Moto de courses et télévision

Moto de courses et télévision

 

Par C Camberoque     Photos DR 

 

Habitués et un peu blasés que nous sommes à voir toutes sortes d’images à la télévision, nous en viendrions à oublier que certaines retransmissions représentent à elles seules de véritables performances.

Lorsque nous regardons un grand prix, certes ce sont les pilotes et les motos qui en sont les héros, mais les équipes de télévision qui diffusent en direct ces images établissent elles aussi un extraordinaire exploit.

 tt-L1050726 

Eurosport TT 2016

En effet, si la Dorma est bien connue pour organiser les championnats du monde.

Elle est moins connue pour sa filiale l’entreprise Dorma Sport TV Production qui filme et diffuse l’intégralité de la saison des Grands Prix .

En quelques années, la qualité, la précision, la régularité et la réalisation sans faille de ses reportages est devenue éblouissante.

Elle a atteint une admirable perfection.

De plus, la Dorma nous offre depuis peu des images en direct depuis les motos en piste, ce qui est un apport incroyable au spectacle de ces courses.

 camera-sur-motode-gp- 

Moto 3, 2016

Tout avait commencé timidement en Juin 1985 notamment sur le circuit d’Assen en Hollande.

La tentative était plutôt expérimentale.

On avait installé une caméra de TV sur le carénage, à l’avant d’une moto de course.

Il parut judicieux de l’installer sur la moto de Randy Mamola, le pilote qui était en ce temps là, l’éternel second.

 tt-L1050727

Eurosport TT 2016

Randy Mamola eut droit à  une trop grosse caméra embarquée  sur l’avant de sa Honda.

 Et à l’arrière une antenne en forme de coupole pour la transmission des images.

Ainsi on pourrait filmer celui qui en le devançant serait en tête du grand prix ! 

On n’avait pas envisagé que le jour de la course il pleuvrait et que Mamola était redoutable sur le mouillé.

tt-L1050731

Eurosport TT 2016

Randy fit toute la course en tête pour sa seule et unique victoire de cette année.

Résultat à l’image : On vit essentiellement des prises de vue représentant le circuit plutôt vide, puisque Mamola était le premier

et des gouttes de pluie qui s’écrasaient sur l’objectif de la caméra.

Sous ces intempéries le dispositif tomba en panne au bout d’un petit moment après le départ.

Bref, bien peu de choses pour les téléspectateurs qui ne doivent pas être nombreux à se souvenir de ce jour historique pour la télévision.

 Heureusement que les techniciens et réalisateurs ne se découragèrent pas.

Ils continuèrent leurs recherches pour améliorer ce procédé qui allait constituer une révolution qualitative dans la représentation des courses en emmenant le téléspectateur comme « passager » sur les motos des champions.

 

bol-d-Or-77-le-mans-jf-balde-film-pour-1ere-chaine-

Bol d’Or 1977

Souvenez vous : la préhistoire de la TV  !

8 ans avant Randy Mamola, en 1977, Patrick Barrabès se souvient d’une équipe qui devait travailler alors pour Antenne 2.

Patrick raconte :

« J’ai pris cette photo de Kork Ballington pendant les essais du Bol 77.

Il préparait avec les techniciens de la 2 ème chaine de télévision  un tour du circuit Bugatti filmé.

La caméra est une Beaulieu 16mm. 

Nous sommes en pleine préhistoire par rapport au matos utilisé aujourd’hui ! »

 tt-L1050729 

Eurosport TT 2016

Ainsi les Grands Prix Motocyclistes sont devenu un spectacle télévisuel qui est probablement l’un des plus palpitants de tout ce qu’on peut voir sur notre étrange lucarne.

On peut d’ailleurs dire qu’on voit mieux les courses de moto à la TV qu’en étant sur le bord des circuits.

Une sacrée ambiance en moins tout de même.

La télévision grâce à son merveilleux don d’ubiquité nous amène à participer aux courses depuis la ligne de départ en passant par la piste, par les drones et les hélicoptères, par les stands et même maintenant depuis les motos, tout à côté des pilotes.

 Camera giroscopyque GP Valence 2016

GP de Valence 2016

L’un des derniers dispositifs sidérants est cette caméra gyroscopique installée sur le dosseret de selle de certaines machines.

Dans toutes les positions de la moto elle maintient totalement horizontal le paysage de la piste, ce qui bien entendu souligne l’inclinaison ahurissante des motos en courbe et évoque parfaitement ce que le pilote voit du moins à l’avant…

 

Dareware-labs-SteadyRide_-motogp-gyro-camera-post

Depuis 2010 la caméra gyroscopique  a équipé tout d’abord la moto de Rossi, puis plusieurs autres machines de champions moins titrés.

Dareware-labs-motogp-gyro-camera-design 

 

Actuellement la camera gyroscopique est arrivée à un point important de miniaturisation.

Son poids et sa taille comme on peut voir sur la photo suivante ont été considérablement réduits.

onboards-foto-comparativa_0.big 

La branche Dorma Sport détient quasiment tous les droits de diffusion des images des Grand Prix.

Ce qui veut dire de grosses entrées d’argent, donc des moyens importants pour  développer l’ensemble des équipements nécessaires pour ces retransmissions depuis toutes les caméras, en passant par l’énorme dispositif électronique qui permet de relayer, centraliser, enregistrer et diffuser ces reportages.

Pour cela plusieurs sociétés sont les fournisseurs technologiques des équipements de la Dorma.

