Moto de courses et télévision

Moto de courses et télévision

 

Par C Camberoque     Photos DR 

 

Habitués et un peu blasés que nous sommes à voir toutes sortes d’images à la télévision, nous en viendrions à oublier que certaines retransmissions représentent à elles seules de véritables performances.

Lorsque nous regardons un grand prix, certes ce sont les pilotes et les motos qui en sont les héros, mais les équipes de télévision qui diffusent en direct ces images établissent elles aussi un extraordinaire exploit.

 tt-L1050726 

Eurosport TT 2016

En effet, si la Dorma est bien connue pour organiser les championnats du monde.

Elle est moins connue pour sa filiale l’entreprise Dorma Sport TV Production qui filme et diffuse l’intégralité de la saison des Grands Prix .

En quelques années, la qualité, la précision, la régularité et la réalisation sans faille de ses reportages est devenue éblouissante.

Elle a atteint une admirable perfection.

De plus, la Dorma nous offre depuis peu des images en direct depuis les motos en piste, ce qui est un apport incroyable au spectacle de ces courses.

 camera-sur-motode-gp- 

Moto 3, 2016

Tout avait commencé timidement en Juin 1985 notamment sur le circuit d’Assen en Hollande.

La tentative était plutôt expérimentale.

On avait installé une caméra de TV sur le carénage, à l’avant d’une moto de course.

Il parut judicieux de l’installer sur la moto de Randy Mamola, le pilote qui était en ce temps là, l’éternel second.

 tt-L1050727

Eurosport TT 2016

Randy Mamola eut droit à  une trop grosse caméra embarquée  sur l’avant de sa Honda.

 Et à l’arrière une antenne en forme de coupole pour la transmission des images.

Ainsi on pourrait filmer celui qui en le devançant serait en tête du grand prix ! 

On n’avait pas envisagé que le jour de la course il pleuvrait et que Mamola était redoutable sur le mouillé.

tt-L1050731

Eurosport TT 2016

Randy fit toute la course en tête pour sa seule et unique victoire de cette année.

Résultat à l’image : On vit essentiellement des prises de vue représentant le circuit plutôt vide, puisque Mamola était le premier

et des gouttes de pluie qui s’écrasaient sur l’objectif de la caméra.

Sous ces intempéries le dispositif tomba en panne au bout d’un petit moment après le départ.

Bref, bien peu de choses pour les téléspectateurs qui ne doivent pas être nombreux à se souvenir de ce jour historique pour la télévision.

 Heureusement que les techniciens et réalisateurs ne se découragèrent pas.

Ils continuèrent leurs recherches pour améliorer ce procédé qui allait constituer une révolution qualitative dans la représentation des courses en emmenant le téléspectateur comme « passager » sur les motos des champions.

 

bol-d-Or-77-le-mans-jf-balde-film-pour-1ere-chaine-

Bol d’Or 1977

Souvenez vous : la préhistoire de la TV  !

8 ans avant Randy Mamola, en 1977, Patrick Barrabès se souvient d’une équipe qui devait travailler alors pour Antenne 2.

Patrick raconte :

« J’ai pris cette photo de Kork Ballington pendant les essais du Bol 77.

Il préparait avec les techniciens de la 2 ème chaine de télévision  un tour du circuit Bugatti filmé.

La caméra est une Beaulieu 16mm. 

Nous sommes en pleine préhistoire par rapport au matos utilisé aujourd’hui ! »

 tt-L1050729 

Eurosport TT 2016

Ainsi les Grands Prix Motocyclistes sont devenu un spectacle télévisuel qui est probablement l’un des plus palpitants de tout ce qu’on peut voir sur notre étrange lucarne.

On peut d’ailleurs dire qu’on voit mieux les courses de moto à la TV qu’en étant sur le bord des circuits.

Une sacrée ambiance en moins tout de même.

