aussi, de nos jours quel commissaire me laisserait monter en passager ?

Alpine-P-Guiraud-Jimmy-820

Jimmy et Patrick avaient participé au Rallye de l’Hérault de cette époque.

Ils regardent François Chauvel qui vérifie je ne sais quoi, puisque le moteur est à l’arrière comme me le fait brillamment remarquer Jean Louis !

Maryse-Bruyas-901   

 Il faut aussi préciser qu’une jeune femme audoise, Maryse Bruyas courait sur monoplace, ce qui était rare, voire exceptionnel pour l’époque.

Maryse-Bruyas-905  

Prise au départ de la course de côte du Cabarétou. C’est bien  Maryse Bruyas.

Jean Louis me dit que la monoplace est une MEP X2. 

Maryse-Bruyas-900 

Cette auto était équipée d’un moteur flat twin Panhard 24 CT. Qui devait développer une cinquantaine de CV. 

Maryse-Bruyas-895

Les MEP étaient assemblées à Albi par Maurice-Emile Pezous.

Au début, vers 1965  elles avaient un moteur de  2CV. Puis comme cela manquait de puissance on les équipa d’un moteur Panhard comme celle de Maryse.

Enfin une troisième version fut mise au point avec à nouveau un moteur Citroën mais un  4 cylindres de GS plus performant. 

Maryse-Bruyas

Il y avait une coupe de France des MEP et compte tenu de la légèreté de l’ensemble ça marchait très bien.

Elles devaient peser un peu plus de 330 kg.

Daniel Peguinot se souvient bien de Maryse et dit qu’elle « envoyait fort ! » 

http://panhard-racing-team.fr/?page_id=4940      

http://www.spiritracerclub.org/albi-joie-des-mep/

Serge-Bary-904

A Saint Pons on est au bas de la célèbre côte du Cabarétou qui était une grande classique.

 Jean Pierre Beltoise y avait couru notamment, ainsi que Jacques Maraval qui  justement habitait St Pons et les frères Alméras sur leurs Porches.

Serge-Bary-898 

Serge était au départ pour le parcours de cette côte  qui était assez tortueux sur 8 km.

De quoi passer un bon moment !

Serge-Bary-c-Cote-Cabaretou-902 

Plus de quarante ans après j’entends encore le bruit des montées en régimes de Serge Bary et de son moteur qui résonne en montant et s’éloignant dans la vallée.

B-Guiraud-NSUTT-Prinz921

Je n’ai pas oublié non plus le moteur rageur de la NSU Printz Tt de Bernard Guiraud.

B-Guiraud-NSUTT-Prinz920

Bernard était lui aussi un ami d’enfance qui a aujourd’hui disparu.

B-Guiraud-NSUTT-Prinz925

Quelques temps après cette course, en revenant de chez Pastre notre préparateur favori, Bernard n’a pas survécu a un accident avec cette voiture.

B-Guiraud-NSUTT-Prinz922

Pour moi ces quelques photos de Bernard sont bien plus que des souvenirs.

J’en profite aussi pour rendre un hommage au souriant Christian Morel, distingué Gordiniste, récemment disparu.

Jimmy se souvient d’une saison de course où il avait accompagné Christian sur des circuits ou il courait alors sur une voiture qui est devenue extrêmement rare : Une Audi 80 Challenge.

Elle était réservée uniquement à la course, allégée au maximum et équipée d’un moteur 1600.

Les Audi 80 Challenge étaient toutes de couleur Orange. Introuvables actuellement !

Très peu d’exemplaires étaient sortis d’usine. Plus de cinquante mais probablement moins d’une centaine !

On se rappelle aussi de Roger Rivals qui vivait dans l’agglomération de Carcassonne et travaillait à Mazamet. Non, il n’y avait pas encore de limitation à 90 !

Il s’y rendait tous les jours en passant par le col des Martys et voyager sur cette route avec lui dans son Alpine était une expérience inoubliable mais aussi terrifiante !

 Maryse-Bruyas-Serge-Bary-

 La journée de course est finie, je prends une dernière photo de Maryse et de Serge avant le retour au garage.

Serge-Bary-892

Stèle à J Roland et P Debaisieux à Grèzes

Stèle à J Roland et P Debaisieux  sur le circuit oublié de Grèzes/Herminis (Aude)

 

 Photographies de Bruno Béghin, Nina et Charles Camberoque.      Reproduction interdite sans l’accord des auteurs

 

Vers 2009, lorsque j’ai commencé mon enquête sur le Circuit de Carcassonne, puis publié mon livre « Le circuit oublié » en 2013,

j’avais pensé qu’un hommage aux pilotes, malheureusement disparus après leurs accidents en course, mériterait une stèle commémorative. 