Mais c’est le partenariat espagnol Dorna/UAV Navigation qui a vraiment accompli un travail fantastique en concevant ce chef d’œuvre de technologie qui permet cette incomparable façon de filmer les courses de moto.

 

L1050717

 GP de Valence 2016

D’autre part, les dispositifs  qui filment la course depuis les motos sont eux-mêmes commandables à distance.

Depuis la régie on cadre, on zoome, on fait pivoter grâce à des servo-moteurs minuscules les caméras pour suivre, par exemple, une moto qui double.

Souvenez-vous de ces images étonnantes où, pendant le Grand Prix de Valence, on a vu Andrea Iannonne arriver de l’arrière sur Valentino Rossi pour le doubler tandis que la caméra pivotait pour suivre Iannonne dans sa manœuvre.

 

montee-historique-fontiers-cabardes 

 

4 à 5 caméras sont installées sur chaque moto !

A l’arrière, la caméra gyroscopique sur le dosseret.

Une deuxième caméra toujours à l’arrière est fixée à un niveau bas, d’où l’on voit en amorce la roue et, en arrière plan, la piste et les pilotes qui suivent.

Troisième caméra à l’avant sur le carénage pour voir les pilotes qui précèdent et également une quatrième sur le guidon pour avoir les mains, la tête et le corps du pilote en pleine action.

Parfois une cinquième caméra est installée au niveau des pieds du pilote pour filmer le passage des vitesses essentiellement et l’asphalte qui défile.

dorma-tv 

 

En plus des images et du son

Au cœur de ces créations de haute technologie, des puces électroniques fournissent des données, indiquant en temps réel où se trouve la moto sur le circuit, sa vitesse, ainsi que son angle d’ inclinaison.

D’autre données sont incrustées depuis la régie.

Sur les motos un réseau de câbles amènent les images et les données collectées depuis les caméras et  les micros vers une unité digitale centrale, puis vers un ordinateur.

Le tout est transmis par l’intermédiaire d’antennes situées à l’arrière.

Le poids de l’ensemble ne dépasse pas les 1,8 kg.

Chaque année, lorsque les usines se préparent pour la saison à venir, elles doivent intégrer au design et à la construction des motos tout ce matériel médiatique et ces impératifs en matière d’enregistrement et de transmission en direct des images.

 on-board-

35 tonnes d’équipement !

Mais ce n’est pas tout, car pour filmer depuis le bord de la piste en même temps que depuis les motos de course, il faut installer 35 tonnes d’équipement qui sont transportées de circuit en circuit.

sergi-sendra-dorna

Sergi Sendra, Directeur de Dorma Sports TV Production

Sergi Sendra, Directeur de Dorma Sports TV Production, précise que pour filmer un GP il faut installer tout le matériel dès le lundi pour réaliser tous les réglages nécessaires au fil de la semaine. Sachant que suivant la météo ils peuvent changer…

Dans tous les cas, des kilomètres de câbles sont déroulés tout autour des circuits, dont 26 km de fibre optique et 22 caméras dont des steadi-cam . Le tout étant réparti à chaque fois de façon différente en fonction des diverses combinaisons des pistes. 

La fibre optique qui remplace les câbles classiques, a l’avantage  de ne pas générer de perte du signal.

Dans un proche avenir d’autres bonds qualitatifs sont encore prévus.

regie-tv-dorma

Régie au GP de Catalogne.

 

Enregistrements d’images à haute vitesse

La dernière évolution concerne les enregistrements d’images à haute vitesse, soit de 1000 à 2500 images /seconde, permettant de capter des images que l’oeil humain ne peut pas voir dans la réalité.

C’est grâce à ces images que Ducati a pu comprendre la cause d’une légère instabilité des machines qui apparaissait suite à certaines vibrations du garde-boue avant qui ne se percevaient pas autrement.

a-a-a-a-a-a-a--win-glet-iannone-sur-le-dos-de-marquez 

Certains faits de course sont également révélés par la télévision.

Comme cet accrochage du spolier avant de la Ducati sur le dos de Marquez.

Pour le téléspectateur les longs ralentis des passages en courbe des motos sont fascinants de beauté et on ne s’en lasse pas.

Tout comme on ne se lasse pas de regarder les Grand Prix, nous laissant un curieux vide télévisuel lorsque la saison des courses s’achève et en attendant que le championnat recommence pour une nouvelle série de courses toutes aussi passionnantes les unes que les autres.

En conclusion, je citerai Francesc Bracero, journaliste à La Vanguardia, qui a écrit : «  Dans le monde de la moto GP, l’introduction de la télévision n’est plus ressentie comme un intrus gênant, comme cela se ressent dans d’autres compétitions, mais  comme un allié. La popularisation de ses retransmissions le démontre parfaitement »

Si l’exploit sportif est sur la piste avec les pilotes comme héros, une autre performance technologique est celle qu’accomplissent les techniciens de Dorma Sport TV Production pour notre plus grand plaisir.

 

 

 

Plus d’informations :

« Interview with Sergi Sendra, director of Dorma Sport TV Production »

https://motomatters.com/blog/2013/04/29/photographer_s_blog_interview_with_sergi.html

 

« Un plato a 350 km/h » Reportaje  Francesc Bracero

La Vanguardia, Domingo 4 diciembre 2016

 

Premières images filmées depuis une moto en GP 

https://www.youtube.com/watch?v=8wF1NohkTlc


Archives pour la catégorie Médias.