La télévision grâce à son merveilleux don d’ubiquité nous amène à participer aux courses depuis la ligne de départ en passant par la piste, par les drones et les hélicoptères, par les stands et même maintenant depuis les motos, tout à côté des pilotes.

 Camera giroscopyque GP Valence 2016

GP de Valence 2016

L’un des derniers dispositifs sidérants est cette caméra gyroscopique installée sur le dosseret de selle de certaines machines.

Dans toutes les positions de la moto elle maintient totalement horizontal le paysage de la piste, ce qui bien entendu souligne l’inclinaison ahurissante des motos en courbe et évoque parfaitement ce que le pilote voit du moins à l’avant…

 

Dareware-labs-SteadyRide_-motogp-gyro-camera-post

Depuis 2010 la caméra gyroscopique  a équipé tout d’abord la moto de Rossi, puis plusieurs autres machines de champions moins titrés.

Dareware-labs-motogp-gyro-camera-design 

 

Actuellement la camera gyroscopique est arrivée à un point important de miniaturisation.

Son poids et sa taille comme on peut voir sur la photo suivante ont été considérablement réduits.

onboards-foto-comparativa_0.big 

La branche Dorma Sport détient quasiment tous les droits de diffusion des images des Grand Prix.

Ce qui veut dire de grosses entrées d’argent, donc des moyens importants pour  développer l’ensemble des équipements nécessaires pour ces retransmissions depuis toutes les caméras, en passant par l’énorme dispositif électronique qui permet de relayer, centraliser, enregistrer et diffuser ces reportages.

Pour cela plusieurs sociétés sont les fournisseurs technologiques des équipements de la Dorma.

Mais c’est le partenariat espagnol Dorna/UAV Navigation qui a vraiment accompli un travail fantastique en concevant ce chef d’œuvre de technologie qui permet cette incomparable façon de filmer les courses de moto.

 

L1050717

 GP de Valence 2016

D’autre part, les dispositifs  qui filment la course depuis les motos sont eux-mêmes commandables à distance.

Depuis la régie on cadre, on zoome, on fait pivoter grâce à des servo-moteurs minuscules les caméras pour suivre, par exemple, une moto qui double.

Souvenez-vous de ces images étonnantes où, pendant le Grand Prix de Valence, on a vu Andrea Iannonne arriver de l’arrière sur Valentino Rossi pour le doubler tandis que la caméra pivotait pour suivre Iannonne dans sa manœuvre.

 

montee-historique-fontiers-cabardes 

 

4 à 5 caméras sont installées sur chaque moto !

A l’arrière, la caméra gyroscopique sur le dosseret.

Une deuxième caméra toujours à l’arrière est fixée à un niveau bas, d’où l’on voit en amorce la roue et, en arrière plan, la piste et les pilotes qui suivent.

Troisième caméra à l’avant sur le carénage pour voir les pilotes qui précèdent et également une quatrième sur le guidon pour avoir les mains, la tête et le corps du pilote en pleine action.

Parfois une cinquième caméra est installée au niveau des pieds du pilote pour filmer le passage des vitesses essentiellement et l’asphalte qui défile.

dorma-tv 

 

En plus des images et du son

Au cœur de ces créations de haute technologie, des puces électroniques fournissent des données, indiquant en temps réel où se trouve la moto sur le circuit, sa vitesse, ainsi que son angle d’ inclinaison.

D’autre données sont incrustées depuis la régie.

Sur les motos un réseau de câbles amènent les images et les données collectées depuis les caméras et  les micros vers une unité digitale centrale, puis vers un ordinateur.

Le tout est transmis par l’intermédiaire d’antennes situées à l’arrière.

Le poids de l’ensemble ne dépasse pas les 1,8 kg.

Chaque année, lorsque les usines se préparent pour la saison à venir, elles doivent intégrer au design et à la construction des motos tout ce matériel médiatique et ces impératifs en matière d’enregistrement et de transmission en direct des images.

 on-board-

35 tonnes d’équipement !