Mon idée a fait son chemin …

Et pour mon grand plaisir voilà que nous en avons inaugurée une ce 15 mai 2022 en hommage à Jean Roland et Paul Debaisieux.

1er-de-couv-circuit-oublie-grand

Désormais, pour le souvenir, Jean Roland et Paul Debaisieux  ont leur nom inscrit sur une plaque  installée à Grèzes sur le bord de la route,

là où passait la piste du circuit de Salvaza-Voie Romaine dont le plan est reproduit sur la stèle.

Cela à pu se faire grâce à  l’association  Les Amis du Patrimoine de Grèzes–Herminis, qui fêtait son 25ème anniversaire

et à la section moto du Club 5A de Carcassonne. Qu’ils en soient ici très chaleureusement remerciés.

C-Camberoque-inauguration-de-la-Plaque-J-Roland-et-P-Debaisieux-2022

Comme pour le premier rendez-vous autour du circuit en 2019,  et après l’interruption due au virus et au confinement,

tout le monde voulait perpétuer le souvenir de cette incroyable histoire des années 30.

Voir sur ce blog à  : http://charlescamberoque.unblog.fr/?p=8734

2-affiches-

Ce  nouveau rassemblement a eu lieu ce 15 Mai 2022.

Une organisation sans failles a été à nouveau peaufinée par Ida Sablayrolles et Josette Alvaro  sans oublier la participation du Club des 5 A.

Pendant cette journée nous avons eu  bien des pensées pour Gérard Alvaro qui nous a quittés depuis la première édition de cette manifestation.

Voir sur ce blog à  : http://charlescamberoque.unblog.fr/?p=8734

les-pilotes-des-5-A-

Les fidèles du moto club des 5 A étaient présents, entre autres,  avec de bien belles machines. 

Des modèles qui auraient pu courir ici au temps de ces courses entre 1931 et 1935.

Dès 10 h du matin le rendez vous à Herminis dans l’agglomération de Carcassonne était donné pour quelques tours autour du circuit. 

L1130177

Rappelons que cette piste se trouvait autour de l’aérodrome de Salvaza.

Elle était tracée sur les routes qui reliaient en une boucle Carcassonne par Grèzes, Herminis et retour.

Souvenirs-L1130187

Avant le départ des très anciens du village étaient présents et  nous avons pu écouter leurs souvenirs du temps où les pilotes étaient logés chez l’habitant.

détails-

Puis j’ai eu l’honneur de donner le départ pour 4 tours du circuit, soit près de 40 km au total.

Et cela a eu l’air long sur ces motos anciennes sans suspension à l’arrière et d’une conception vieille de près de 80 ans !

R-Perich-et-250-Osse-Terrot-1930-

Régis Périch avait sorti sa 250 Terrot OSSE de 1930 et avait revêtu son bel équipement des mêmes années.

Voir à : http://charlescamberoque.unblog.fr/?p=7444 

2022-Alain-Fumanal-et-Régis-Périch

 Alain Fumanal sur sa Gnome Rhône prend le départ suivi de Régis Périch.

 28051descente-sur-grèzes324_1177718673029203_8201717341603937014_n

 A la descente de Grèzes certains arrivent pleins pots.

Magnifique photo de Bruno Béghin !

350-Terrot- HD L1130201

Après la côte, au tournant d’Herminis, ça balance fort pour Nicolas Blin, l’Ostéopathe le plus rapide de Cazilhac ! 

J’en ai rêvé et je me crois vraiment devant un grand prix des années 31/35 ! 

4-moto-grezes

J’aurais aimé prendre de telles photos, comme celles de Bruno, avant la publication de mon livre !

J’aurais pu alors les publier.

Je revis toute une époque du circuit comme si j’étais plongé dans ces merveilleuses années de course.

Ricard-500-Terrot

 Bernad Ricard ménage son HSST, sa très belle monture.

350-Terrot-L1130194

Une Terrot 350 HD et Nicolas, son pilote, tous deux avec une pêche d’enfer. 