Vieilles affiches de moto-cross

 

Vieilles affiches de moto-cross

 

Vieilles affiches de courses du moto-cross cross de Ribouisse Aude 1955     Vieilles affiches de courses de moto-cross

Il y a bien des années que l’on n’entend plus de gros mono tourner du côté de Ribouisse, un petit village actuellement d’une centaine d’habitants dans l’Aude entre Fanjeaux et Belpèch.

Et pourtant,  comme nous l’indique l’affiche ci-dessus on y courait dans les années cinquante, une épreuve internationale.

Ribouisse circuit de moto cross dans l'aude

 

Sur Google, dans la périphérie de Ribouisse ont peut encore voir ce qui me semble être les traces de ce circuit petit à petit absorbé par la nature.

 

 Vieilles affiches de courses de moto-cross à Pomas Aude      Vieilles affiches de courses de moto-cross

Quant à Pomas, un autre village situé au sud de Carcassonne sur la route de Limoux, bien peu doivent se souvenir de ces courses sur le circuit de l’Olivette.

On était pas encore bien loin de la dernière guerre et l’épreuve s’appelait : Le moto-cross de l’Armistice.

En faisant un tour au dessus de Pomas, avec Google, on peut découvrir, là aussi, ce qui ressemblerait assez à un circuit. Des épingles, des grandes courbes et des parties bien rapides.

Pomas le circuit en 2010

On dirait bien que l’on continue à utiliser cette piste, mais est ce vraiment l’ancien circuit et était il bien sur cet emplacement ?

 

Vieilles affiches de courses de moto-cross à Mons la Trivalle en 1954

 

A Mons la Trivalle, dans l’Hérault les vedettes de l’époque ont déjà leur nom sur les affiches.

On peut y lire aussi les noms des coureurs audois Alvaro et de Lozano dont le fils Guy, à sauvegardé les affiches en les reproduisant ce qui m’a permis aujourd’hui de vous en montrer quelques unes. Cette sauvegarde par la photographie est importante car ce genre de documents vieillit mal et fini par disparaitre en morceaux. Les reproduire et les diffuser contribuera à sauver cette véritable mémoire. Merci Guy et Gérard !

Dans les années 50, les dessins des coureurs occupaient plus de place sur les affiches. 10 ans plus tard, les noms et les messages publicitaires sont de plus en plus envahissants.

Malheureusement les dessins sont anonymes, seul le nom de l’imprimerie figure en tout petit.

Vieilles affiches de courses de moto-cross      

Le coureur représenté  est un type précautionneux car même si sa selle est sur ressorts, sa moto possède également des amortisseurs à l’arrière et lui est équipé d’une grosse ceinture abdominale, probablement qu’il souffrait du mal au dos mais ne voulait pas se priver de rouler avec sa moto de cross !


Les motos ressemblent à de gros mono cylindre qui ont l’air de voler en l’air. Le saut des machines et de leur pilote semble être le plus spectaculaire qui a retenu toute l’attention du dessinateur. Certainement le plus accrocheur pour le public de l’époque. Ceci dit, cela n’a pas trop changé depuis et seule la hauteur de l’envol a considérablement évoluée.

 

Vieilles affiches de courses de moto-cross  

Les pilotes avaient des têtes comme des obus sous leur méchant casque bol qui devait offrir une bien piètre protection.

Si l’on examine dans le détail ces dessins qui n’occupaient qu’une petite partie des réclames on peut souvent y voir des scènes de courses.

Sur l’affiche du cross de Narbonne, un coureur fringuant est suivi par un autre qui ne le menace que de loin.

Va t’il remonter au prochain tour?  C’est ce que le spectateur en blanc, tout juste visible, doit se demander.

 

 

Vieilles affiches de courses de moto-cross à Narbonne en 1954

En 1952, sur le bord du circuit, à la buvette tous un peu poussiéreux sous le soleil déjà chaud de Juin :

Souvenez vous, mais oui ! On exigeait la reine des bières !

« Une Champigneulles… Si ou plaît  » !

Vieilles affiches de courses de moto-cross        Vieilles affiches de courses de moto-cross à Mons la Trivalle en 1955

A Mons la Trivalle le coureur de l’affiche pilote dans les virages avec le plus pur style gendarmerie.

 

Dans les années 60 fini la Champigneulles, la reine des bières est déchue … on se met au Pastis 51.

Ce qui en ces terres de viticulture semble proche du sacrilège!!!

Et c’est le Pastis qui a la vedette de l’affiche avec son nom plus grand que tout les autres !

L’erre du business et de la pub arrive.

Vieilles affiches de courses de moto-cross à Nissan les Ensérunes      Vieilles affiches de courses de moto-cross

Parmi les noms des pilotes on retrouve l’ami Campet dont je parle dans ce blog en Mars 2010 et à la page :

Lucien Campet et ses motos de cross

Le truculent Bernabeu Pascual de Perpignan était présenté comme un pilote Espagnol.

Delmas pilote Carcassonnais qui fut champion de l’Aude était aussi présent.

Tandis que la grande vedette l’International Jean Cros, le bien nommé, avait les honneurs de l’affiche du moto-cross de Nissan.

Vieilles affiches de courses de moto-cross à Nissan les Ensérunes

Vous souvenez vous des jus de raisin Uvol qui étaient distribués au goûter dans les Ecoles, dans les années cinquante? C’était plutôt dégueulasse, mais en ce temps là on était pas exigent.

Sur beaucoup de ces affiches, les motos et coureurs semblent tout droits sortis d’une bande dessinée avec parfois une allure de motard de la gendarmerie, comme celui de l’affiche de Nissan qui porte le N° 7 et dont la moto ressemble à une Matchless.