Mais ce n’est pas tout, car pour filmer depuis le bord de la piste en même temps que depuis les motos de course, il faut installer 35 tonnes d’équipement qui sont transportées de circuit en circuit.

sergi-sendra-dorna

Sergi Sendra, Directeur de Dorma Sports TV Production

Sergi Sendra, Directeur de Dorma Sports TV Production, précise que pour filmer un GP il faut installer tout le matériel dès le lundi pour réaliser tous les réglages nécessaires au fil de la semaine. Sachant que suivant la météo ils peuvent changer…

Dans tous les cas, des kilomètres de câbles sont déroulés tout autour des circuits, dont 26 km de fibre optique et 22 caméras dont des steadi-cam . Le tout étant réparti à chaque fois de façon différente en fonction des diverses combinaisons des pistes. 

La fibre optique qui remplace les câbles classiques, a l’avantage  de ne pas générer de perte du signal.

Dans un proche avenir d’autres bonds qualitatifs sont encore prévus.

regie-tv-dorma

Régie au GP de Catalogne.

 

Enregistrements d’images à haute vitesse

La dernière évolution concerne les enregistrements d’images à haute vitesse, soit de 1000 à 2500 images /seconde, permettant de capter des images que l’oeil humain ne peut pas voir dans la réalité.

C’est grâce à ces images que Ducati a pu comprendre la cause d’une légère instabilité des machines qui apparaissait suite à certaines vibrations du garde-boue avant qui ne se percevaient pas autrement.

a-a-a-a-a-a-a--win-glet-iannone-sur-le-dos-de-marquez 

Certains faits de course sont également révélés par la télévision.

Comme cet accrochage du spolier avant de la Ducati sur le dos de Marquez.

Pour le téléspectateur les longs ralentis des passages en courbe des motos sont fascinants de beauté et on ne s’en lasse pas.

Tout comme on ne se lasse pas de regarder les Grand Prix, nous laissant un curieux vide télévisuel lorsque la saison des courses s’achève et en attendant que le championnat recommence pour une nouvelle série de courses toutes aussi passionnantes les unes que les autres.

En conclusion, je citerai Francesc Bracero, journaliste à La Vanguardia, qui a écrit : «  Dans le monde de la moto GP, l’introduction de la télévision n’est plus ressentie comme un intrus gênant, comme cela se ressent dans d’autres compétitions, mais  comme un allié. La popularisation de ses retransmissions le démontre parfaitement »

Si l’exploit sportif est sur la piste avec les pilotes comme héros, une autre performance technologique est celle qu’accomplissent les techniciens de Dorma Sport TV Production pour notre plus grand plaisir.

 

 

 

Plus d’informations :

« Interview with Sergi Sendra, director of Dorma Sport TV Production »

https://motomatters.com/blog/2013/04/29/photographer_s_blog_interview_with_sergi.html

 

« Un plato a 350 km/h » Reportaje  Francesc Bracero

La Vanguardia, Domingo 4 diciembre 2016

 

Premières images filmées depuis une moto en GP 

https://www.youtube.com/watch?v=8wF1NohkTlc

Derniers commentaires

Articles récents

La 125 Garelli GP d’Eric Martin Lanza

La 125 Garelli GP d’Eric Martin Lanza

 

Je vous ai déjà parlé d’Eric Martin Lanza dans ce blog, voir :

La moto une histoire de famille

Eric dans les stands Bol d’Or 2015

 eric-martin-lanza-et-sa-garelli-oct-2016

Cette année Eric a réalisé un vieux rêve en acquérant une machine de grand prix.

C’est une 125 Garelli que l’usine a confié en 1990 aux mains d’Alan Scott. 