A leur sujet, Patrick Bornette qui était venu sur sa splendide, quoique moderne … Ducati, me disait :

« Je l’ai suivi dans les ronds points de la route de Montréal et le pilote en mode attaque n’amusait pas le terrain ! »

Et c’est un connaisseur qui le dit !

Car Patrick Bornette est un grand amateur du Tourist Trophy où il se rend pour les courses sur l’Ile de Man, très régulièrement.Motos-virage-grezes-

Dans la courbe de l’entrée de Grèzes  on a vraiment l’impression d’assister à un Grand Prix.

Grèzes-plaque-L1130253

 Arrêt sur l’esplanade de Grèzes à proximité de la stèle pour l’inauguration

arrivée-des-motos-stelle--grèzes-

Dans ce paysage de printemps, tout était beau.

On voyait au fond la Montagne Noire comme l’ont vue les pilotes de l’époque.

 

L1130217

Les conversations des motards à l’arrivée devaient être aussi les mêmes en 1931 !

3-grezes-inaug-

Puis vint le dévoilage et l’inauguration de la stèle.

Ida Sablayrolles détaille les réalisations et la vocation de l’association des Amis du Patrimoine de Grèzes–Herminis qui célèbre également, ce jour, le Préfet Poubelle.

Oui ! Celui qui a inventé les poubelles et qui est enterré dans ce petit cimetière qu’on voit en arrière plan.

Grezes-inauguration-stelle-J-Roland-et-P-Debaisieux--

Régis Arnaud le président du Club des 5 A, était présent ainsi que Josette Alvaro, également des 5 A. 

Mais également des élus, des politiques des deux bords, de la mairie de Carcassonne et du Conseil Général de l’Aude,

en une très cordiale entente.

Je suis content de constater que cet évènement et le vieux Circuit rassemblent tous les horizons …

dévoilage-plaque-3

Tout le monde est content ce qui n’empêche pas d’avoir une pensée émue pour Jean Roland et Paul Debaisieux.

Jean-Roland-et-Paul-Debaisieux-©-Camberoque-1

On les applaudit chaleureusement avant le retour à Herminis.

Ricard-Terrot-500-HSST

Bernard Ricard me permet de prendre une photo émouvante de lui, sa machine et la stèle avec le plan détaillé du circuit. 

On dirait que le temps s’est arrêté en 1933 l’année du décès de Paul Debaisieux et de Jean Roland

virage-de-grezes-

Midi ! Il fait chaud pour un 15 mai.

Alain Millian qui habituellement navigue sur le canal du Midi, mène en souplesse sa 350 Peugeot P 107.

Projets et nouvelles idées pour la prochaine édition fusent de toutes parts. 

Il faudra organiser toujours mieux cette commémoration avec davantage de machines, de pilotes et surtout de motos anciennes de course.

Nous devrons choisir une date plus judicieuse car beaucoup d’autres manifestations avaient lieu le même jour dans la région. 

Et en s’y prenant plus longtemps à l’avance nous pourrons médiatiser nationalement ce rendez-vous pour attirer un plus grand public.

La mémoire de ce circuit oublié le mérite !

L1130220

Un apéritif très convivial précèdera un copieux déjeuner. 

L1130258

 Comme prévu, à 15h,  je raconte l’histoire du Circuit oublié en projetant mes dernières trouvailles photographiques.

 Merci à tous les organisateurs, les spectateurs et les motards présents.

A l’année prochaine !

Conf-Charles-Camberoque--15-mai-2022

 

Balade moto sur le Circuit Oublié

Affiche circuit oublié 2022

 

Pour une mise en valeur de notre patrimoine moto.

Les Amis du Patrimoine de Grèzes – Herminis  

 et la section moto du Club 5A:  

 Organisent le 15 MAI 2022 une balade moto en suivant le  « Circuit oublié »

 Dans l’agglomération de Carcassonne, Le circuit oublié était le Circuit SALVAZA -VOIE ROMAINE où se sont déroulées des compétitions Internationale de motos de 1931 à 1935.

 D’après le livre de Charles Camberoque « Le circuit oublié »  Son histoire et ses courses.

 

  La réception des participants ou de ceux qui souhaitent exposer se fera à partir de :

- 10 H au foyer d’Herminis. 

- Vers 10h 15 le départ pour la balade,  sera donné par Charles Camberoque après une présentation du « circuit oublié ».

 Les motos partiront échelonnées, des plus anciennes aux plus récentes.