Vieilles affiches de courses de moto-cross        Vieilles affiches de courses de moto-cross   

 

J’aime ces vielles affiches des années 50/60 qui semblent bien rustiques de nos jours.

Imprimées simplement en deux ou trois couleurs basiques sur un papier pas cher et de mauvaise qualité, beaucoup ont disparues et n’ont été conservées que par quelques amoureux du moto-cross comme Gérard Alvaro lui-même ancien coureur dont on peut lire le nom sur certaines affiches.

On ne les trouvait pas belle à l’époque et il ne venait pas à l’idée qu’elles pourraient un jour devenir des objets de collection. Pas grand monde les récupérait lorsque la course était finie et pourtant les organisateurs en collaient partout.

Le temps est passé et tout à changé…

Vieilles affiches de courses de moto-cross à St Jean de Libron 1953  circuit moto cross de St Jean de Libron Languedoc

Timbré de moto

 

Timbré de moto

Dessins de Ptiluc, Nikolaz, Coyote, Denis Sire, et Frank Margerin.

Au début des années 2000, les Postes Françaises ont eu deux bonnes idées :

Editer une série de 10 timbres consacrés aux motos qui ont marqué le sport motocycliste

et demander à des dessinateurs de Bd, bien connus, de les dessiner.

Cela donne une planche bien sympathique que l’on peut encore trouver chez les marchands de timbres.

timbres de moto


On y retrouve les dessins de Ptiluc, Nikolaz, Coyote, Denis Sire, Frank Margerin; chacun dessinant deux machines emblématique datant de ce qu’il faut bien appeler le siècle dernier.

Voir ces timbres agrandis plus d’une dizaine de fois permet de mieux apprécier le dessin et les détails. On peut même en découvrir qui ne se voient pas à la taille normale.

Timbre dessiné par Coyote de la Voxan 1000

Honneur à Coyote qui nous propose une 1000 Voxan cequi prend hélas aujourd’hui une dimension historique.

Mais que je regrette de ne pas avoir eu, alors les sous, pour m’en acheter une ! Maintenant c’est trop tard.

La production est stoppé, l’usine est fermée. Honte à tous ceux qui n’en ont pas acheté une, tant qu’il était encore temps.

Timbre dessiné par Coyote : Harley Davidson

Coyote dessine également une Harley comme pour souligner la lutte du pot de terre contre le pot de fer. La lutte des petits constructeurs européens contre les gros fabricants, américains en l’occurrence… 

 

Timbre dessiné par Ptiluc : BMW 90 S

Ptiluc nous propose une grosse BM bien costaude. Et c’est probablement celle avec laquelle il doit revenir d’Afrique…

Ptiluc a beaucoup roulé car le pneu arrière est bien lisse !

Timbre dessiné par Ptiluc : 750 Honda

Mais comme Ptiluc est facétieux, il représente une Honda 750 au phare représentant un visage asiatique aux yeux bridés et au large sourire. On reconnaît là tout l’humour du Roi des Rats. Bien entendu, sur le timbre à son format… de timbre poste, ce détail est presque invisible.

Remarquez que sur cette bécane Ptiluc roule probablement avec des slick !

Timbre dessiné par Nikolaz : Ducati 916    Timbre dessiné par Nikolaz : Terrot 500 RGST

Nikolaz, plus sérieux, nous offre un portrait de la rouge Ducati 916.

Mais il n’oublie pas la moto française avec une toute noire 500 Terrot Rgst.

Timbre dessiné par Denis sire : Norton Commando

Je vous ferai remarquer au passage que sur la Norton de Sire, le pneu arrière n’est pas aussi lisse que celui de la Honda de Ptiluc !

Oui, en 50 ans, la moto a bien évolué ! De la Majestic à la Ducati en passant par la Commando…

 Timbre dessiné par Denis Sire : Norton Commando

Mais qu’elle était étrange cette Majestic, fidèlement représentée par Denis Sire.

Quoique avec la ligne des gros scooters actuels on n’en est finalement pas aussi loin qu’on pourrait le croire.

Timbre dessiné par Frank Margerin : 500 Yamaha XT

Frank Margerin dessine deux autres grands classiques : Une 500 XT et une Bonneville des bonnes années.

C’est amusant de voir que sur le timbre de la Triumph le vieux mur, avec son côté banlieue décrépie qui constitue le fond du décor, semble lui aussi tout droit sorti d’une des Bd de Margerin.

Timbre dessiné par Frank Margerin : Triumph Bonneville 

 

Oui ! Les mauvaises langues ont raison en disant que tout cela c’est pour vous faire patienter un peu.

Oui ! Oui, je l’avoue et c’est vrai, pendant ce temps ma Ténor n’avance pas. J’espère qu’elle ne c’est pas mise à rouiller, de nouveau . Mais je vais vous en donner des nouvelles prochainement…

Timbré du Tourist Trophy

Timbré du Tourist Trophy

Par Charles Camberoque

Toute reproduction des photos de ce blog est interdite sans l’accord de C Camberoque. 

Mon beau-père (celui qui a dépassé les 87 ans et qui se moque de moi, parce que je n’arrive pas à balancer et pencher autant que Valentino Rossi dans les tournants !) est un philatéliste.

Récemment il m’a offert, pour me consoler de mon piètre pilotage, une série de timbres émis par les postes de l’Isle of Man. Et je dois dire que ce cadeau m’a beaucoup plu. Il me fait bien rêver lorsque j’examine de près ces espèces de  petits tableaux. Pour vous j’ai photographié ces timbres en gros plan et j’ai isolé des détails comme les machines ou les portraits de pilotes. Ainsi c’est plus agréable à regarder qu’avec une loupe.