A son arrêt des compétitions, il reste le dernier pilote Américain de catégorie 125, à avoir fait des saisons complètes. Il faut attendre 2007 pour qu’un jeune pilote Américain le fasse à son tour en 125. 

eric-et-50cc--garelli

Eric, lui, débute la compétition en 1971 sur une Garelli 50 préparée. Il se souvient :

Déjà à l’époque Marc Balazuc, mon actuel préparateur avait réalisé un pot de détente pour ma Garelli.

Car nous appartenions au même moto club.

 

« Le rêve de jeunesse devenu réalité« .

J’ai toujours rêvé d’avoir une moto d’usine, que je n’ai jamais pu me payer, et si possible une Garelli.

45 ans après, avec beaucoup de persévérance, je l’ai fait.

arrivee-de-la-125-Garelli-chez-eric 

Le 21 mai 2016, par un beau samedi de printemps, dans la région Milanaise, nous chargions la Garelli dans mon fourgon.

 

Une marque bientôt centenaire !

Bien que moins connue que les grandes usines italiennes comme Ducati, Guzzi, Benelli …etc, la marque Garelli va être centenaire ! Adalberto Garelli, pilote de motos et ingénieur l’a créée en 1919, construisant alors un deux temps 500 cc équipé de deux pistons pour améliorer le rendement de l’échappement.

REGGIO-Dell-Emillia-2005

Photographié par Patrick Barrabès ci dessus, la Garelli à double pistons dans sa version 350, présente à la bourse de Régio d’Emillia il y a quelques années !

Etonnant non ?

Sur le circuit de Monza, Adalberto Garelli se montre déjà à la hauteur des meilleurs quatre temps de compétition comme Rudge, Norton, Douglas…

Le train est en marche, Garelli participera aux Compétitions jusqu’en 1926, pour reprendre de plus belle de 1982 à 1990.

Et deviendra parallèlement, la marque aux 170 Records du Monde ! Qui dit mieux !…

Pour réaliser tous ses succès l’usine a su s’entourer d’autres ingénieurs de renom : Emilio Locati de la firme Veglia-Borletti et Monsieur Marelli qui est l’ingénieur de la firme Magnetti-Marelli toujours célèbre actuellement pour équiper en composants électriques d’inombrables bolides et surtout les machines de compétition notamment les Ferrari.

 

Dans les années 1960/70 les pilotes anglais de 50cc affectionnaient particulièrement les Garelli.

Elles étaient mises au point par de prestigieux préparateurs dans leurs ateliers privés.

chris-goose-mondello-park-garelli-50 Chris Goose sur 50 cc 

Chris Goose était l’un des plus connus, on le voit ci dessus, sur un Garelli 50, prit en photo à Mondello Park, le célèbre circuit Irlandais de 3,5 km, prés de Dublin qui accueille actuellement le championnat d’Irlande Super Bike.

La famille Agrati, des industriels de la région de Milan,  déjà dans le monde du deux roues,  fusionne avec Garelli en 1961.
Les derniers dirigeants de l’ere Agrati Garelli sont les deux frères Danièle et Marco Agrati. 
Et plus particulièrement Danièle  patron du Racing Team qui impulsera Agrati-Garelli jusqu’à son plus haut niveau. 

Actuellement, à l’instar de Benelli avec Quinjang, des capitaux Chinois ont acheté la licence Garelli et produisent grâce au passé prestigieux de cette marque des scooters 50 et 125 de belle facture et fiables.

 

La domination des 125 Garelli.

Et pourtant au début des années 80 Garelli dominait les compétitions en 50 cc et 125, gagnant 6 titres de champion du monde de 1982 à 1987, en participant à 75 Grand Prix pour 44 victoires.

garelli-gp-1990-alan-scottgarelli-nue-

Angel Nieto est 3 fois champion du monde en 125, Fausto Gresini en 1985 et 1986. 

Le sympathique Fausto Gresini qui assure actuellement les destinées du Aprilia Racing Team en Championnat du Monde. 

Luca Cadalora en 1987.