 - A 11h30 avec les élus, notre président Régis Arnaudet  et FR3. Les motos effectueront trois tours avec arrêt au parking du cimetière de GREZES pour  :

 Inauguration de la stèle en mémoire de Jean Roland et Paul Debaisieux

les deux motards décédés en course.

  Retour sur Herminis, apéritif offert suivi d’un buffet sur la place Préfet Poubelle, exposition des motos pendant le buffet.

 - A 15h conférence et projection de Charles Camberoque. 

 

Pour le buffet il vous sera demandé une participation de 5 €.

Si vous souhaitez participer ou exposer, Merci de vous inscrire avant le 10 MAI:

Auprès de Mme Sablayrolles au : 06.78.30.32.86

ou auprès de M Alvaro au : 04.68.25.23.70

 

Circuit Daniel Pescheur … souvenirs des Kawa H2

Circuit Daniel Pescheur … souvenirs des Kawa H2

 

Texte et photos de Charles Camberoque  

Pour mieux voir les images, les regarder sur grand écran plutôt que sur un téléphone.                    

Reproduction interdite sans l’accord de l’auteur

Candie Toulouse Photo Google earth

A la fin des années 60 les motards parisiens se retrouvaient tous les vendredi soir à la Bastille.

Des courses sauvages se pratiquaient autour de la place sous l’œil outré des passants.

Ils n’y voyaient que blousons noirs inquiétants et types à la mine patibulaire.

Ces rassemblements ont été importants car je crois me souvenir que c’est là qu’est née l’idée de la FFMC et de la mutuelle des motards.

Rugis années 70Photo © DR

Cette concentration hebdomadaire finit par être déplacée du côté des nouvelles halles de Rungis.

Un quartier en construction.

Les courses reprirent de plus belle pour le plus grand bonheur des fanatiques de motos qui se pressaient le long des rues encore désertes de cette zone industrielle.

Annees 70 Rungis photo © DRPhoto © DR

Après de très nombreux accidents et plus particulièrement le décès en 1977 de Carole Le Fol, une jeune participante, le circuit qui porte son nom fut tracé (non sans difficultés).

Il est situé à une vingtaine de km au nord de Paris afin de sécuriser ces rendez vous nocturnes et ces courses sauvages.

 

Pendant ce temps là, à Toulouse aussi, les motards se retrouvaient  dans la périphérie,  autour des boulevard Eisenhower et du Mirail. Ils disaient on va à Rocade.

Patrick Barrabès se souvient de la foule qui s’agglutinait en des haies humaines des deux côtés des rues.

Tout juste pour laisser passer des bécanes qui roulaient à fond de 5 ème justement pour certaines Kawas 750 H2.

De temps en temps les flics déboulaient pour distribuer des PV.

Ceux qui n’avaient pas eu le temps de s’enfuir malgré les guetteurs qui surveillaient pour alerter de l’arrivée de la maréchaussée prenaient une prune !

« Je ne sais pas comment il n’y a pas eu d’accident car les motos roulaient dans tous les sens.

Une 750 Kawa pouvait arriver à 200 face à des solex qui venaient en sens inverse et qui étaient également de la partie ! » dit Patrick.

Candie-entree-

C’est donc à cette époque que la municipalité de Toulouse a décidé de proposer une piste ouverte à ces jeunes motards et qui présenterait plus de sécurité …

… en plus du calme pour les riverains.

Toulouse circuit Candi Daniel PescheurPhoto Google earth

La construction de ce circuit fut décidé et son tracé sur un terrain municipal à Candie une grande propriété viticole municipale (aujourd’hui il y a plus beaucoup de vignes).

Cela à une dizaine de km du centre de Toulouse.

On peut constater sur les photos Google qu’il y a à Candie des pistes de cross, trial, supermotard  et de vitesse dont certaines peuvent fonctionner en même temps.

Une piste pour l’éducation routière est aussi disponible pour les enfants et les écoles.

Depuis 2009, le circuit est sous la responsabilité de la Communauté Urbaine du Grand Toulouse.

Tououse circuit candiePhoto Google earth

La police Nationale, qui a souvent fait preuve de pédagogie pour la sécurité routière, fut chargée d’assurer le gardiennage, l’ouverture et la surveillance de ce site.

Un policier fut désigné pour en être le responsable.

 Daniel-Pescheur-Candie-ToulouseDaniel Pescheur 1942-2011

Photo © DR Auto news infos         http://www.autonewsinfo.com/2011/12/30/moto-daniel-pescheur-nest-plus-34120.html

On choisit d’y envoyer Daniel Pescheur.