Sur l’île de Man, à l’occasion d’anniversaires des courses du Tourist Trophy, on publie régulièrement des séries de timbres consacrées à cet événement et vous pourrez certainement en trouver encore bien d’autres.

Devant toutes ces images et évocations, cette course mythique m’a une fois de plus transporté en songe sur cette petite île, dans les odeurs d’huile, de pneus chauffés par l’asphalte et dans les bruits de mégaphone déchaînés.

Cela me rappelle mon adolescence et mon vieil ami Jean-Paul, qui ayant été un type toujours moderne avait un tourne-disque Teppaz sur lequel nous nous passions sans cesse un disque d’enregistrements du TT. À cette époque, nous avions les bruits et rumeurs mais pas beaucoup de photographies, hormis Moto Revue et Champion !

Voilà donc de bien belles images, petites mais pleines de détails passionnants. 

Timbres de l'île de Man

Sur une planche qui regroupe 5 timbres, on peut très bien voir le plan du circuit et de l’île de Man ainsi que les machines tout aussi mythiques qui ont fait la réputation des courses sur ce parcours.

 charlie collier 1907 île de Man  Freddie Dixon 1912 île de Man

Si l’on examine les timbres en détail, on s’aperçoit qu’ils fourmillent d’informations bien intéressantes dont une représentation de l’Île de Man qui vient en arrière plan des images des motos et des coureurs. Ces timbres sont probablement peints à la gouache, d’après des photographies.

Les routes de l’île qu’emprunte le circuit sont bordées de clôtures et petites murettes, bien dangereuses pour les pilotes. Le paysage apparaît avec les passages dans la montagne rapides et tout aussi dangereux que les rues des villages traversés dans les zones plus urbaines.

 Jimmie Simson 1922 île de Man  Mike Hailwwod 1958 île de Man

Les machines virent au ras des cottages et des maisons. Elles se faufilent sur ce circuit qui passe également devant des pubs, les bistrots de là-bas. Ce qui me fait penser que le Café racer doit être bien né dans ces contrées et probablement sur cette île, inspiré par les machines de cette course semi citadine.

Freddie Firth TT 1937  Leslie Randles TT 1923

 L’engouement des habitants de l’île pour la moto a dû, de tout temps, être très fort pour qu’ils acceptent de supporter le passage de ces bolides dans leurs rues et presque dans leurs jardins ! Et en effet ils avaient bien compris que les courses feraient connaître leur  île dans l’Europe entière et attireraient durablement des touristes chez eux.

Norton

Quand en France dans les années 70, les rares motards que nous étions supportaient péniblement d’être traités de blousons noirs, l’île de Man nous apparaissait comme le paradis de la moto.

 Norton Manx Jubilée

Sur ces timbres, beaucoup de machines Anglaises apparaissent, des Norton Manx, bien entendu, mais aussi des Douglas, Matchless, Ariel… et également une machine plus rare, un Rex-Acme de 1925. Les motos européennes, Bmw, Gilera, MV Augusta, Moto Guzzi, Aermacchi… Puis quelques incontournables Honda et Yamaha.

Side BMW TT  Mike Hailwwod 125 Honda  TT 1961

Stanley Woods TT 1935   Jock Taylor Side Yamaha TT

La 500 BMW de 1939  avec compresseur :

BMW 500 TT 1939

Suit la  350 Norton Manx Kneeler de 1953.

Entièrement carénée elle ne manquait pas de gueule.

Manx TT1953 

La 500 MV Agusta de 1956 a également un look comme j’aime avec ses 4 cylindres et cet extraordinaire moteur.

Sur les machines de cette époque,  j’adore les dosserets de selle tout ronds

MV Augusta TT 1956 

La mythique Moto Guzzi V 8 de 1957 contraste avec la MV précédente, qui est pourtant plus ancienne. La Guzzi a, bien sûr, un moteur exceptionnel de 8 cylindres, mais le reste de la partie cycle garde un look vieillot et la machine représentée sur ce timbre ne semble pas aussi moderne que la MV.

Moto Guzzi V 8 TT 1957  

Ahhh ! La Honda 250, 6 cylindres de 1967 ! Là, on est dans une complexité mécanique tout aussi fabuleuse. Et même si cet engin était imparfait, aux mains de Mike Hailwood elle nous a ravi dans des concerts joués avec fougue et trémolos.

250 Honda 6 TT 1967 

Mais si cette collection de timbres rend hommage aux machines, les pilotes sont aussi célébrés. Comme Charlie Collier, le vainqueur de la première course en 1907 puis en 1914 sur un mono cylindre. En ce temps-là, une casquette à l’envers comme les rappeurs de maintenant et des lunettes suffisaient pour tout équipement des pilotes.

La Matchless des frères Collier était équipée de pédales qui apportaient un surcroît de puissance auxiliaire non négligeable et qui aidèrent Charlie dans sa victoire car les Triumph n’en possédaient pas.

Sur le timbre suivant, on peut voir et imaginer les passages des motos sur le circuit qui courraient au travers de la montagne de l’île de Man. Des murettes de belles pierres protégeaient les pilotes du précipice !  Au début du XX eme  siècle, les conditions de sécurité étaient tout ce qu’il y de plus sommaire d’autant plus que cette route n’était pas très large, en terre et parfois recouverte de graviers ou d’herbes, ce qui ne manquait pas d’y attirer les moutons devant lesquels on risquait de ce retrouver au détour d’un virage.

charlie collier 1907 île de Man  charlie collier 1907 île de Man

Freddie Dixon gagnera en  1912 puis en 1928, en Junior et dans la catégorie side-car avec pour passager Walter Perry dans ce qui restera la première course des sides.