Leurs coéquipiers sont Alberto Geva 1979 (phase experimentale). Emilio Locati 1981 (Compétition Client en Course de Côte). Eugénio Lazzarini Vice Champion du Monde 1982 et 1984. Bruno Casanova  Vice Champion du Monde 1987. Luis Miguel Reyes 1988 (7ème GP France P.RICARD). Emilio Cuppini Champion d’Europe 1989 et Domenico Brigaglia. Ezio Gianola. Paolo Casoli. Stefano Caracchi. .  

le-team-garelli-monza-1982

 Les quatre mécaniciens du team sont fiers de poser derrière leurs pilotes et leur ingénieur Jan Thiel.

 

Les Garelli  championnes du monde

Les Garelli suivent dans la lignée les Minarelli 125 qui furent championnes du monde en 1979 et 1981, pilotées par le célèbre Angel Nieto.

Au décés de Vittorio Minarelli en 1981, son fils, cède à Garelli tout le département course qui inclus l’ingénieur Jan Thiel, mais aussi son pilote de pointe, l’Espagnol Angel Nieto.

jan-thiel-et-angel-nieto-Jan Thiel et Angel Nieto

Jan Thiel cet Hollandais, spécialiste de renommée mondiale pour les deux temps de compétition qu’il a développés chez Jamathi, Bultaco, Piovaticci et Minarelli.

Avec lui, le Garelli Racing Team sera 6 fois Champion du Monde en 125cc mais contribuera aussi beaucoup aux succés du 50.
Beaucoup plus tard, il rejoindra son ancien pilote, Fausto GRESINI pour collaborer aux destinées du Team Aprilia jusqu’en 2008 où il prendra une retraite bien méritée.

La nouvelle Garelli fit sa première sortie au grand prix d’Argentine 1982, pilotée par Nieto qui remporta le championnat du monde 125 devant son coéquipier Eugenio Lazzarini.

Eugenio Lazzarini qui n’était pas que pilote avait conçu un cadre monocoque en alu qui équipait ses 50cc.

En 1982 le cadre treillis de la 125 fut remplacé par le monocoque de Lazzarini.

garelli-démontage-juin-2016 

Une 250 Garelli fut aussi construite,  elle participe au Championnat du Monde de 1985 à 1989.

Si Angel Nieto  avouait ne  pas être à l’aise avec ; Maurizio Vitali, pilote italien, effectue de bons résultats comme une 4ème place au GP de Suède et Vice Champion d’Italie. 

maurizio-vitali-sur-la-250-au-taquet-!-(3)Maurizio Vitali

Le sympathique Maurizio Vitali veille à présent aux destinées de son protégé, Valentino Rossi (rien que ça!) en matière  de casque AGV et de combinaison Dainese.

garelli-250cc-1989-casoli La 250 Garelli

La 250 Garelli cadre « telaio Moretti » 1989.

Jean-François Baldé avait couru sur une 250 Garelli, en essais qualificatifs comme en course.

 

La Garelli Grand Prix 125cc 1 cyl d’Eric, appelée « Garelli Alan Scott »

En 1988 : Changement de règlement : la FIM impose le monocylindre.

En 125 cc les Garelli passent au mono. La machine d’Eric est une de celles là.

125-gp-garelli-eric-martin-lanza

Eric raconte : Ma moto vient du Musée Morbidelli de Pesaro où elle a été donné par un jeune industriel Turinais, Gilberto Sandretto.

Garelli est objet de culte et de collection.

cpte-tour-garelli-125-gp

Elle porte le numéro de course 9.

On la voit nettement sur le célèbre ouvrage « Garelli 80 ans d’histoire » de Danièle Agrati et Roberto Patrignani (archi connus en Italie et d’ou sont extraites quelques images) où on la découvre à la page 102 entre une Minarelli et une 50 Garelli à l’instar de la numéro 33 à la page 151 mais identique à la mienne.

 garelli-plaque-identification

Ma Garelli porte le châssis 004, cette année là 5 exemplaires ont été fabriqués.