Il n’était pas très bien vu de sa hiérarchie car il n’aimait pas distribuer des PV et faire de la répression sur les citoyens au lieu de les protéger.

Donc ses autorités supérieure l’envoyèrent comme en exil s’occuper du circuit de Candie.

Daniel Pescheur y devint populaire et très heureux avec les amateurs de vitesse et de tout terrain qu’il appréciait.

Cette « punition » fut pour lui un grand plaisir.

Tant et si bien qu’aujourd’hui le circuit porte son nom !

Passionné par les motos il a participé à 18 Paris Dakar comme pilote de 1981 à 1994 puis comme assistant de son fils.

Malheureusement un cancer l’a emporté à 69 ans.

Affiche-Candie-Kawa-H1-H2-2021-

Le samedi 2 octobre 2021je me suis rendu sur le Circuit Daniel Pescheur.

J’étais impatient de découvrir cet espace et d’y voir les 750 H2.

En espérant qu’il y ait aussi des 500 H1 comme la mienne, celle que j’avais retrouvée récemment en photo  dans LVM, en vente dans une bourse de Nantes. 

Elle roulait toujours !

500-kawa

J’avais acheté cette 500 Kawa chez Gauch, le concessionnaire de Toulouse en 1970.

(Je l’avais payé neuve pour moins de 10 000 francs ! 1600euros)

Quelques années plus tard Patrick Barrabès, jeune mécanicien  y travaillerait et montait les motos à la sortie de leur caisse pour les clients.

La mienne était une noire, très rare, car il y en avait eu peu d’exemplaires importés en France.

Je lui avait fait subir par la suite de particulières modifications qui ont fait que près de 40 ans après j’ai pu la reconnaître à ces détails précis.

CC-sur-500-KAWA

Parfois je rêve encore que je roule sur cette machine…

Malheureusement, il n’y avait pas de 500 à l’expo du circuit Candie, alors je ne peux résister à publier la mienne sur cette page.

Ah tout ces souvenirs qui remontent !  Une nuit je descendais en Catalogne et  j’étais sur la portion d’autoroute qui existait déjà.

C’était un peu nuageux mais une pleine lune éclairait le paysage par intermittence.

Je roulais à fond couché sur ma Kawa en faisant la course avec une Mercedes qui s’accrochait difficilement.

A cette vitesse j’avais la sublime illusion comme de voler, de me glisser entre terre et nuages.

50 ans après je n’ai toujours pas oublié cette impression.

Je n’ai pas oublié non plus qu’a la sortie de l’autoroute ça sentait le cramé et un fusible m’a lâché.

Tout d’un coup tout s’est éteint et je me suis retrouvé roulant sue ma lancée dans l’obscurité !

_500-Kawa-S-de-l-ecluse

Cette Kawa avait été améliorée par Pierre Chapus dans son premier magasin de Carcassonne, partie cycle et moteur.

Elle marchait le feu de Dieu, mais en dessous de 6000 tours il n’y avait pas beaucoup de chevaux.

Or pour ne pas faire claquer les bougies et engorger le moteur, il fallait rester au dessus.

De toute façon j’avais au moins toujours 3 bougies dans mes poches.

Ma hantise était d’avoir à traverser une ville au moment des embouteillages parce qu’alors rester dans les tours représentait de rouler à des vitesses très élevées.

Enfin grâce au frein à disque elle freinait …  mais qu’est ce qu’elle se tortillant dans les courbes.

Bof… j’avais pris l’habitude…

Candie-kawa-de-couleurs-

Mais revenons à cette rencontre des Kawasaki sur le circuit Candie.

Le samedi matin était bien tranquille sans la foule qui, j’espère, est arrivée plus tard.

Candie-affiches-table-

A l’entrée du circuit on pouvait voir diverses belles affiches concernant des manifestations passées diverses.

Comme une preuve de l’activité intense du moto club.

4--750-bleue-Candie

Des 7 et 1/2 joliment restaurées étaient alignées pour un voyage à reculons, dans le temps.

On aurait dit que Patrik Barrabès venait de les sortir de leurs caisses après les avoir reçues du Japon !

Candie-Kawa-

La plupart des heureux propriétaires de 750 montaient un deuxième disque pour disposer d’un double freinage de 296 mm.

Suivant les séries les couleurs changeaient.