Sur le dessin du timbre, on peut voir  Freddie incliner sa machine en tournant devant un  cottage, bien belle maison qu’on peut encore admirer sur l’île. Freddie, assis très en avant, balance la moto d’un côté tout en inclinant son corps de l’autre. Une vieille technique ci peu semblable au pilotage actuel ! Il est à noter que le casque était apparu sur les têtes des pilotes de cette époque. La plaque des numéros est bien plus visible qu’au début du siècle, preuve que de nombreux coureurs participaient à la course devant un public de plus en plus important.

Freddie Dixon 1912 île de Man  Freddie Dixon 1912 île de Man

Depuis 1912 les constructeurs ont ouvert dans leurs usines des ateliers courses qui travaillent à l’amélioration des motos pour les compétitions.

Jimmie Simpson est un héro de la 1ere guerre ou il s’illustra par ses exploits comme pilote d’avions. En 1922, puis en 1934, Jimmie Simpson gagne les courses et il est le premier pilote à battre des records du tour, successivement à 60,70, et 80 mph.

Jimmie Simson 1922 île de Man  Jimmie Simson 1922 île de Man

Jimmie Simpson court sur une Norton et son style a changé depuis celui de Freddie Dixon. Jimmie s’incline avec la moto, tout en étant assis plus à l’arrière de la bécane. Sur ce timbre, on le voit passer devant une autre petite maison dans la campagne de l’île de Man. Vu la moto il faut supposer que le dessinateur a voulu le représenter sur une machine postérieure aux années 30.

Tandis que sur le timbre suivant, Leslie Randles,  dans des couleurs d’automne et une belle lumière de fin de journée, semble avoir le trophée sur sa trajectoire. Toujours au ras des murettes, il pilote une machine en 1923 à la première place du Manx Grand Prix.

Leslie Randles TT 1923 

La même année, 1923, Tom Sheard gagne le Senior TT sur une Douglas.

Il a une bonne tête bien sympathique et il me semble reconnaître un casque Cromwel.

À cette période, les essais se faisaient à 5 heures du matin pour ne pas trop gêner la circulation des insulaires.

Tom Sheard  TT 1923  Tom Sheard  TT 1923

Wal Handley, sur une moto peu connue de nos jours : une REX-ACME, gagne en 1925 la course des Juniors TT grâce aussi au moteur Blackburne qui équipait cette machine.

Cependant, les freins n’étaient pas suffisamment efficaces et les pilotes freinaient souvent avec leurs pieds !

Wal Handley  TT 1925  Wal Handley  TT 1925

Stanley Woods sur une Moto Guzzi gagne en Senior la course de 1935, après une série de grandes victoires sur Norton, et avant quelques courses sur Husqvarna, puis Vélocette, sa moto favorite.

On peut voir Stanley qui est devenu un vif vieillard, commenter ses courses à l’Île de Man dans le CD  indispensable: Courses de Légendes Tourist Trophy.

Stanley Woods TT 1935  Stanley Woods TT 1935

Freddie  Frith gagne sur  Norton le Senior de 1937. Depuis 1914 le port du casque est obligatoire et le Cromwell est le casque des coureurs. Ces derniers portent enfin une combinaison de cuir.

Freddie Frith restera le coureur qui aura gagné avant et après la deuxième guerre mondiale.

Freddie Firth TT 1937  Freddie Frith TT 1937

Geoff Duke gagne en 1955 sur une Gilera. Il sera un des grands pilotes d’après guerre. Les motos anglaises perdent leur monopole sur l’île de Man au profit des Italiennes avant l’arrivée massive des Japonaises.

Geoff Duke TT 1955   Geoff Duke TT 1955

The Duke (comme on l’appelait) sera un grand champion et deux timbres seront publiés à son image. Son pilotage était de grande beauté, il était considéré comme « Le styliste suprême ». Et il remporta 3 championnats mondiaux sur Norton et 3 sur Giléra.

Geoff Duke TT 1955 

Dans sa jeunesse  Geoff Duke avait travaillé dans le Corps Royal des Transmissions, la poste et télécommunications, ou il a débuté à moto dans l’équipe du Signal Corps Moto. La poste n’a donc pas oublié qu’il avait travaillé pour elle et a publié ce timbre où l’on peut le voir dans son uniforme de facteur, en train de sauter joyeusement. C’est certain: Le courrier arrivait rapidement en ce temps là!!!

Geoff Duke TT 1955 

Les Norton Manx avaient leur propre Grand Prix. Alan Holmes fut un double vainqueur. Sur le timbre suivant on le voit courant contre lui-même.

Norton Manx Jubilée 1957

 

Plus tard, Peter Williams et sa splendide Norton John Player qui est probablement une des dernière évolution de cette moto, a gagné en 1973 la course des internationaux sur sa 750. Malheureusement ce timbre ne la reproduit pas bien et ce dessin est franchement médiocre par rapport à la ligne de cette machine.