Un exemplaire a été détruit complètement dans un terrible accident. 

garelli-dernier-gp-le-mans- 

Ma moto porte toujours le timbre du contrôle technique du GP de France au Mans en 1990.

Pièce visible sur le réservoir et que nous avons conservé religieusement.

6dec-garelli-125-gp

L’imposant dosseret de selle et le carénage ont été étudiés dans la soufflerie de l’usine Fiat de Turin.

Lors des bourres mémorables pour la première place, souvent entre les deux pilotes officiels d’ailleurs, les Garelli étaient reconnaissables au premier coup d’oeil.

poly-garelli 

Cette machine même, a été pilotée en Championnat du Monde par l’Américain Alan Scott, pour la dernière fois en 1990.

Elle participe à 10 Grand Prix. Scott avait pour  coéquipier Domenico Brigaglia.

alan-scott-garelli-125-

L’usine Garelli victime d’actionnaires majoritaires mais étrangers au monde de la moto ferme en 1991.

 disque-garelli-125-gp-

Magnifique disque Zanzani de 260 mm, la célèbre fabrique italienne.

Le système anti-plongé est typique des Garelli d’usine

 

Alan Scott

 

Alan Scott pilote Américain court en 1987 sur une 125 cc EMC dans le Team Anglais Seven UP, puis en 1988 il pilote une 125 Honda et finit 12 ème aux Championnat du Monde.

10-11-2016-commandes- 

En 1989 il fera un bon classement en finissant 3 ème au Grand Prix d’Australie toujours sur Honda et derrière Alex Criville qui est premier.

Puis il fait la 9ème place en Autriche.

Cela lui offrira une 10 ème place au Championnat du Monde.  

garelli-commandes10-11-2016                                  

En 1990, chutes, abandon, non qualification… égrènent la pire des années de compétition de Garelli.

La meilleure place de l’année d’Alan Scott sera 15ème au GP Autriche à Salzburg.

Ces mauvais résultats sont en partie à mettre sur le compte de la nouvelle réglementation.

En effet, à partir de 1988, la FIM impose le monocylindre aux 125.

De là, à arrêter l’insolente victoire de Garelli, 6 fois Champion du Monde avec leur bicylindre, il n’y a qu’un pas. 

Volonté des lobbies Japonais pour promouvoir leurs motos qui accéderont ainsi à la suprématie ?…

Par manque de temps le modèle n’a pas pu être développé comme il aurait pu.

Jan Thiel nous disait qu’ils se sont présentés au premier grand prix de la saison sans avoir pu passer la moto au banc d’essais.

scott-alan-Alan Scott

En 1991  Alan Scott   participe au championnat du monde sur une Honda 250cc.

Puis en 1993 :    Alan  participe au championnat du monde sur une Harris/Yamaha 500cc

A partir de 1994 nous perdons sa trace…

Alan Scott est très peu médiatisé. On sait très peu de choses sur lui …

Jean François Baldé qui a lui même piloté la 250 au GP d’Angleterre en 89 se rappelle vaguement de lui.

 

 Caractéristiques de la Garelli Alan Scott :

Poids à vide : 78 kg. Réservoir : 15 L. Cadre monocoque en aluminium Y05-90. Fourche Forcella Italia. Bras antiplongée caractéristique.

Frein simple disque avant Brembo avec étrier à 4 pistons. Disque avant Zanzani 260 mm, arrière Zanzani 195 mm. Jantes Tecnomagnesio.

 moteur-et-suspension-

Amortisseur arrière White Power. 

Pneus Michelin AV 90/80-17  AR 100/80-17

Poignées Domino. Robinet Paioli

moteur-apres-sablage

Moteur monocylindre d’usine deux temps alimentée par distributeur rotatif. 

Carburateur Dell’orto Magnésium. Boite : 6 vitesses.