750-or-Candie-

Oui ! L’illusion d’avoir fait un bond en remontant le temps était bluffante, tant les peintures et les restaurations semblaient soignées.

La 750 fut produite seulement de 1971 à 1975 dans des couleurs or, bleu, verte et violet…

arrivee-350-Candie-

A Candie, l’heureux propriétaire d’une 350 rouge est arrivé sur une machine parfaitement dans son jus qui me rappelait les premiers temps de la coupe Kawa.

750-en-ligne-Candie

Ces Kawasaki, 250, 350, 400 ,500, 750 de 3 cylindres et 2 temps, étaient refroidies par air.

Les 750 développaient 74 CV, alimentées généreusement par des carbus Mikuni de diamètre 30 et avec une boîte de 5 vitesses.

Ma 500 disposait, elle, de 60 CV.

La puissance semblait phénoménale et arrivait d’un coup.

Ce qui est étonnant c’est que sur les motos modernes qui ont 3 ou 4 fois plus de cv, les moteurs actuels sont tellement souples que moins impressionnants.

350-Yam-Z-650-verte-

Plus tard dans les années 78  j’ai eu une autre Kawa.

Une Z 650 4 temps très civilisée et agréable, comme la verte qui est sur la photo ci-dessus.

Une des dernières qui fut utilisée pour la fameuse coupe.

750-honda-Candie-

Avant d’acheter ma 500 Kawa j’avais longuement hésité avec une 750 Honda, la même que sur la photo ci dessus.

Mais la folie et le bruit des puissants  3 cylindres deux temps m’avait fait rêver.

Candie-2-H2-bleue-

Plusieurs surnoms avaient été attribués aux 500 et 750 Kawasaki : « La moto la plus rapide du monde… entre deux pompes à essence ! »

(10 l aux 100 … minimum).

Mais aussi on la nommait « la faiseuse de veuves » … comme en son temps fut appelée la 1000 Vincent.

2-kawa-bleu-2-types-Candie

La crise pétrolière et les normes antipollution auront raison de sa carrière et sa production s’arrête en 1975.

Kawa-or--verte-public-Candie

Sur la sept et demi, la partie-cycle est  inspirée de la 500, mais largement améliorée pour encaisser la puissance supplémentaire.

Les tubes du cadre  double berceau sont de plus grosse section, le modeste frein à tambour de la 500 à l’avant est remplacé  par un disque de 296 mm de diamètre, avec la possibilité d’en monter un second.

Sur les machines présentes à Candie j’ai été surpris de constater que la plus part étaient équipées d’un très grand guidon !

Alors que des bracelets ou des guidons plus plats et plus petits seraient plus adaptés.

400-Kawa-Candie

Sur le stand officiel Kawa une 400 attendait une restauration bien méritée.

Autre machine utilisée pour la coupe.

bidons-peinture-Team-z-650-82290-

Question peinture l’atelier TEAM Z 650 exposait de beaux réservoirs.

tableau-reservoirs-L1120720

Assurément un magnifique travail réalisé par un artisan à : La-Ville-Dieu-du-Temple, non loin de Montauban.

Candie-Kawa-violette

Au fil des ans la 750 s’était légèrement assagie, comme la 500.

Pour un poids de 190 kg on ne disposait plus tout à fait des 74 cv à 8000 tours.

homme-Kawa-bl

Parmi les motos exposées on pouvait remarquer des pots d’échappement style pots de détente.

Nous avons eu droit à un solo de trois cylindres qui m’a procuré quelques frissons dans le dos !

750-verte-coyote-Candie

En circuit comme en course de côte on voyait autrefois beaucoup de 500 et 750  bien préparées y compris certaines très proches de la série.

k-verte-coyote-candie-

Plus tard les vertes Kawas de Godier et Genoud, des 4 temps plus sages et évolués firent de beaux palmarès en endurance.

Kawa-Godier-Genoud-Candie

 

Je profite de cette page pour envoyer un grand salut à Eric Offenstadt et sa 500 photographiés sur le circuit de Charade en 1972.

GP-Charade-Eric-Offenstadt--500-Kawa--72719

 

 

 

Ci dessous, Dulcis Simó, la fille de Miquel Simó, m’envoie une affiche pour un rassemblement d’anciennes motos à Vidreres en Catalogne.  

Vidreras-rassemblement-

 

12345...10

cool mec |
LE BLOG DU PROFESSIONNEL |
mathieu62730 |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | marwanblog
| jcsflnc
| "LES MACAGNONS"