Peter Williams Norton John Player  TT 1973  Peter Williams Norton John Player  TT 1973

 Peter Williams Norton John Player  TT 1973

Mais il ne faut pas oublier les courses de side car. On peut en trouver quelques timbres comme celui qui représente le vainqueur en 500 sur BMW pour l’année 1961. Plus tard sera publié le timbre ou l’on voit Jock Taylor qui remportera les courses de 1978 (sous la pluie), puis de 1980 et 1981. Pour l’édition de ce timbre, on n’a pas oublié d’inscrire aussi le nom du singe : Benga Johansson

Side BMW TT  Side BMW TT

Jock Taylor Side Yamaha TT  Jock Taylor Side Yamaha TT

Publié plus tard un autre timbre rend hommage à deux coureurs de side qui gagnèrent aux ISDT de 1933 sur une Ariel Square Four. Le quatre cylindre anglais d’avant les Japonaises qui fut décliné au fil de son évolution de 500cc à 1000cc. Graham Oates et Bill Marshall sont représentés sur leur machine et la série de timbres publiés lors de cette édition est particulièrement bien dessinée avec l’inscription de l’année 33 qui contribue à donner une impression de vitesse en ce fondant dans l’image.

Graham Oates et Bill Marshall  

Richard Swallow vainqueur de la Junior Classic en 1987 et 1991 sur un mono 350 Aermacchi.

Richard Swallow TT, Junior Classic en 1987 et 1991 sur un mono 350 Aermacchi. 

Denis Parkinson a gagné le Manx Grand Prix en senior en 1953

Denis Parkinson TT Manx Grand Prix Senior 1953  

Steve Colley avait depuis 1991 été élu personnalité sportive de l’île de Man, lorsque sur sa Beta il a gagné en 1992 les Six jours d’Ecosse de Trial. Cela suffisait pour éditer un timbre même si pour une fois c’est à la gloire d’un trialiste. Oui, mais un trialiste de l’île de Man.

Steve Colley  

Mais je garde le meilleur pour la fin, comme pour Geoff Duke, Mike Hailwood est représenté sur deux timbres. Sur l’un, on voit un tout jeune homme tandis que sur l’autre, il a perdu ses cheveux et apparaît plus âgé.

Mike Hailwwod TT  île de Man  Mike Hailwwod TT  île de Man

Mike dessiné sur ce qui me semble être sa Norton Manx, une de ses premières montures de 1958.

Mike Hailwwod 1958  TT île de Man

Un peu plus tard le voilà sur l’extraordinaire 125 Honda 5 cylindres pour une  belle victoire en 1961.

 Mike Hailwwod TT  île de Man

Pour écouter le moteur de cette Honda, il faut aller sur Youtube :

http://www.youtube.com/watch?v=qMVNAYqnRT0

 Il faut rappeler que Mike Hailwood a fait un retour sur le TT après plus de 10 ans d’absence en course moto. A la surprise générale et pour la plus grand joie de tous ces fidèles admirateurs, il revient en 1978 et gagne alors sa course en Formule Un, sur une 750 Ducati !

L’année d’après, en 1979 il revient encore sur l’île et gagnera en Senior  sa 14 ème victoire au TT, en étant en tête pendant toute la course. Prouvant, comme s’il en était encore besoin, que le mythe était toujours vivant et le pilote toujours aussi génial.

250 honda six 1967

Comme dans l’accident de Coluche, un camion lui a coupé la route  un soir de mars 1981 !

Mike Hailwood trouvera la mort en voiture, dans la banlieue de Birmingham, en amenant ses enfants en ville.

En 1976, quelques années avant, j’avais rencontréHailwood sur le circuit Paul Ricard où il présidait le Jury de l’Ecole de pilotage Tony Smith.

Et je continue mon blog… Depuis 2 ans, déjà!

Et je continue mon blog…

…depuis 2 ans, déjà !

Par Charles Camberoque

En Mars 2010, voici maintenant 2 ans que j’ai commencé ce blog en mettant en ligne un article différent tous les 10/15 jours.

Au total près de 70  articles constituent un nombre important de pages d’écran.

A chaque connexion les internautes amateurs de moto… et les autres, lisent en moyenne deux à trois articles. Ce qui représente un total 100 000 lectures d’articles en ligne pour un nombre de connexion de plus de 43 000 lecteurs, depuis la mise en ligne de ce blog.

En ce moment, il y a plus d’un millier de connexions par semaine, soit plus de 100 par jour.

Régulièrement depuis plusieurs mois des lecteurs étrangers ont demandé des traductions.

Les traductions de Google sont assez fantaisiste, ( je l’ai vérifié avec le Castillan que je connais et l’Anglais) et je me demande bien ce que ce doit donner en Arabe ou en Chinois… mais enfin c’est plutôt joli sur le plan graphique…

traduction blog de camberoque Traduction du blog en Arabe

Ainsi vous pouvez retrouver ce blog traduit en Arabe, en Hollandais, en Anglais … et en Chinois !

traduction blog de camberoque Traduction du blog en Chinois

Et je dois dire qu’en Chinois ou Arabe ce blog est bien plus beau !

traduction blog de camberoque   Traduction du blog en Chinois

Malheureusement les traducteurs automatiques de Google traduisent de façon assez approximative… mais enfin cela me fait toujours plaisir de savoir que mes lecteurs sont quasiment de partout. Le village planétaire est bien là!

La vie de la Moto  La Vie de la Moto  Août  2008

Et puis il y a les revues et magasines qui me soutiennent par de petits articles et qui recommandent à leurs lecteurs de mettre ce blog dans les favoris. Michel Leurette de La Vie de la Moto en a parlé deux reprises, en passant même une photo à chaque fois. 