Bougie Champion  N-S502.   Boîtier Allumage : Ignitec. Radiateur S.T.C.

 garelli-aout-2016

Toute la boulonnerie est en magnésium et titane.

 

Marc Balazuc, dit « Marco » est le préparateur

Marc, un vrai Provençal qui a 70 ans d’expérience ! C’est un mécanicien de moto de compétition, comme il aime à le dire …  un vrai.

marc-juillet-2016  Marc Balazuc

Marco a participé à la mise au point sur le Circuit Paul Ricard de la moto du record de vitesse de Coluche, en présence de ce célèbre artiste, ce qui n’a pas manqué de  provoquer des fous rire mémorables.

15-nov-2016-(2)

Par la suite, Balazuc a été mécanicien des célèbres pilotes Ciotadens, les frères Jean-Jacques et Maurice Coq.

Puis également mécanicien particulier de Alain Isabelli vice champion de France 1980 sur 125 Morbidelli et Tony Casali 1er à Ledenon en  1980 sur 125 Yamaha.

Il réalise plus récemment pour le célèbre pilote de Beausoleil, Joël Malatino, la restauration complète de sa 125 MBA.

 garelli-125-gp-dec-2016 

Après 5 mois la 125 Garelli est re-démarrée,  restaurée, bichonnée elle est prête à affronter à nouveau la piste …

C’est ce que nous espérons voir bientôt …

Avec Eric au guidon…

eugenio-lazzarini-eric-martin-lanza-varano-2017

 

… Quelques mois plus tard : Hélas ! Nous ne verrons pas Eric au guidon de sa Garelli, mais en photo au côté d’Eugènio Lazzarini,

pilote que nous avons admiré notamment aux commandes de ces machines.

« Mon ami Eugenio LAZZARINI le jockey et moi le géant. Tu comprends maintenant pourquoi je vend ma GARELLI… »

Immédiatement vous pigez, au vu de la taille de l’un et de l’autre, qu’il y a incompatibilité pour Eric à se caser au guidon de sa chère 125 Garelli.

Il y est trop mal dessus et n’a plus 18 ans pour se plier en 4 derrière la carénage !

 

GIANNI-PESCI-250-ROTAX-(15)

A Varano Eric à photographié les deux dernières GARELLI qui ont fait le Mondial, la 250 de Maurizio VITALI et la 125 de Alan SCOTT.
350-garelli-1926

 Au rassemblement de Varano la 125 Garelli d’Eric pose à côté d’une 350 de 1926.

 

  

La  125 Garelli d’Alan Scott,

 

 

restaurée par Eric Martin Lanza est donc à vendre.

 

125-garelli-gp-20-nov-2016

 Vous pouvez contacter Eric Martin Lanza par l’intermédiaire de ce blog qui transmettra.

 

 

 

 

 

 

 

 

conf-barrabes-balma

 

https://it.wikipedia.org/wiki/Garelli_125_GP


La course de côte de Valflaunès

La course de côte de Valflaunès

 

 Texte et photo de C Camberoque                Reproduction interdite sans autorisation de l’auteur

 cote-valflaunes05-c-

 Sur la commune de Valflonès, aux portes de Montpellier se déroulait, il y a quelques dizaines d’année, une petite course de côte fort sympathique.

cote-valflaunes

Elle n’était pas bien longue : une grosse douzaine de virages, des longs passages tout en accélération avec des  rudes freinages, et trois épingles serrées.  

Pendant quelques années elle fut un des passages du parcours du Critérium des Cévennes.

cote-valflaunes72

J’étais allé y prendre quelques photos que je viens d’exhumer de mes nombreuses archives.