Dans Moto Légende  Pierre Bontemps a également apprécié mon blog, dans sa rubrique, Quoi de neuf sur le Net.

Moto Légende  Moto Légende Décembre 2009

Une revue Italienne, « Riders » a reproduit des images de ma collection et qui sont sur le blog, dans un article sur le Bol d’Or…

Riders   riders2.gif

… et le magasine Anglais, Classic Bike, s’y est aussi intéressé!

laviedelamoto.gif  La vie de la Moto  Avril 2008

Je ne compte plus les autres blog et divers sites qui mettent un lien chez eux, pour diriger vers moi leurs lecteurs.

Merci à tous ceux qui parlent de mon blog de me faire parvenir un lien

pour que je puisse l’installer ici même, sur cette page.

Je remercie chaleureusement tout le monde et en particulier Jean Paul qui m’envoie de temps en temps un article.

Tout cela est bien encourageant pour moi. 

Sommaire des précédents articles:

Sur ce blog les articles s’accumulent dans un ordre inversé à la logique des livres. Le début est à la fin, les pages qui s’ouvrent  à la connexion sont toujours les dernières.

Mars 2008 

* Ma Ténor retrouvée                       

*Le terrotiste Motomaticien Mathécycliste

Avril 2008

* GP des Boulevards                       

*1968 Terrotistes dans l’Aude

*Puchistes et Terrotistes                

*La modernité des dernières Terrot (I)           

*30 ans plus tard ma Ténor           

*La vie de la Moto

* L’achat de la Tenace, premiers travaux

Mai 2008

*Y’en a un qui suit !                                   

*Rencontres sur le Web

*Nogaro en Metralla                       

*Le grand démontage a commencé

*La modernité des dernières Terrot (II)

Juin 2008

*Sur la Minervoise                                   

*La modernité des dernières Terrots (III)

*La bourse moto de Frontignan           

*A poil !

Juillet 2008

* La modernité des dernières Terrots (IV)  

*L’école de pilotage Tony Smith              

* Ah les vacances…

Août 2008

*Démontage des amortos de la Terrot Ténor           

*Des nouvelles de ce blog

Septembre 2008

*Bol d’Or 1969 Hommage à Jacques Potherat et Michel Rougerie

* La bourse de Caveyrac

Octobre 2008

*La fourche de la Terrot Ténor           

*La bourse de Sommières 2008

*Très triste histoire d’un motard compagnon de route

Novembre 2008

*Le sablage                                               

*Une histoire de casques           

Janvier 2009

* Quand on roulait à moto sur la neige                       

* Dans l’Aude : la bourse de Bram           

* Mickie au travail dans son antre                       

* Voilà voilà tes carters moteurs           

Février 2009

* Moteur : Retour du microbillage et polissage

* Remontage du bas moteur de la Terrot

Mars 2009
 

* Les Grand Prix moto de Carcassonne I                        

* Les Grand Prix moto de Carcassonne II

*Les motos de Cuba                                                             

* Le Moto Journal 200

Avril 2009

* L’oncle d’Amérique découvre la moto                          

*   Aidez l’ami Jeannot

* Déjà des courses il y a 100 ans et mon blog :1 an déjà!  

*  La bourse de Prades le Lez 2009

Mai 2009

*  La 250 Rovena                                                     

* Généalogie de la Ténor en images

Juin 2009

* Moto cross à Laure Minervois                            

* La super Ténor de Daniel

* 3 ème Tour du Languedoc-Roussillon  moto           

Juillet 2009

* Deux livres pour l’été   

Août 2009

* La Ténor un bon souvenir de Michel            

Septembre 2009

*  La côte de Veaux

* La 186 Terrot-Philippon Rallye

Octobre 2009

* Des nouvelles de Mickie et ma Ténor

* Chute de Patrick Pons au GP de France Mai 1977

Novembre 2009

*Des nouvelles de Jean-Louis

*En voiture pour les Cévennes

*L’école de pilotage Tony Smith II

Décembre 2009

* Avis aux amateurs des dernières Terrots

* La Terrot Philippon II

* Sauvons le terrain de moto-cross de Munster

Janvier 2010

* Rencontre avec Josette et Gérard Alvaro
* Coupe Kawasaki  1977

* Quelques images de la bourse de Bram 2010.

Février 2010

 

* Une belle journée cévenole

* La moto au Maroc: c’est Melhaoui !

Mars 2010

* Benelli 250 2C : le Père Noël est passé !

* Lucien Campet et ses motos de cross

* Et je continue mon blog… Depuis 2 ans, déjà!

La Vie de La Moto

Dernière minute : Michel Leurette

dans « La vie de La Moto » N° 519 de cette semaine,

conseille les lecteurs de sa rubrique « Sur le Web », à venir sur ce blog.

Leurette écrit: « C’est sympa, intéressant et bien écrit. A Ranger dans vos favorits »

Ca c’est vraiment sympa oui ! Merci Monsieur Leurette !

Cela m’encourage à continuer mon histoire…

Et en plus il a publié une photo de 1970 ou je suis sur ma 500 Kawa. Bon… mon beau père qui a 85 ans, trouve que mon genou ne touche pas par terre « comme les vrais pilotes de maintenant », mais moi je suis vachement content.

Et décidément aujourd’hui c’est jour de fête : Merci aux 500 premiers internautes qui sont déjà venus lire ma prose et regarder mes photos !

La Vie de la Moto

 

cool mec |
LE BLOG DU PROFESSIONNEL |
mathieu62730 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | marwanblog
| jcsflnc
| "LES MACAGNONS"