Malheureusement je n’avais noté pas la moindre légende ni précision, date, ni nom des pilotes et machines que j’avais photographiés !!!

cote-valflaunes77

Ce devait être vers la fin des années 70. Entre 1976 et 1978.

cote-valflaunes0

Cette année là, il y avait des voitures, des barquettes, des Formule 3, des motos et des sides.

cote-valflaunes069

 Je me souviens d’un jeune couple, Les Combes, qui couraient avec un basset équipé d’un 750 Honda.

Je n’arrive même plus à identifier s’ils sont sur ces photos …

Avec ma femme nous avions bien hésité à acheter leur side lorsqu’ils l’on vendu pour un plus performant.

Mais c’était probablement une folie que nous avons évitée … Je n’avais jamais piloté de side en ce temps là !

4-voitures-cote-de-falflones

Ces années là étaient aussi celles des Simca Rallye 2 qui étaient d’un bon rapport qualité prix performances.

cote-valflaunes063

Chez les motards, on n’hésitait pas à prendre le départ avec des moto de cross. 

Aujourd’hui le 30 janvier 2017. PRECISIONS IMPORTANTES :

 

J’ai le grand plaisir de recevoir un message de Gilles Martin qui se retrouve sur les deux photos, ci dessus et ci dessous !

 

Il nous précise qu’il est sur la moto N°22, qui est une Honda Elsinore 250 préparée pour la côte.

 

Il ajoute :  Ce jour là j’ai terminé 1er en 250 et 5e au scratch. (Photo ci dessous)

La moto portant le N° 44 est un 400 KTM préparée pour la cote.(Photo ci dessus)

Dans la catégorie 500 j’ai terminé 1er et 4eme au scratch.   J’ai pratiqué la course de cote de 1976 à 1981 inclus.

Je faisais 2 catégories et le bilan de ces années est de 160 départs de côte et de 120 podiums

 

Bravo Gilles ! 

 

Et merci d’avoir envoyé ces indications précieuses.

 

cote-valflaunes049

Certains équipaient tout de même leur moto de pneus de route et d’un guidon moins large.

 

 

cote-valflaunes054

 

cote-valflaunes058

cote-valflaunes073

 Pas commode d’identifier les motos de face !

moto-cote-valflones

 Joel Volland sur Honda en 350/500.

Autre précision de Gilles Martin au sujet de la photo ci dessus :

« En regardant ces photos de Valflonés, j’ai identifié le pilote N°43 qui est Joel Volland de la région Auvergne.

D’aprés le classement il à fini 2eme en 500 sur une Honda ».

Encore merci, Gilles !

cote-valflaunes051

cote-valflaunes053

 Parfois on pouvait voir encore des fidèles à l’Altus ou au Cromwell…

cote-valflaunes70

 

cote-valflaunes059

 Gilles Martin envoie un article du Midi Libre de l’époque :

article-midi-libre-1977-course-de-cote-de-valflaunes

 

Merci pour cet article Gilles Martin.

On peut reconnaitre des noms des copains d’autrefois, comme Frédéric Shlesinger qui courrait sur Kawa.

cote-valflaunes60

 

cote-valflaunes61

 

cote-valflaunes62

 

 

cote-valflaunes64

Les Frères Alméras, ou les Porches qu’ils préparaient déjà, étaient là !

cote-valflaunes71

 Qui pourra identifier ces pilotes et leurs machines ?

cote-valflaunes075

cote-valflaunes076

Si vous avez des souvenirs, documents, classements, listes d’inscrits de cette course de côte;

merci de me les faire parvenir pour les partager en les mettant sur ce blog.

 

 

 

 

Articles plus anciens

Rallye du Cabardès 2016

La philosophie du motocyclisme d’Eric Jaulmes

Royal Enfield 535 Continental GT

Moto-cross à Bédarieux

Le Tour de France GAVAP des Anciennes 2016.

Salon moto à Palaja, Aude

Atelier Classic Motorcycles Albi

cool mec |
LE BLOG DU PROFESSIONNEL |
mathieu62730 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | marwanblog
| jcsflnc
| "LES MACAGNONS"